semaine 23
Portrait de Henry Landroit
Pour remettre les idées à l’endroit...

Pour ceux qui douteraient encore des inspirations de Maria Montessori

Le 30 mai 2021

Quelques extraits de « De Montessori aux neurosciences, offensives contre l'école du commun », Alain Chevarin et Grégory Chambat, Éditions N'AUTRE ÉCOLE.

En 1926, le Duce devient président d'honneur d'Opera Montessori, la Société des amis de la méthode Montessori.

Voici ce qu'écrivait la pédagogue à propos du leader fasciste :

« Cet homme plein de curiosité, cet esprit extrêmement ouvert et qui veut tout connaitre, posa un jour les yeux sur ma méthode.

Il lui suffit de savoir que ma méthode jouissait de plus de crédit à l'étranger qu'en Italie, il promit son aide enthousiaste pour que soient instituées partout des écoles. »1

« J'ai eu vent de vos doutes quand à la possibilité d'accorder les principes de ma méthode avec les directives du régime fasciste. […]Avec ma méthode qui, donne confiance, enthousiasme, amour du travail, passion de la connaissance, discipline parfaite, le peuple préparé saura construire une patrie plus grande, dominatrice.

Je suis sure d'exprimer le souhait et l'inspiration de tous ceux qui partagent avec moi la foi en la personne du Duce d'Italie2. »

Après le décret de 1910, qui abaisse l'âge des enfants de 12 à 7 ans pour le première communion, elle écrit :

« Il arrivait, en effet, que l'innocence de l'enfant, arrachée aux caresses de Jésus Christ, ne se nourrissait d'aucune sève intérieure ; et, par suite, la jeunesse, dépourvue de secours efficace, et entourée de tant de pièges, perdait sa candeur et tombait dans le vice avant d'avoir gouté aux saints mystères. »

« L'enfant de quatre ans n'est pas insensible à la différence qu'il y a entre l'eau sainte du bénitier dans lequel il met sa petite main avant de faire le signe de la croix, et l'eau de la cuvette dans laquelle il se lave les mains dans la chambre voisine. L'appréciation de cette différence entre des objets est justement un réel travail intellectuel qui permet à l'enfant de comprendre qu'il est le fils de Dieu accueilli avec amour dans la maison du Père Céleste, alors qu'il avait été jusqu'à ce jour considéré comme incapable de s'élever à cette divine conception ».

Dans chaque école, une « chambre sainte » :

« Les murs de cette salle porteront en inscription des textes sacrés et des prières, je voudrais que les Dix commandements fussent gravés sur une pierre à hauteur des enfants, à côté d'une statue de Moïse, derrière un candélabre avec les sept bougies…

Les enfants y porteront une blouse blanche comme l'enfant Jésus… et on pourra, sur l'épaule, broder une croix, symbolisant l'obligation pour chacun de supporter sa part de misère… »

« Les enfants pourront employer la « chaine de mille » comme chaine d'années et en en déduisant les 33 ans de la vie de Notre Seigneur, ils seront capables - en marquant les siècles avec des cartons numérotés – d'avoir une idée claire de la durée de l'Histoire de l'Église comparativement à la courte durée des sectes hérétiques. »

1Documentaire Révolution école 1918-1939, quand l'utopie faisait école de GRUDSZINSKA Joanna et TODOROV Léa. Les Films du poisson. Arte France. 2016.

2Conférence prononcée par Maria Montessori le 21 avril 1934 à Rome et citée dans le documentaire Révolution école 1918-1939.

Mots-clés

entreleslignes.be ®2021 designed by TWINN Abonnez-vous !