semaine 43

Des travailleurs, des voyageurs et la SNCB

Chemins de traverse par Marcel Leroy, le 10 mars 2017

Dans la vie de tous les jours, il faut que des travailleurs au haut niveau de conscience fassent de leur mieux, avec moins, jour après jour. Autant y penser, quand on traverse le Royaume. On finirait par penser que le monde se réduit à ces estompements de la norme que les commissions parlementaires examinent sans fin. Photo © Marcel Leroy

Gare du Nord. Bruxelles. Mouvement des trains. Portières qui s'ouvrent. Se referment. Coups de sifflets. Conversations. Sacs à dos, gens qui passent yeux fixés sur leur gsm, gens qui filent dans toutes les directions, se croisent, s'éloignent. L'accompagnatrice du train sort un smartphone, une machine, un autre téléphone. Son regard saute d'un type qui arrive en courant alors que le signal du départ va se déclencher, à la porte prête à se bloquer. Elle fait  signe à une collègue, une voix ferme dit au voyageur de monter quand même. L'accompagnatrice a suspendu le déroulement de ses opérations. Calme.

Comment réussit-elle, alors que la journée est avancée, à ne pas révéler la fatigue qui alourdirait les réflexes? Elle semble ne voir personne mais tout mouvement dans son champ visuel génère un réflexe usiné par les années. Elle vérifie si tout va bien, semble exhorter en silence le voyageur pressé à se résigner à attendre un peu si le train devait partir même sous ses yeux. L'homme s'engouffre dans le convoi. L'accompagnatrice a tout maîtrisé. Elle le regarde. Il passe.

Elle entame la suite d'actions qui libèrent le train. Heure après heure, les équipages des trains accomplissent sans que personne ne s'en rende vraiment compte une mission à haute responsabilité. Comme tant d'autres professionnels, des hôpitaux aux écoles. L'accompagnatrice n'a pas le temps de parler. Son métier? Rien ne peut être négligé, l'attention jamais ne doit se relâcher. C'est bien plus que le contrôle des titres de transport. Une course qui, jusqu'à la fin de la journée, exige un identique niveau de performance.

Une autre femme, à la SNCB, et qui a su mettre la main à la pâte, vient d'être nommée à la tête de la compagnie. Montera-t-elle à bord d'un train, incognito, pour observer les efforts de son personnel chargé de faire plus avec moins par des penseurs qui ne sont pas sur le terrain? Peut-être déciderait-elle de ne pas suivre ce plan qui, paraît-il, doit supprimer des accompagnateurs?   

Il semble que vous appréciez cet article

Notre site n'est pas devenu payant! Mais malgré le bénévolat de ses collaborateurs, il coûte de l'argent.

C'est pourquoi, si cet article vous a plu (et même dans le cas inverse), nous faire un micropaiement d'un ou de quelques euros nous aiderait à sauver notre fragile indépendance et à lancer de nouveaux projets.

Merci à vous.

Nous soutenir Don mensuel

entreleslignes.be ®2021 designed by TWINN Abonnez-vous !