semaine 43

D’Est en Ouest : Facing the Future

Pérégrinations par Lucie Van de Walle, le 09 juillet 2016

Henry Moore : "Falling Warrior" (1956-1957) ©The Henry Moore Foundation / Artothek

Exposition

Est-ce la meilleure idée qui soit de se rendre par un dimanche pourri à l’exposition “Facing the Future ” qui se tient actuellement au Palais des Beaux-Arts de Bruxelles ?  

Signées par des maîtres connus et plus encore d’inconnus chez nous, les oeuvres montrées témoignent de cette période artistiquement bizarre, à savoir la période qui court entre 1945 et 1968, de part et d’autre du Rideau de fer. En fait, il s’agit de donner un aperçu des différents courants et expérimentations qui ont simultanément fleuri via des plasticiens du bloc Ex-soviétique et d’Europe de l’Ouest et d’en évoquer les similitudes.

Reconnaissons que c’est plutôt là une affaire de spécialistes dont je ne fais pas partie et qu’il m’a fallu sérieusement m’accrocher devant les panneaux explicatifs qui heureusement, de salle en salle, jalonnent l’exposition. Ces textes font aussi partie d’une plaquette que l’on peut emporter gratuitement, histoire de pouvoir revoir la leçon à domicile. 

Mes quelques coups de coeur vont au “Guerrier tombant”, bronze de Henry Moore,  à une étonnante grande toile réaliste “Occupation des terres incultes en Sicile”, de Renato Guttoso, à l’ “Exécution d’un révolutionnaire” du peintre hongrois Laslo Lakner, et à une photographie du metteur en scène et plasticien polonais Tadeusz Kantor “Panorama Happening à la mer”. D’autres oeuvres notamment venues du Musée Pouchkine de Moscou ou du ZKM de Karlsruhe, permettent de rencontrer des artistes peu ou jamais montrés sous nos cieux. Une expérience plutôt sombre et dure proposée dans le cadre de “European Cooperation Project “Trauma & Revival”. Ceci impliquant cela. 


“Facing the Future”, Palais des Beaux-Arts, rue Ravenstein, 23, 1000 Bruxelles. Jusqu’au 25 septembre 2016.

Voir www.bozar.be

Il semble que vous appréciez cet article

Notre site n'est pas devenu payant! Mais malgré le bénévolat de ses collaborateurs, il coûte de l'argent.

C'est pourquoi, si cet article vous a plu (et même dans le cas inverse), nous faire un micropaiement d'un ou de quelques euros nous aiderait à sauver notre fragile indépendance et à lancer de nouveaux projets.

Merci à vous.

Nous soutenir Don mensuel

entreleslignes.be ®2021 designed by TWINN Abonnez-vous !