semaine 19

Un conte extraordinaire

L’avenir de l’école par Laurent Berger, le 26 mars 2021

Photo © Laurent Berger

Conte

Il était une fois un groupe de gens très compétents qui constatèrent enfin que l’école pouvait être un couloir de transmission du virus des élèves vers leur famille. On a coutume aujourd’hui de nier les faits. On mélange allègrement opinion, croyance, science.  Comme il vaut mieux tard que jamais, on se décida à clarifier la situation et à calmer la lassitude de la population de notre bien aimé petit pays.

Alors qu’ils avaient toujours nié ce fait, ils s’étaient promis de laisser les écoles ouvertes au plus grand bonheur des jeunes, des enfants. L’école est un  lieu extraordinaire, harmonieux, où la violence n’existe pas! Elle représente la seule raison de vivre de nos adolescents; les psychologues et les pédiatres en attestent sur les plateaux des télévisions. Rien de tel que de s’exprimer à la télévision, c’est si agréable! Je me demande si je ne vais pas m'y mettre aussi au lieu de me contenter d'écrire ces lignes imaginées.

Invoquant ces belles raisons parce que l’école n’est pas seulement une garderie pour que les adultes puissent continuer à travailler! Ce n’est donc pas pour des raisons économiques que les écoles resteraient ouvertes, nous voulons bien le croire, nous les naïfs! Candide est revenu parmi nous dans le meilleur des mondes. Cendrillon a trouvé son prince charmant. Mais les hommes qui manquent d’imagination se sont couverts de chiffres.

Alors les membres de ce groupe très efficace après consultation des experts de la chose, proposent finalement la fermeture des écoles . Mais des résistances s’expriment: on a promis que l’école serait toujours la priorité des priorités. Les uns veulent bien fermer à condition que les autres ferment. Les autres veulent s’en tenir à la promesse devenue sacrée malgré la réalité. Mais aujourd’hui, les faits sont devenus des opinions. Et donc tout fait est devenu contestable. C’est un miracle étonnant! La terre n’est plus ronde, l’homme n’a plus évolué, à l’école, aucun virus n’est contagieux. Les enseignants malades se taisent à la maison, c’est de leur faute, ils sont trop nombreux à la salle des professeurs!

Certains aveugles pensent encore que les écoles ne sont toujours pas un foyer de contamination. Mais à Bruxelles, un professeur sur huit est absent! Des écoles finissent par fermer les unes après les autres. Il faut avouer que les écoles en ont vu de toutes les couleurs. Code rouge et 25 élèves dans un petit local à peine ventilé. Les professeurs ont la vocation, ils se doivent de supporter tout et n’importe quoi car ils aiment les enfants. Il faut bien les garder ces petits anges! La bienveillance est de rigueur! Ceux qui sont les plus utiles, il faut les payer moins comme les infirmières, tandis que les banquiers s'occupent de notre argent!

Une dernière circulaire avait demandé aux directeurs déjà épuisés de fermer les cantines, les salles des professeurs. Aux enseignants de garder les élèves qui mangent dans les classes sans masque naturellement!  Leur budget masques, cartouches d’impression, ordinateurs est conséquent.  A eux de payer pour travailler! De quoi se plaignent-ils? Bon, ils ont reçu 100 E, c’est déjà ça! Ils vont pouvoir s'acheter un super ordinateur hyper puissant!

Le groupe supérieur, d’en haut, l’autorité étatique suprême, les plus sages d’entre nous,  ce groupe magnifique met quelques heures à se décider. Une très grande conférence de presse sort de longues discussions paisibles. Les maternelles ne fermeront pas. Les primaires et les deux premières années du secondaire auront trois semaines de congé. Le congé de printemps tombe bien comme celui d’automne. A partir de la troisième secondaire, on prescrit l’enseignement à distance à temps plein. Les francophones se démarquent ainsi de la Flandre qui finit par abandonner complètement le distanciel!

A l’étage inférieur, les ministres de l’enseignement trouvent la décision d’en haut intenable. Les maternelles ne sont pas une garderie! Alors, on veut mettre tous les élèves à égalité, tous en congé, mais pour les professeurs non!  Ce n’est pas possible! Déjà qu’ils sont trop profiteurs et que l’opinion publique les aime tant! Non, faut qu’on trouve un compromis des plus logiques et des plus sérieux! Le problème, c’est que la presse a mal interprété le message des plus clairs. Les gros titres annoncent la fermeture des écoles pour trois semaines! En réalité, la circulaire numéro 3558 énonce que les professeurs ne prévoient pas de nouvelles matières, mais qu’ils peuvent envoyer des révisions, qu’ils doivent se mettre à disposition des élèves qui leur enverraient des messages sur les nouvelles applications géniales.  Le professeur par définition est celui qui est toujours à disposition, même chez lui, derrière son ordinateur qui rame. Il attend depuis des années son contrat de travail. Pas beau ça? Super, non? L’école devant les écrans est devenu le principe premier. Pas grave, si les inégalités entre élèves augmentent, elles ont toujours existé!

A la fin, le professeur décode les instructions: la semaine prochaine les cours sont suspendus comme par enchantement, les directeurs bien sûr, les éducateurs sont toujours présents pour faire fonctionner la machine scolaire, l’enseignant attend derrière son écran les possibles demandes de ses élèves, attend ses courriels attendrissants!

Alors, le professeur fait ce rêve où un vaccin tombe du ciel, il est apaisé, il pourra retrouver tous ses élèves en présentiel le 19 avril sans danger! Bon, pour les effets secondaires du dit vaccin, c'est une autre histoire, suite au prochain épisode!

Petit lexique des nouveaux mots à la mode:
Expert, présentiel, distanciel, écran, masque, gel, prof qui râle, directeur épuisé, école garderie, sacerdoce, vocation.

FIN.

Toute ressemblance avec la réalité est fortuite!

Mots-clés

Il semble que vous appréciez cet article

Notre site n'est pas devenu payant! Mais malgré le bénévolat de ses collaborateurs, il coûte de l'argent.

C'est pourquoi, si cet article vous a plu (et même dans le cas inverse), nous faire un micropaiement d'un ou de quelques euros nous aiderait à sauver notre fragile indépendance et à lancer de nouveaux projets.

Merci à vous.

Nous soutenir Don mensuel

entreleslignes.be ®2021 designed by TWINN Abonnez-vous !