semaine 48

Corée du Nord : derrière les menaces, le dollar US

Zooms curieux par Gabrielle Lefèvre, le 11 août 2017

Que penser des gesticulations tragico-burlesques entre Trump et Kim ? Que les mots et invectives cachent des agendas très cohérents : les Etats-Unis se confrontent à la puissance économique et militaire chinoise en renforçant les potentialités militaires et économiques du Japon et de la Corée du Sud ainsi que des Philippines, axe à la fois stratégique (militaire avec les bases US) et néolibéral en Asie face aux puissances que sont la Chine et la Russie.

La Corée du Nord sert de paravent à la Chine pour mettre en garde les Etats-Unis contre trop d’ingérence dans son empire commercial qu’elle étend inexorablement, au-delà de l’Asie vers l’Afrique, l’Amérique latine et l’Europe.

Le Japon est dirigé par un Premier ministre très à droite, militariste et ultralibéral mais en perte de vitesse et qui trouve dans cette tension internationale de quoi affronter les prochaines élections  avec un programme tout trouvé : « made Japan great again », sur le modèle trumpien. Car, rappelons-le, le Japon était tenu de rester démilitarisé après sa défaite lors de la deuxième guerre mondiale. Une « humiliation » pour les tenants d’une droite extrême et traditionnaliste japonaise.

L’industrie des armements piaffe devant ces beaux marchés qui s’ouvrent à elle ! Trump reste fidèle à sa parole : servir d’abord les intérêts économiques états-uniens et donc ceux des multinationales US qui doivent continuer à dominer le système politico-économique mondialisé. L’Asie est à reconquérir après l’échec de l’accord de libre-échange transpacifique, voulu par Obama et dénoncé par Trump. Celui-ci privilégie des accords binationaux, ce qui empêche la constitution d’une puissance économique plus homogène venant du groupement des pays concernés. Trump ne veut pas d’un deuxième « marché commun » à l’européenne vu comme un concurrent des Etats-Unis.

Alors, il brouille les cartes, disloque la diplomatie traditionnelle et fait peur à tout le monde. Afin qu’on le supplie d’arrêter. Sinon, les premières victimes seraient  les Sud-coréens dont la capitale, Séoul, n’est qu’à une quarantaine de  km des rampes de lancement des missiles nord-coréens.

Un jeu dangereux que l’on aurait tort de traiter de folie car il s’agit en réalité d’une bataille (ultime ?) pour un leadership mondial déjà perdu par les Etats-Unis, ce qu’ils ne veulent pas admettre.

 

http://www.liberation.fr/planete/2017/08/09/etats-unis-vs-coree-du-nord-l-escalade-infernale_1589149

https://fr.wikipedia.org/wiki/Accord_de_partenariat_transpacifique

 

 

Il semble que vous appréciez cet article

Notre site n'est pas devenu payant! Mais malgré le bénévolat de ses collaborateurs, il coûte de l'argent.

C'est pourquoi, si cet article vous a plu (et même dans le cas inverse), nous faire un micropaiement d'un ou de quelques euros nous aiderait à sauver notre fragile indépendance et à lancer de nouveaux projets.

Merci à vous.

Nous soutenir Don mensuel

entreleslignes.be ®2021 designed by TWINN Abonnez-vous !