semaine 39

Être un allié crédible des Etats-Unis …

Une édition originale par Pierre Galand, le 24 février 2022

Pierre Galand au Rassemblement pour la Paix, ce samedi 26 février 2022 devant la gare Centrale à Bruxelles. Photo © Jean-Frédéric Hanssens

Ce n’est pas être aligné sur les visions et priorités des Etats-Unis au sein de l’OTAN, comme le sont les Européens et leurs médias «mainstream» d’aujourd’hui.

Ce n’est pas non plus la politique de l’autruche, attendre que passe l’orage ou, pire, de réduire l’enjeu de l’Ukraine à un épiphénomène qui nous dérange dans nos besoins de gaz russe.

Le risque de guerre est là, entre deux monstres surarmés selon des schémas de guerre totale datant du siècle dernier.

Russes comme Américains sont politiquement affaiblis car ils sont en échec, tant en intérieur qu’en extérieur. Leurs populations souffrent socialement et leur vision bipolaire du monde est un échec total pour la survie de la planète et toutes les espérances de sécurité et de coopération pour la paix et le développement.

Il y a urgence de prendre mesure de la totale irresponsabilité de nos dirigeants et des risques accrus et, surtout, des risques de destruction planétaire que cela entraîne, vu le surarmement de puissances émergentes telles la Chine, l’Inde, etc. mais aussi comme nuisance pour l’environnement et le détournement criminel des moyens nécessaires pour répondre aux besoins de milliards d’êtres humains.

Réagissons, refusons cette fatalité et mobilisons-nous pour sortir de ces spirales guerrières. Dire NON à la guerre en Ukraine est la première étape en exprimant clairement notre refus d’y participer.

Exiger, dans le même temps, des négociations et des engagements pour mettre fin aux abominables guerres qui ont éclaté et perdurent dans toute la périphérie du monde occidental (pensons au Proche-Orient, à la Somalie ou à l’Ethiopie).

Cela doit se faire dans le cadre d’une nouvelle conception et d’une nouvelle pratique du multilatéralisme, du respect des normes du droit international et de la mobilisation des instruments favorables au dialogue et à la protection des populations civiles.

Respecter et mettre en œuvre les traités comme le TIAN en vue de réduire les risques et engager des négociations sincères pour le désarmement.

Relançons avec les moyens ainsi épargnés les politiques de soutien au développement et les reconversions indispensables à la sauvegarde de l’environnement et du vivant.

Revivifions les outils, qui ne manquent pas, pour reconstruire la paix, c’est ainsi que l’Europe apportera sa contribution au Vivre Ensemble dans le respect mutuel.

L’OSCE, ou son successeur l’ONU et ses instruments, doivent être revisités, réformés, modernisés. Voilà la tâche à laquelle nous devons nous atteler pour sortir de l’impasse actuelle par le haut.

Soyons porteurs des exigences d’humanité pour construire en ce XXIème siècle le monde de demain et non celui d’un désert nucléaire.

Ce message, les populations russes et américaines seront capables de le partager avec nous et de le faire entendre à leurs dirigeants, comme nous devons être capables de le faire avec les nôtres.

Mots-clés

Il semble que vous appréciez cet article

Notre site n'est pas devenu payant! Mais malgré le bénévolat de ses collaborateurs, il coûte de l'argent.

C'est pourquoi, si cet article vous a plu (et même dans le cas inverse), nous faire un micropaiement d'un ou de quelques euros nous aiderait à sauver notre fragile indépendance et à lancer de nouveaux projets.

Merci à vous.

Nous soutenir Don mensuel

entreleslignes.be ®2022 designed by TWINN Abonnez-vous !