semaine 43
Portrait de André Yoka Lye
Confidences du chauffeur du Ministre

Rentrée des … casses

Le 06 octobre 2021

Yélélé pour moi, chauffeur de Son Excellence le ministre d’Etat en charge des Questions Statistiques et Tactiques ! Yélélé pour un pauvre papa otage collatéral de la rentrée des casses … pardon … des classes de son fils unique !

Mais surtout Yélélé contre la Covid-19 qui a perturbé toutes nos prévisions, qui a défoncé de fond en comble la tirelire de toutes nos économies, pour cette laborieuse rentrée ! Une vraie piste d’obstacles…  Avec en effet la Covid-19, la piste d’obstacles est devenue une course à mort contre la montre.

… Course contre la montre. Pression sur pression de l’école : minerval, objets scolaires, sac à la mode et uniformes de rigueur ; uniformes frappés de l’écusson d’identification réglementaire. Jupe règlementaire longue pour les filles, et pantalon classique ample pour les garçons. Mais chemise uniforme unisex. Et cravate uniforme unisex. Uniformes et unisex les pantoufles-ketches style piquenique, sans fioritures et sans griffe-label. Uniforme et unisex la coiffure, à ras du crâne pour toutes et tous. Ni curl, ni afro, ni rasta, ni punk…

… Ce soir-là de la veille de la rentrée, au moment où j’ai cru avoir bouclé l’empaquetage du compliqué kit scolaire, voilà que débarque le gérant de notre nganda-bar (par ailleurs « Chef de quartier » autoproclamé) ; il était accompagné d’un gamin d’une dizaine d’années et d’un adolescent d’une quinzaine d’années. Avec un sourire narquois, le « Chef de quartier » me les a présentés sans autre forme de protocole : « Je te présente, me dit-il, tes neveux arrivés de ton village ; ils ont été conduits à l’adresse la plus sûre du quartier, notre nganda-bar. Cher oncle, tes neveux viennent, d’après leurs dires, pour leur scolarité.  Bon courage ! ».  Yélélé pour l’infortuné chauffeur du ministre, pour l’oncle victime collatérale de la rentrée des casses… pardon des classes!

… J’ai cherché en vain au coin du firmament quelque signe de consolation, quelque inspiration pour quelque secours de la dernière chance. Et mes pensées sont allées droit vers mon ministre.

En arrivant chez mon patron, à l’heure limite du couvre-feu, j’ai aperçu un autobus de transport interurbain en stationnement à côté de la résidence ministérielle. Le garde du corps en faction devant le portail m’a soufflé que Son Excellence venait d’accueillir de son patelin, et sans préavis, foule de neveux et de cousins « sang-pour-sang », candidats à la scolarité gratuite à Kin-la-Capitale, à Kin-la-Belle ...

Image: 
Scolarité gratuite à Kinshasa ? Encore faut-il recevoir les subsides pour cela ! Photo © Véronique Vercheval

Mots-clés

entreleslignes.be ®2021 designed by TWINN Abonnez-vous !