semaine 27

Le temps se couvre...

Pasta par Michel Noirret, le 25 février 2022

© WICH

Au sommet Europe-Afrique, l’amer Michel un grand distrait, tellement sympathique, n’a pas vu que le représentant de l’Ouganda ne serrait pas la main d’Ursula Von der Leyen. Comme si un général ougandais avait à toucher la paluche d’une gonzesse ! Enfin, bon, il ne lui a pas mis la main aux fesses en lui disant « Salut poulette ! Tu nous fais le café ? ».
L’amer Michel, toujours distrait, aurait pu répondre, « Moi, sans sucre ! »
On a raté ça. Dommage.
Heureusement, il a un attaché de Langue de bois, l’amer Michel. Un métier difficile qui consiste à faire croire au public que le faux est vrai et réciproquement. Faut des années d’études à l’université pour y arriver. Ça coûte cher au citoyen les Universités, mais il n’est pas déçu par ces jeunes gens pleins d’enthousiasme, heureux de nous faire profiter de leur savoir-faire.
Déjà, chez Erdogan, l’attaché de Langue de bois en était presque arrivé à l’œdème de neurone pour expliquer comment son patron n’avait pas vu que la présidente de la Commission européenne n’avait droit qu’à un strapontin lors de la rencontre avec le Grand Mamamouchi turc.
A part lui-même et son nombril, l’amer Michel, dans la vie, voit-il quelque chose qui l’intéresse vraiment ? Et puis, président du Conseil européen, c’est plutôt terne question spectacle, peut-être que ça l’humilie profondément, mais y avait rien d’autre comme fonction à l’Europe quand il a dû faire ses bagages de Premier ministre belge*. Président de la Commission européenne, ça, au moins on est devant les caméras et les grands (guignols ?) de ce monde vous malaxent la pogne en premier. Alors, en attendant son tour d’être président de la Commission européenne (y’ a des avantages extra-légaux en plus du montant de la pension à la fin de l’exercice. Il y a un âge où il faut penser à tout ça), on peut afficher son mépris pour la titulaire. Il y a un ou plusieurs attachés de Langue de bois pour faire croire que l’amer Michel n’est pas un mesquin (ni un mec sain - pardon, j’ai pas pu m’empêcher !) C’est un homme d’État ! Vous n’aviez rien remarqué ? Distraits, vous aussi ! Vous, passe encore, mais lui ? Vous avez vu ! On fait confiance à un type aussi distrait ! Quand les chars russes seront à Bruxelles, son attaché de Langue de bois nous dira qu’il avait la tête ailleurs et qu’il n’a rien vu ?
— Ta gueule ! Monte dans le camion, direction Sibérie. (comment on dit ça en russe ?)
* Question qui me turlupine depuis longtemps : S’il y a un Premier ministre dans le gouvernement, il y a forcément un dernier ! Sinon on aurait pu procéder autrement que par numérotation. Personne ne nous dit qui c’est.  
L’information du citoyen laisse à désirer.
Coucou, qui ?
Les mots de passe informatiques, il faut les changer régulièrement - On vous guette- il ne faut les noter nulle part, vous risquez de vous les faire piquer. Les oublier, surtout ceux qui commandent tout le système, et notamment l’accès à vos mots de passe, ça, c’est vos oignons. Si vous perdez le petit calepin où, en désespoir de cause vous les avez quand même notés, démerdez-vous et dare-dare ! Mais, c’est pas tout, mais c’est pas tout, mais c’est pas tout, comme chantait Bourvil dans La tagada gada tactique du gendarme, il faut aussi affronter, et là tous les jours, la peste des cookies à accepter ou non. C’est la loi. Au début, le choix était facile. Une case à cocher indiquait assez clairement oui ou non. Mais ça perturbait sans doute profondément les vendeurs de pub, d’espionnages divers et variés, sortis de nos plus brillantes écoles. Mais rien à faire, la loi, c’est la loi. Et là, s’impose la créativité des marchands et voleurs qui chez les Grecs avaient un même dieu, Hermès, et qui, malgré le Petit Jésus se sont adaptés aux nouvelles mythologies (Y a pas de raison que seuls les Grecs et autres peuples anciens aient une mythologie). De la sorte, en matière de cookies, on vous présente à présent une case à cocher dont vous n’êtes pas en mesure de savoir si elle signifie que vous êtes d’accord ou non pour l’invasion.
On dirait du Poutine.
Plus on est de foot...
La semaine dernière, je vous parlais de la truanderie footballistique et sportive en général. L’aspect environnemental mérite tout de même d’être signalé. Comme tout le monde, vous savez comment en Chine on a couvert de neige les pentes montagneuses pleines de cailloux et de mauvaises herbes pour en faire de suaves pistes neigeuses, afin que quelques clampins et clampines puissent faire la démonstration de leurs talents à glisser sur la neige. Le progrès de l’humanité passe aussi par là. Ceci pour le grand ébaubissant de foules de la planète entière (du moins celles qui ont la télé) heureuses de répéter, comme les attachés de Langue de bois (hé oui, aussi ici !) des conseils d’administration des diverses fédérations sportives s’attachent à vous en persuader afin que la thune continue à abonder en toute bonne conscience, à quel point tout va bien entre humains quand ils veulent bien faire un effort. Le croiriez-vous ? Tout le monde veut bien faire un effort ! Sauf si le voisin refuse de vous céder, sans payer, le morceau de son champ que vous convoitez. Mais n’en parlons pas, ça gâcherait l’ambiance. Hypocrites de tous les pays enfin unis, embrassez-vous. Mais faites en sorte que votre couteau à cran d’arrêt ne dépasse pas trop de votre veste, l’essentiel, c’est de participer.
Quand il s’agit de mobiles aussi élevés que l’amitié entre les peuples, comme on disait en Soviétie, faut pas que les écolos viennent faire des remarques mesquines, minables, petits bras à propos des dégâts écologiques provoqués par ces réunions résolument humanistes.
Le 21/02/, le JT de la RTBF a diffusé un intéressant quoique bref, reportage sur la culture du gazon au Qatar en vue de la coupe du monde de foot. https://www.rtbf.be/auvio/detail_qatar-le-gazon-de-la-coupe-du-monde-abe....
Eh oui, sans gazon, et de première qualité, pas de foot ! À quoi ça tient tout de même ? La dépense en CO2 et autres billevesées ? Allons ! Soyons sérieux !

Que le Monstre en Spaghetti Volant vous touche de son appendice nouilleux.
Ramen.
PS : Avec ses débordements guerriers, Poutine nous a un peu pris de court cette semaine, Wich et moi…

Mots-clés

Il semble que vous appréciez cet article

Notre site n'est pas devenu payant! Mais malgré le bénévolat de ses collaborateurs, il coûte de l'argent.

C'est pourquoi, si cet article vous a plu (et même dans le cas inverse), nous faire un micropaiement d'un ou de quelques euros nous aiderait à sauver notre fragile indépendance et à lancer de nouveaux projets.

Merci à vous.

Nous soutenir Don mensuel

entreleslignes.be ®2022 designed by TWINN Abonnez-vous !