semaine 48

Humeurs automnales

Pasta par Michel Noirret, le 15 octobre 2022

Si, si, je lis ce que mes honorés confrères écrivent dans Entre les Lignes. (Dans la vraie vie, entre nous, on ne s’appelle pas honorés confrères, on a su rester simples malgré notre immense renommée. Bien méritée).
Dans l’info lettre du 1er octobre dernier, Jean Rebuffat nous parlait de son aversion pour la pub Calgon. Certes, y a de quoi!, mais aussi de son plaisir devant d’autres, pleines de créativité, de talent et ne prenant pas trop les gens pour des cons.
Je partage aussi son avis sur la créativité, le talent des auteurs de pubs, qu’ils soient graphistes, photographes, cinéastes, scénaristes, comédien et diennes. De vrais talents.
J’ajouterai que la pub crée aussi des emplois pour ces intermittents du spectacle qui en ont souvent bien besoin.
Mais là où je diverge de l’avis de mon hono.. heu de mon pote (s’il n’y voit pas d’inconvénient) c’est que selon le mien toutes les publicités nous prennent pour des cons. Au-delà de la forme, c'est le message qui compte, car la pub, ce n'est pas fait pour l'amour de l'art. Malgré le talent, le savoir-faire, l’imagination des créateurs, il n’y a qu’un seul message dans leur œuvre. Ils n’ont pas le choix. Pour beaucoup d’entre eux« Ça s’épelle p.a.i.n., ça se prononce quotidien » comme le chantait Stéphane Goldman dans les années cinquante-soixante *). Ce message, c'est « File-moi ton fric, Ducon! ». Même pas madame ou monsieur, jeune homme, jeune fille, sale gamin, ou mon ami, non: Ducon.
Cherchez pas!  Il s’agit tout simplement de donner une partie de son cerveau à la pub pendant qu’elle vous fait les poches. De la même manière, la propagande manipule l’information et les faits pour obtenir l’enthousiasme des foules, par exemple pour aller mourir à la guerre. Ça relève du mépris le plus abject. Si tant est qu'il soit un mépris sympa.
Ajoutons qu’on a introduit cette saloperie dans le service public de radio et télévision, parce qu’il manquait de fric.
La justice et la police manquent aussi de fric. Pourquoi ne pas les sponsoriser ? Les flics, les magistrats pourraient avoir des uniformes et des toges aux couleurs et aux logos de telle ou telle marque, Par exemple "Quinze ans de cabane, oui, mais en bois des Ardennes. Produisons local", sur la robe du proc, ça détendrait l'atmosphère après l'ambiance un peu sévère du réquisitoire. Ou, en dessous de POLICE " Kot Kot! Le potage au poulet qui terrasse la canaille", combis et commissariats deviendraient plus avenants.

Poutine a donc totalement perdu le contrôle de son nombril. Il va finir par l’avoir dans le cul. Paraît que ça fait très mal. Hélas pas qu’à lui.
Probablement dans l’idée de rectifier la trajectoire de l’essentiel de son lui-même, il a nommé à la tête des opérations en Ukraine un général doté d’une belle réputation de tueur et de pue-la-merde.  Comme beaucoup d’autres officiers supérieurs Russes, il aurait, dit-on, lui aussi participé au pillage de son armée en revendant au marché noir les bijoux de famille. Ce qui expliquerait les diverses déficiences matérielles de la « plus puissante armée du monde », comme se sont déjà appelées la plupart des armées ayant peu ou prou ramassé une bonne pâtée quelque part.
Depuis Boris Eltsine jusqu’à Poutine, ce héros de la nation a curieusement été dispensé des peines auxquelles il a été condamné, lesquelles auraient conduit en Sibérie n’importe quel voyou lambda.
Les amis, c’est les amis, les affaires, c’est les affaires et quand on se tient tous par la barbichette, on peut diriger un empire!
L’assassin en question a surtout montré sa compétence en Tchétchénie puis en Syrie, où il était opposé plus à des groupes armés qu’à des commandements et des troupes aguerries dotées de blindés, d’aviation et de défenses anti-aériennes sérieuses. Il a toutefois démontré toute l’étendue de ses talents militaires, principalement contre les civils. Et ses propres soldats, disent encore les calomniateurs.
Avec un palmarès pareil, il serait bien capable un jour d’essayer de se mesurer à l’Armée du Salut. On tremble.
Mais je vois qu’on commence à mettre les chaises sur les tables, le Café du Commerce va fermer...
Que le Monstre en Spaghetti Volant vous touche de son appendice nouilleux.
Ramen.
* Stéphane Goldman: Auteur-compositeur, guitariste- interprète, injustement oublié.

Mots-clés

Il semble que vous appréciez cet article

Notre site n'est pas devenu payant! Mais malgré le bénévolat de ses collaborateurs, il coûte de l'argent.

C'est pourquoi, si cet article vous a plu (et même dans le cas inverse), nous faire un micropaiement d'un ou de quelques euros nous aiderait à sauver notre fragile indépendance et à lancer de nouveaux projets.

Merci à vous.

Nous soutenir Don mensuel

entreleslignes.be ®2022 designed by TWINN Abonnez-vous !