semaine 43

Lucien

Une édition originale par Thierry Robberecht, le 26 août 2021

© Serge Goldwicht

1. est enfin là celui qu’on attendait. Il se tortille, cherche, observe attentivement son entourage et le décor : « C’est ici que j’ai atterri ? » . « Avec eux ? C’est pas mal. Il se plaint rarement. La vie l’habite et se manifeste dans son corps, plus grande et plus forte que lui. L’humanité aussi. La vie ressemble à un magma de lave à l’intérieur de ce bébé avec ses fièvres, ses besoins, ses désirs et sa joie.

    A quelques jours, il sait déjà tout de la vie et des humains. Il sait tout de l’histoire du monde puisqu’il est son avenir. Il sait tout de son grand-père, de ses parents et du cosmos. La vie est une longue course relais contre le temps pendant laquelle nous passons le témoin à nos descendants. Le témoin, un parchemin roulé et placé dans un cylindre dans lequel j’ai écrit tout ce que je sais à propos de l’existence, c’est à dire pas grand-chose, je l’ai donné à mes enfants qui poursuivent leur course et ne s’en tirent pas trop mal malgré le peu d’informations que je leur ai transmises . A mon corps défendant, ils savent au moins que la vie est un combat incessant, notion que je n’ai jamais vraiment comprise. A présent, c’est au petit Lucien de recevoir le témoin. Cà y est ! Il est parti dans la course de sa vie !

    Au bord de la piste, je l’encourage de la voix.

    - Vas-y Lucien ! Dépasse tous les autres ! Terrasse-les ! Massacre-les !

    Dans la première ligne droite, il stoppe sa course et me regarde

    - Papy ou Bompa, dit-il ( on ignore comment il va m’appeler puisqu’il ne parle pas encore) . La course de la vie ne consiste pas à vaincre les autres mais à poursuivre son existence contre le temps.

    - Tu as raison, Lucien mais, moi, je suis né au vingtième siècle. Désolé !

    - Je sais, répond-il en me tapotant l’épaule pour me consoler

     

    Mots-clés

    Il semble que vous appréciez cet article

    Notre site n'est pas devenu payant! Mais malgré le bénévolat de ses collaborateurs, il coûte de l'argent.

    C'est pourquoi, si cet article vous a plu (et même dans le cas inverse), nous faire un micropaiement d'un ou de quelques euros nous aiderait à sauver notre fragile indépendance et à lancer de nouveaux projets.

    Merci à vous.

    Nous soutenir Don mensuel

    entreleslignes.be ®2021 designed by TWINN Abonnez-vous !