semaine 21

Aux Quatre-Vents à Molenbeek

Zooms curieux par Gabrielle Lefèvre, le 02 mai 2022

La princesse Claire accompagnée du prince Laurent et le président de RENOVASSISTANCE Philippe Cuylits en conversation avec l'artiste Hamida Ouassini à l'entrée de l'immeuble de la rue des Quatre-Vents à Molenbeek. Photos © G.L.

La princesse Claire et la bourgmestre de Molenbeek Catherine Moureaux, au milieu des habitants, écoutent l'exposé de l'ASBL Convivial.

Dans la belle entrée cochère du 25 rue des Quatre-Vents à Molenbeek-Saint-Jean, les couleurs du printemps ont été peintes sur le mur par des enfants guidés par Hamida Ouassini dans le cadre de l’action « Mon quartier, Ma maison ». Au bout de ce couloir, le soleil inonde le Jardin des 4 saisons ouvert un jour par semaine à tout le quartier afin d’offrir aux habitants des fruits et légumes de saison. Retrouver le goût des aliments de qualité tout en ayant le plaisir de les faire pousser, c’est bon, non seulement pour la santé mais aussi pour le bonheur commun.

C’est effectivement sous le signe du bonheur de vivre ensemble dans un logement de qualité, alors même qu’on n’a pas beaucoup d’argent pour vivre, que fut inauguré officiellement l’immeuble Quatre-Vents, le 28 avril 2022. L’immeuble est grand car constitué de deux maisons vétustes auparavant propriétés de la commune de Molenbeek et achetés en 2017 par la Fondation Pro Renovassistance afin d’être transformés, par l’ASBL RENOVASSISTANCE, en habitat intergénérationnel et exemplaire, ouvert sur le quartier. La rénovation a été freinée par bien des difficultés causées par la présence d’amiante, de mérule, une charpente à renforcer, la création d’une mezzanine au troisième étage, l’installation d’un élévateur pour personne à mobilité réduite au rez-de-jardin. 6 appartements ont été aménagés, du studio aux 4 chambres, ainsi que des locaux et jardin communautaires. Et, comme toujours avec RENOVASSISTANCE, la rénovation et l’équipement se font avec des matériaux de qualité. Car on travaille pour l’avenir des familles démunies, venues chercher refuge et sécurité chez nous, victimes des troubles et drames qui frappent trop de pays dans le monde.

Cet habitat intergénérationnel est donc le résultat de belles coopérations entre pouvoirs publics et associations, avec l’apport des primes régionales. C’est l’agence immobilière sociale Logement pour Tous qui a sélectionné les candidats habitants selon les critères habituels de composition de famille, de modestie des revenus et de volonté de participer à la création d’un projet de cohabitation ouvert sur le quartier. Les familles ont ainsi été accompagnées pendant plus d’un an, pendant les travaux, afin qu’elles se familiarisent avec le projet, qu’elles apprennent à se connaître et à organiser leur vie communautaire ; ce fut la tâche des ASBL Convivial et La Rue dont les représentantes sont venues expliquer le déroulement de cette belle aventure.

Résultat : le chantier a été primé comme bâtiment exemplaire par la Région de Bruxelles-Capitale parce que des techniques innovantes et écologiques y ont été mises en œuvre, par exemple le recours à des isolants en fibre de bois. La consommation énergétique est ainsi réduite au maximum possible.

C’est avec fierté que les habitants ont organisé la visite de la maison et des appartements lors de l‘inauguration. La princesse Claire, présidente d’honneur de la Fondation, a, dès son arrivée, été prise en charge par les enfants, deux petites princesses ravies de cette visite chez elles, même si l’une d’elles se demandait où était le roi…. Des petites filles arborant les couleurs de cette vie multiculturelle. Les familles réfugiées ici sont d’origine diverses : Sénégal, Guinée-Conakry, Rwanda, Congo RDC…

La bourgmestre de Molenbeek, Catherine Moureaux, écoutait avec un plaisir manifeste cette nouvelle démonstration d’une politique à la fois sociale et culturelle qui enrichit sa commune d’une effervescence de vie et de créativité. Ce fut la plus belle réponse aux propos offensants proférés par le président de Vooruit (socialiste flamand) Conner Rousseau « Quand je roule à Molenbeek, moi non plus je ne me sens pas en Belgique ». Des paroles limite racistes et en tout cas stupides car de quelle Belgique parle-t-il ? Il faut non pas rouler, mais se promener à Molenbeek pour y découvrir le meilleur de la Belgique : la multiculturalité, le sourire des enfants, l’accueil des habitants toujours prêts à vous aider si vous cherchez votre chemin, les jardins collectifs, les magasins multicolores, les associations culturelles et sociales nombreuses et créatives… C’est cela l’avenir d’une grande ville.

Molenbeek, c’est nous !

Mots-clés

Il semble que vous appréciez cet article

Notre site n'est pas devenu payant! Mais malgré le bénévolat de ses collaborateurs, il coûte de l'argent.

C'est pourquoi, si cet article vous a plu (et même dans le cas inverse), nous faire un micropaiement d'un ou de quelques euros nous aiderait à sauver notre fragile indépendance et à lancer de nouveaux projets.

Merci à vous.

Nous soutenir Don mensuel

entreleslignes.be ®2022 designed by TWINN Abonnez-vous !