semaine 39
Portrait de Robert Lemaire
A PA PEUR

Ces forces qui nous gouvernent même après 82 ans

Le 27 avril 2021

 

Ô Seigneur des abysses insondables, qui êtes pourtant aux gracieux cieux, que votre définition soit quantifiée, que de votre matin jusqu'à votre soir, n'observiez plus d'un œil ennuyé nos lamentations sans équivoques...

Sachez aussi, à partir de doré-navrant, que nos prières encombrées de précieuses ridicules, ne justifient en rien les quantités astronomiques d'absences de réponses ou de semblant de réponses négatives que la maîtrise soi-disant altruiste de vos adeptes, empoussiérée de vos préceptes organisationnels caritatifs, nous contraignent d'accepter l'inacceptable à chaque instant de nos jours et de nos nuits, depuis certainement des dizaines de centaines de décennies,.

Oui, il faut le dire haut et fort : tout ces monceaux de fatras nous forcent à avaliser toutes ces promesses, genoux en terre, tête courbée obligatoire, remerciements pendus à nos lèvres gercées malgré une soif inassouvie, bégayant d'incompréhension face aux manquements réalistes de partenaires solidaires, promesses pourtant promises depuis des lustres, mais toujours en attente de concrétisation...

 

Le grand secret de notre humanité, de ce siècle d'absences de libertés, fut de confondre les vides avec les pleins sans les déliés, de comparer les sombres servitudes du passé avec les fallacieuses certitudes de l'avenir, autres perfidies hermétistes  ! ... auxquelles cependant on aurait pu croire, si la foi en cette avenir aurait été défini et véritablement reconnu réelle au cours d'une existence, ô combien éphémère, accrochées désespérément à certains destins emplis eux, d'espoirs !

 

Aussi, lorsque la grande Sérénité telle une improbable créature extra-terrestre, nous est apparue en compagnie de la vieillesse, on n'y croyait pas vraiment ! Il n'en fallait pas plus pour, enfin, tenir à distance les obligations des forces qui nous gouvernent, afin de ne pas succomber aux menaces tenaces des tentations tentaculaires d'un incertain tentateur suprême et à ses forces diaboliques,et je le répète, celles qui nous gouvernent !

Forces inaccessibles bien entendu, qui, l'air de rien, nous ont contrôlé, frôlé, re-frôlé, nous frôlent et nous frôleront encore, nous fustigeront, nous attiseront en nous faisant croire que ce qu'elles nous proposaient et nous proposent encore, sont bel et bien indispensables, qu'elles seront toujours offertes et disponibles en toutes circonstances et que nous aurions tort de ne pas accepter et même de réfuter de si étonnantes propositions !

Cependant, (vous pouvez me croire sur parole), ce qui nous frappe de plein fouet et continue à nous étriller encore au cours des jours, des mois et des années, ne ressemble à rien d'autre de comparable : nous n'avons toujours aucune référence (en aurons-nous jamais ?), aucun point de repère qui nous auraient permis de vérifier leurs bien-fondés, d'aller au fond des choses, et par conséquent, de n'avoir aucun motif sérieux pour refuser de tels plaisirs immédiats pour décliner des offres si alléchantes en apparence qui pouvaient damner quiconque, même un saint  !!!

Il n'en fallait pas plus non plus pour, en contemplant la nullité du résultat des événements d'un passé si proche, considérer la vie de tous les jours, comme étant forcément nulle et malvenue, quelles que soient les circonstances.

 

On ne se remet pas vraiment d'une vie de plus de 80 ans, faite de bons et de mauvais jours, emplies de moments délicieux et d'autres plus exécrables que ça tu meurs ! On n'est pas mort, pas encore, mais ces moments là restent dans le crâne et empêchent souvent l'endormissement et, souvent aussi, fomentent des réveils en sursaut alors qu'on a à peine dormi 3 heures...

Mais qu'importe ce que le ressenti du moment et ce qu'on ressent encore aujourd'hui, qu'importe d'avoir aimé ou qu'on soit aimé, qu'importe les souvenirs quels qu'ils soient puisque de toutes façons nous ne les revivons pas, ce qui est passé n'intervient plus dans le quotidien « hic et nunc ».....

Ce qui surnage, ce sont les regrets, ceux qui nous turlupinent à chaque heure du jour et surtout de la nuit, les regrets de n'avoir pas été quelqu'un d'autre, de n'avoir pas été à la hauteur dans certains cas, de n'avoir pas eu de chance au loto européen (!), de n'avoir pas eu je ne sais quoi qui aurait fait de la vie quelque chose d’inouï et de remarquable !

 

Dès lors, pourquoi refuser ces propositions si extraordinaires, venant de nulle part, qui auraient pu, même un bref instant, nous faire réviser notre jugement sur l'exécrable ennui du quotidien ? Il n'empêche que par moment, ça en devenait franchement irritant et désagréable au possible, de devoir se méfier de pareilles suggestions, surtout lorsque l'agression (ne serait-ce pas plutôt une proposition ?) était si douce, si lénifiante et tellement pleine de promesses, ne laissant aucune place à une réaction de défense qui aurait permis de réagir et de contrer ces attaques sournoises que, bien souvent, si pas toujours, nous aurions regretté de les avoir accueillies !!! .

Mais dites-moi, vous qui êtes si malin, quels recours aurions-nous pu avoir contre de telles forces, aucuns signes avant coureurs ne soulignant les dangers possibles, même en cherchant bien, d'autant plus que rien ne les signalait et ne nous avertissait de quoi que ce soit de répressif à l'horizon ?

À croire que les dieux s'étaient divertis de notre incompréhension, voire de notre inconscience, face à ce déferlement de tant de promesses, de tant de bonnes choses qui ne présageaient aucunes contre-indications, aucuns effets indésirables, d'autant plus qu'aucuns d'effets non-désirés n'étaient mentionnés dans le mode d'emploi !!! Fallait-il accepter d'emblée ces propositions de plaisir sans contrainte ? Fallait-il n'opposer aucune méfiance ? Fallait-il dès lors se laisser aller à la suggestion d'une jouissance sans retenue ?

 

À l'époque, faut-il le rappeler, ce n'était pas dans l'air du temps que de se livrer à l'exposition d'un dévergondage aux yeux du public toujours avide de sensationnalisme !... Tout à fait comme si le narcissisme primaire de l'homo-sapiens prenait le dessus afin de montrer ses dessous ! Heureusement, les temps changent, la morale des bénis-oui-oui n'a plus cours, les mentalités se sont adaptées, bon gré mal gré, aux nouvelles façons de concevoir le monde, la jeunesse a donné des exemples peut-être pas toujours bons à suivre, mais si efficaces dans leur apparente facilité.

En effet, ces forces qui nous gouvernaient, qui nous gouvernent toujours agissent avec peut-être encore plus de sournoise malignité qu'avant !!!

Parfois, à force d'écouter les infos et leurs nouvelles qui prennent parfois des allures optimistes selon l'humeur journalistique, on s'attendrait dès lors, à ce que la sensation de faim disparaisse dans le monde des vivants, ou que la myopie, le strabisme, la presbytie, la cataracte et le glaucome ne soient plus qu'un mauvais rêve, que l’artériosclérose, l'infarctus du myocarde, l'angine de poitrine, l'embolie pulmonaire et l'hypertension artérielle relèvent désormais d'un cauchemar à oublier ! On imagine aussi que l'arthrite et l'arthrose et le maudit cancer ne soient plus que mythes et légendes qui se raconteront à la veillée, en donnant un frisson rétrospectif aux auditeurs âgés...

On s'attendrait aussi à ce que cette fameuse colère toujours mauvaise conseillère, se transmue benoîtement en une acceptation bienveillante face aux considérations effarantes de ce présomptueux suzerain inaccessible!...Mais las, on retombe vite dans le réel, s'il en est un... le brouillard se dissipe rapidement, et nous allons entrer aux splendide villes de la bienveillante Sérénité, laquelle va enfin nous envelopper et nous faire considérer cette imaginaire soupe originelle, comme un vent mauvais vite, dispersé...Alors ? ...à pa peur? ...Yes, à pu peur !

Image: 
entreleslignes.be ®2021 designed by TWINN Abonnez-vous !