semaine 21

Autre parmi les autres

Une édition originale par Thierry Robberecht, le 28 avril 2022

© Serge Goldwicht

Il ignore pourquoi mais il passe son temps à espionner les gens. Il prend en filature des individus au hasard pendant des heures pour observer leurs moindres faits et gestes. Il écoute les conversations d’inconnus dans les bistrots et dans les transports en commun. Il prend des photographies de tout le monde, note les habitudes des gens, et, au moyen d’un petit appareil enregistre les formules de politesse les plus utilisées et les plus hypocrites qu’il s’entraîne à répéter chez lui devant son miroir. C’est un être humain comme les autres mais il a besoin d’en apprendre plus sur les gens pour s’intégrer. Dans une ville d’Europe occidentale, lui qui est blanc et européen il se sent tellement différent qu’il a l’impression d’être un ethnologue parmi des aborigènes. Pas mieux ni moins bien, autre parmi les autres tout simplement. Il pénètre dans les cafés pour enregistrer les mots qui font rire les femmes et les mensonges qui passent pour des vérités. En espionnant les autres il avance dans sa connaissance des autres et du monde .Aujourd’hui, il a pris une femme en filature, Un voile cache ses cheveux, pas le voile que portent les femmes musulmanes, non, plutôt le fichu que portaient les femmes occidentales à une époque. Il se souvient que sa grand-mère disait : « Je ne peux tout de même pas sortir en cheveux ! ». La femme au foulard ne marche pas rapidement car elle est enceinte. Son ventre immense lui tombe presque sur les pieds. Sa délivrance est pour bientôt. D’ailleurs, elle bifurque vers la droite et pénètre dans une maternité. Il la suit. Pas facile cette filature car la femme enceinte est prise immédiatement en charge par une équipe d’infirmiers qui la conduit vers la salle d’accouchement. Il craint de perdre sa piste. Comment justifier sa présence ? Il n’est pas le père, n’est même pas de la famille et ne connait pas son nom. Il attend discrètement dans le couloir. Soudain, une infirmière sort de la salle d’accouchement

- Vous êtes le Papa ?

Il fait oui de la tête. Le mensonge non-dit est moins lourd à porter.

- Vous pouvez le voir. C’est un garçon, je vous félicite. La sage-femme laisse la porte entrebâillée. Il entre. La mère épuisée dort. C’est la première fois qu’il peut l’identifier cette femme belle comme une madone avec son teint pâle et ses cheveux noirs. A côté du lit maternel, le bébé dort lui aussi. On voit bien qu’il est différent des autres ce bébé. Contrairement aux autres humains, il est déjà en train de rêver à un monde plus juste sans guerre ni souffrance. Pour aider ce petit homme à s’intégrer parmi ses semblables, notre inconnu dépose dans le berceau du nouveau-né son appareil photo, son enregistreur et son carnet recouvert de notes sur ses semblables.

- Cela pourrait lui servir plus tard, se dit notre inconnu en quittant la maternité.

Mots-clés

Il semble que vous appréciez cet article

Notre site n'est pas devenu payant! Mais malgré le bénévolat de ses collaborateurs, il coûte de l'argent.

C'est pourquoi, si cet article vous a plu (et même dans le cas inverse), nous faire un micropaiement d'un ou de quelques euros nous aiderait à sauver notre fragile indépendance et à lancer de nouveaux projets.

Merci à vous.

Nous soutenir Don mensuel

entreleslignes.be ®2022 designed by TWINN Abonnez-vous !