semaine 43

Le prix du vase clos

Edito par Jean Rebuffat, le 09 juillet 2021

Image: 

Capture d'écran de la page d'accueil du Comité olympique en date du 9 juillet

On va donc vivre les Jeux olympiques de 2020 en 2021 et en vase clos. Les amateurs de grands spectacles sportifs diront que cela vaut mieux que rien et que d'ailleurs, le Tour de France sans spectateur de septembre 2020 a été passionnant. Sans spectateur? Mais pas sans téléspectateurs, et là il faut bien placer le s du pluriel, car le sport et la télévision sont désormais totalement interdépendants, mélangeant leurs intérêts économiques.

La télévision est un média vieillissant. Même en s'adaptant au monde de l'internet, en permettant des arrêts, des retours en arrière, des rediffusions, etc., la télévision connaît désormais le destin tragique d'autres médias bien avant elle. Elle conserve certes ses bataillons de fidèles mais ils maigrissent déjà car ils ne se renouvellent pas. Comme la radio et la presse écrite avant elle, elle ne va pas disparaître pour autant; le livre électronique n'a pas tué le livre papier et Spotify, le disque vinyle... Même, ce qui apparaît, c'est que justement les grands rendez-vous sportifs sont et risquent de rester l'apanage de la télévision dite linéaire, car en direct, l'écran géant et de très haute qualité qu'est devenue l'étrange lucarne reprend tout son sens. Les discours émus, que l'on a entendus tout au long de l'Euro de foot, sur l'incomparable présence humaine, sont là pour tranquilliser les nostalgiques. En réalité, le spectateur ne pèse plus rien en valeur économique (malgré le prix des places!) par rapport aux droits télévisés et en général, aux droits de diffusion. On finira par y trouver des avantages car il y en a, écologiques, sécuritaires, par exemple et par oublier qu'il s'y trouve aussi des inconvénients économiques, les fameuses retombées sur les villes hôtes... Tokyo a payé très cher des Jeux qui en définitive, ne lui vaudront que des ennuis et des déficits.

Mots-clés

Il semble que vous appréciez cet article

Notre site n'est pas devenu payant! Mais malgré le bénévolat de ses collaborateurs, il coûte de l'argent.

C'est pourquoi, si cet article vous a plu (et même dans le cas inverse), nous faire un micropaiement d'un ou de quelques euros nous aiderait à sauver notre fragile indépendance et à lancer de nouveaux projets.

Merci à vous.

Nous soutenir Don mensuel

entreleslignes.be ®2021 designed by TWINN Abonnez-vous !