semaine 23

Exotisme ferroviaire

Pérégrinations par Lucie Van de Walle, le 01 juin 2021

Pékin-Hankou, une exposition qui s’inscrit dans le parcours du musée Train World à Bruxelles © Train World

Alors que le Codeco a le nez sur le guidon pour faire aboutir vendredi prochain les consignes voyage de l’été, certains d’entre nous aurons l’heureuse idée de patienter en se rendant au «Train World». Ce musée du train situé à Bruxelles, avec ses précieuses locos anciennes aux carénages magnifiques, est très réussi et est un must pour les amateurs. Pour tous, il abrite des expositions dont celle qui concerne la ligne de chemin de fer Pékin-Hankou, actuellement à l’affiche. Un très beau moment d’histoire non seulement ferroviaire mais aussi humaine, politique et économique. 

Il s’agit de l’histoire méconnue de la construction par les Belges de la plus grande ligne de chemin de fer de Chine reliant le nord ou sud du pays, soit d’une longueur de 1200 kms, additionnée de plus 125 gares et 2420 ponts (dont celui de 3 kms enjambant le Fleuve Jaune) et ouvrages d’art. Ce chantier pharaonique devait durer sept ans, soit de 1898 à 1905 - date de la mise en activité de la ligne -  et avait mobilisé plusieurs milliers d’ouvriers chinois dont le pénible labeur est largement évoqué par des photographies de l’époque.

Derrière ce chantier pharaonique, il y avait forcément d’autres opérateurs, ainsi des ingénieurs, des diplomates, des financiers occidentaux et chinois, et à la tête desquels on trouve Jean Jadot. Confronté aux embûches géographiques et culturelles, cet ingénieur belge a pu mener à bien ce projet colossal et est l’une des figures majeures de l’exposition, notamment illustrée par des photographies, des archives et par une silhouette virtuelle particulièrement bavarde. Un mode de présentation assez séduisant, qui est également utilisé pour d’autres personnages, dont Paul Spinglaert, missionnaire-diplomate, et l’Impératrice Cixi qui eut l’occasion de voyager sur ce dragon occidental, expérience qui devait la changer de son palanquin habituel. 

La scénographie de Pékin-Hankou, a été confiée au dessinateur bruxellois qu’on ne présente plus, François Schuiten. Celui-ci, en compagnie de Li Kunwu, à la fois peintre, caricaturiste et journaliste chinois, propose une suite d’oeuvres originales que l’on trouve à différents endroits du parcours. Toutefois c’est Li Kunwu qui, dès le hall d’accueil, capte le public avec une saisissante gravure d’une longueur de 21 mètres inspirée des chemins de fers chinois. 

Outre nombre de conférences et activités « familles » dites «  La ligne jaune »  vient la publication de  Pékin-Hankou, la grand épopée. Livre nourri d’une riche iconographie et où on retrouve des oeuvres « ferroviaires » à quatre mains, naturellement signées par Schuiten et Li Kunwu, les deux maîtres du 9ème art déjà présents dans l’exposition. 

De Pékin à Hankou: Train World,  Place Princesse Elisabeth , 5, B-1030 Schaerbeek, Belgique. Jusqu’au 10 octobre 2021. Réservation obligatoire. 

Informations : www.trainworld.be. Tel: 00 32 2 224 74 37.

 

Mots-clés

Il semble que vous appréciez cet article

Notre site n'est pas devenu payant! Mais malgré le bénévolat de ses collaborateurs, il coûte de l'argent.

C'est pourquoi, si cet article vous a plu (et même dans le cas inverse), nous faire un micropaiement d'un ou de quelques euros nous aiderait à sauver notre fragile indépendance et à lancer de nouveaux projets.

Merci à vous.

Nous soutenir Don mensuel

entreleslignes.be ®2021 designed by TWINN Abonnez-vous !