semaine 48

La Charte de Quaregnon, ringarde et visionnaire!

Zooms curieux par Gabrielle Lefèvre, le 31 août 2017

Un exemple d’internationalisme moderne : la cause palestinienne était soutenue par la FGTB, le PAC et Solidarité Socialiste lors de la dernière fête des Solidarités à Namur les 26 et 27 août 2017. Photo © Gabrielle Lefèvre

La gauche socialiste belge francophone se plonge dans une profonde réflexion sur ce qu’elle est, ce qu’elle a été et ce qu’elle devrait être. Elle propose un « Manifeste socialiste » (1) qui remplacerait l’ancienne « Charte de Quaregnon » datant de 1894. Alors, ringarde, cette Charte  qui a fondé la pensée du Parti Ouvrier Belge, ancêtre du Parti Socialiste ?  En la lisant, surprise : elle est visionnaire sur bien des points  et son message est d’une troublante actualité.

Elle consacre en premier l’importance des biens communs à l’humanité et la quête du bonheur plutôt que de la possession matérielle : des revendications majeures des mouvements sociaux et citoyens du monde entier, qualifiés souvent d’altermondialiste.

1. « Les richesses en général, et spécialement les moyens de productions, sont ou des agents naturels ou les fruits du travail manuel et cérébral des générations antérieures, aussi bien que la génération actuelle; elles doivent par conséquent être considérées comme le patrimoine de l'humanité. »

2. « Le droit à la jouissance de ce patrimoine par les individus ou par les groupes ne peut avoir d'autre fondement que l'utilité sociale et d'autre but que d'assurer à tout être humain la plus grande somme possible de liberté et de bien-être. »

L’écosocialisme

Actuellement, il faut y ajouter la dimension environnementale, devenue une préoccupation essentielle à la suite du saccage des ressources de la terre et la pollution hallucinante de nos milieux de vie. Le président actuel du PS, Elio Di Rupo, parle d’écosocialisme dans son livre « Nouvelles conquêtes » (2). Il précise que l’écosocialisme permet d’assurer un accès juste et durable aux ressources naturelles, de partager équitablement les richesses et de favoriser les échanges humains. Sa conception ne s’écarte guère de ce qui est avancé par les mouvements sociaux et citoyens en termes de logement, de mobilité, d’énergie, d’alimentation. Pour lui, l’alimentation est aussi une question sociale car chacun d’entre nous a droit à une nourriture de qualité ; il faut donc interdire les produits nocifs. Et l’auteur de citer le glyphosate comme exemple majeur. Toute la filière agricole doit donc être revue. Le président PS insiste aussi sur le développement d’une filière d’entreprises écosociales où les travailleurs bénéficient de meilleures conditions de travail et donc d’un meilleur épanouissement. Les produits et services doivent tenir compte des conséquences environnementales et ce dans la totalité de leur cycle de vie.

 Le projet de Manifeste socialiste résume cela par ceci : « 17. La protection de l’environnement fait partie intégrante des missions socialistes ; les objectifs sociaux et les objectifs environnementaux sont interdépendants et vont de pair. »

Avec ou sans lutte des classes ?

La méditation du président du PS aboutit à la suppression du concept de lutte des classes. Il lui substitue le combat contre le néolibéralisme. La Charte de Quaregnon affirme :

3. « La réalisation de cet idéal est incompatible avec le maintien du régime capitaliste qui divise la société en deux classes nécessairement antagonistes: l'une, qui peut jouir de la propriété sans travail, l'autre, obligée d'abandonner une part de son produit à la classe possédante. »

4. « Les travailleurs ne peuvent attendre leur complet affranchissement que de la suppression des classes et d'une transformation radicale de la société actuelle. Cette transformation ne sera pas seulement favorable au prolétariat, mais à l'humanité tout entière, néanmoins, comme elle est contraire aux intérêts immédiats de la classe possédante, l'émancipation des travailleurs sera l'œuvre des travailleurs eux-mêmes. »

Plus que jamais, la mondialisation néolibérale démontre l’exactitude de cette analyse du 19eme siècle : la classe possédante a certes diminué en nombre d’individus mais elle a accru démesurément ses profits et son capital au détriment d’une majorité de la population où la pauvreté s’accroît. Les disparités grandissent à mesure que la redistribution de la richesse produite par les travailleurs (humains ou robots) s’amenuise à cause de la faiblesse des Etats et donc des puissances publiques mandatées pour ce faire.

Une immense richesse est produite par la spéculation financière, elle échappe au contrôle démocratique des Etats à la suite des pressions et des chantages des super entités financières privées dont le pouvoir dépasse celui de nombreux Etats. 

C’est d’ailleurs l’approche idéologique qui s’est imposée lors de la récente université d’été d’ATTAC France résumée ainsi par sa présidente Aurélie Trouvé : « L’altermondialisme n’a jamais été si nécessaire que dans cette situation politique. La planète arrive au bout de ses limites, nous devons bouleverser nos modes de consommation et de production, et obtenir une régulation du capitalisme financier (…) Les luttes contre les dominations de classe, de genre, de race se relient entre elles ». Les recettes d’ATTAC pour remédier aux désordres du monde : la taxe sur les transactions financières, la répression de l’évasion fiscale, et la relocalisation de l’activité en coopération avec les autres régions, le « protectionnisme solidaire » ou encore le renversement du capitalisme financier, etc.

Emancipation de la personne

Le projet de Manifeste socialiste parle, lui, « d’émancipation de la personne humaine dans une société prospère et pacifiée » et les « excès du capitalisme (…) doivent être empêchés/évités pour favoriser une société fondée sur la justice sociale et la solidarité ». Plus loin, le ton est plus guerrier: « l’égalité des Hommes ne se proclame pas mais se conquiert. Toutes les injustices et toutes les discriminations doivent être éradiquées ».

Une autre manière de dire la lutte des classes, en quelque sorte.

Par contre, le point 6 du projet de Manifeste est plus obscur : « La répartition des richesses se fait en tenant compte du mérite et de l’utilité sociale ». On suppose que le point 19 éclaire ce principe : « Les pouvoirs publics régulent l’économie et la finance. Ils jouent un rôle actif dans le développement de la prospérité. (…) »

La Charte de Quaregnon est d’inspiration marxiste et à l’époque les divergences étaient fortes entre le Parti Ouvrier Belge et le Parti socialiste. Pas étonnant donc que l’actuel PS ne veuille plus de la troisième recommandation concluant la Charte : « Que dans leur lutte contre la classe capitaliste, les travailleurs doivent combattre par tous les moyens qui sont en leur pouvoir, et notamment par l'action politique, le développement des associations libres et l'incessante propagation des principes socialistes. » Les associations libres étaient les coopératives, les mutuelles et autres regroupements de travailleurs autres que syndicaux. Quant aux socialistes, ils étaient vus comme bourgeois et réformistes, si l’on en croit l’analyse décapante d’Ernest Mandel. (3)

Les temps ont bien changé et les formes de participation citoyennes au processus démocratique rendent obsolète l’exclusive lutte des travailleurs.

Dans la synthèse des propositions émises par les militants socialistes tout au long du « Chantier des idées », lancé en 2015, on trouve d’ailleurs l’idée d’une Constituante populaire chargée de définir le socle de valeurs fondant notre société, ainsi que des Chambres citoyennes dans les Parlements et autres mécanismes de participation des citoyens à la gestion politique.

Les militants socialistes sont à présent invités à formuler des propositions novatrices en vue du congrès idéologique de novembre 2017.

Cette réflexion collective ne peut qu’intéresser tout citoyen, même non membre d’un parti politique, car il s’agit de débattre des valeurs unissant quantité de personnes qui veulent changer notre monde.

1. http://www.ps.be/Pagetype1/Actus/News/Chantier-des-idees-place-au-debat-!.aspx

2. Elio Di Rupo, « Nouvelles conquêtes », éd. Luc Pire.

3. http://www.avanti4.be/debats-theorie-histoire/article/1894-la-charte-de-quaregnon

Il semble que vous appréciez cet article

Notre site n'est pas devenu payant! Mais malgré le bénévolat de ses collaborateurs, il coûte de l'argent.

C'est pourquoi, si cet article vous a plu (et même dans le cas inverse), nous faire un micropaiement d'un ou de quelques euros nous aiderait à sauver notre fragile indépendance et à lancer de nouveaux projets.

Merci à vous.

Nous soutenir Don mensuel

entreleslignes.be ®2021 designed by TWINN Abonnez-vous !