semaine 48

La feuille de thé comme seul horizon

Question d'optique par Jean-Frédéric Hanssens, le 18 janvier 2018

C'était dans une plantation de thé au Sri Lanka. Nous étions en fin d'après-midi, les cueilleuses  en grande majorité  tamoules, historiquement en provenance du sud de l'Inde, avaient déposé chez leur riche propriétaire leur grand sac chargé de 15 à 17kg de feuilles fraîches de thé. Ces femmes se rendaient au village pour y assister à une fête, quand je les ai croisées sur ce coteau.
L'âge minimum pour travailler dans les cultures est de 12 ans. La main d'œuvre est à 85% composée de jeunes filles et de femmes qui travaillent à la journée  pour environ 1,60€ (300 roupies). Un travail harassant de 8 à 10h par jour et généralement sans protection  lors de l'utilisation des pesticides et engrais chimiques. Une vie toute entière qui n'aura comme horizon que la cueillette dans des conditions de vie souvent déplorables dans des baraquements où la promiscuité exposent ces femmes à un haut risque de harcèlement sexuel.

photos: 

Sri Lanka Photo © Jean-Frédéric Hanssens

Il semble que vous appréciez cet article

Notre site n'est pas devenu payant! Mais malgré le bénévolat de ses collaborateurs, il coûte de l'argent.

C'est pourquoi, si cet article vous a plu (et même dans le cas inverse), nous faire un micropaiement d'un ou de quelques euros nous aiderait à sauver notre fragile indépendance et à lancer de nouveaux projets.

Merci à vous.

Nous soutenir Don mensuel

entreleslignes.be ®2021 designed by TWINN Abonnez-vous !