semaine 23

M comme mise en page

Par Théophraste ! par G. Lefèvre, le 11 juin 2021

Un exemple de conception de mise en page d’un journal papier. Photo © freepik.com/vecteurs/banner

Notre abécédaire décrypte des aspects méconnus du métier de journaliste qui, maitrisant la mise en page, met en scène l’information. Avec l'informatisation du métier, les journalistes ont bien été obligés de remplacer en partie les metteurs en page. Ce métier existe toujours, heureusement pour le plaisir du lecteur.

Le journal est comme un théâtre. Il a sa mise en scène, ses décors, ses déguisements, sa technique. C’est la mise en page. Celle qui guide le lecteur dans sa promenade visuelle, lui indique les temps forts, les dossiers, les informations classées selon un découpage géographique du monde, les divertissements, les rubriques pratiques ou humoristiques, le bulletin du temps ou les nécrologies… Journalistes et metteurs en page jouent sur les photos, les dessins, la grosseur des titres, les polices de caractères, la disposition des textes et leur longueur pour mettre en scène l’information afin que la lecture d’un texte, même ardu, soit rendue attrayante.

Nous jouons avec les cadres, les hors textes, les exergues, les intertitres, sous-titres, pré-titres et autres astuces de présentation.

On s’amuse moins avec les publicités qui s’insèrent aux meilleurs endroits, ceux réputés capter le regard du lecteur : la page de droite, le début du journal, les rubriques les plus attractives. Il faut alors négocier la place, pester contre ces impératifs publicitaires qui, d’accord, nous apportent de l’argent et donc font vivre nos médias mais nous obligent à diminuer parfois drastiquement notre prose pourtant fruit d’un travail de plusieurs heures voire de plusieurs jours de recherche…

Qui dira la frustration du journaliste ainsi raccourci ?

Qui consolera le journaliste de l’audiovisuel qui n’a droit qu’à quelques minutes pour expliquer des thèmes complexes, avec l’exigence du son qui doit être audible, celle de l’image qui doit apporter autant que la parole…

Les décors de nos informations ont profondément changé avec l’évolution technologique de la presse. Nous sommes passés de la presse papier à la presse numérique. Ainsi, notre regard sur l’info est modifié par les contraintes de mise en page numérique, plus dirigistes : on ne feuillette plus un journal, on ne se promène plus au hasard des pages quitte à s’arrêter sur un titre percutant, une photo qui intrigue, un sujet qui interpelle car on n’y avait jamais pensé…

Par contre, on peut ouvrir de nouveaux horizons en ajoutant des liens vers des approfondissements du sujet, des sources complémentaires, des vidéos, des sites méconnus. Il s’agit d’une autre forme d’invitation à la promenade dans le monde foisonnant de l’info. Et là, la mise en page n’encadre pas mais elle ouvre sur des horizons inattendus.

Mots-clés

Il semble que vous appréciez cet article

Notre site n'est pas devenu payant! Mais malgré le bénévolat de ses collaborateurs, il coûte de l'argent.

C'est pourquoi, si cet article vous a plu (et même dans le cas inverse), nous faire un micropaiement d'un ou de quelques euros nous aiderait à sauver notre fragile indépendance et à lancer de nouveaux projets.

Merci à vous.

Nous soutenir Don mensuel

entreleslignes.be ®2021 designed by TWINN Abonnez-vous !