semaine 19
Portrait de Yana Marditou
A la Lanterne

Toujours plus…….

Le 16 novembre 2016

J'ai accompagné Jos dans un café où il m'avait dit « Avec tout' les pin'tches que tu peux poté dans ce Kaberdouch, tu é déjà zat !!! »…..

Après avoir tiré, au sort, la bière artisanale que nous dégustons, il me raconte :

Jos : Tu sé Manneken, le dimanche çà é pas seulement pour celui qui é sur sa croix mais çà é pour moi le jour où je dégust' le bon stoemp que m'a préparé Marijke é que çà m'a bien gouté... après, j'ouvre le post' avec la zapet'... j'ai bon…. y'a toujours des babeleïs pour barboter des fourfernailles …çà me donne de la rigolade pour ma semain'…

é paf, je tombe sur le premier dé sinistre….j'appuie sur le bouton pour plus voir sa tête….é partout je vois sa figur'….Potferdekk que je m'dit... çà y'é, derrière notre dos, y z'ont déclaré la guerre, qu'y montre sa tiest' un dimanch'  durant la pause de midi !!!

é j'écoute bien….mais non, çà é pour parler de sa politiq'….alors je me laisse allé dans mon fauteuil pour rmon petit niquet….je m'endormé am'naise quand je me réveill' tout d'un coup….

Moi : « Qu'est-ce qui s'est passé ? »

Jos : « Ah çà m'a retourné les boyaux, j'entends le peteux qui dit « il faut responsabiliser les malades de longue durée »….On n'a jamais vu une affaire ainsi  « responsabiliser » ….ousqui zont pu encore trouvé un mot com' celui-là !!

Moi : « Mais oui, c'est ce que l'on appelle maintenant le « politiquement correct », il faut attendre l'application pour en comprendre le contenu…. »

Jos : « Alleï Fieu, çà stink cet' histoire !!!!  si déjà j'y é pas de comprenure, qu'é-ce que çà va m'apporté d'attendre qu'y m'expliq'…..Mais moi ce que je comprend, çà é comme s'y disé que lé malades y z'étaient responsabl' de leur maladie…..mais çà é dzoum dzoum de babelé comme çà ….qui décid' d'êtr' malade é d'avoir dé souffrances….é puis çà é le docteur qui le sait que tu é malade é que cé lui qui dit que tu lé encore é que té pas guérit…..

Alors lé z'autres la-haut, comment y peuv' dire que té responsabl'….é d'abord comment y fon…..Y son tous docteurs au 16 !!!

Moi, je rote sur la Maggie là bas….mêm' si elle é docteur, elle débloque sais-tu….seré pas un peu clette ??…..parc'que si lé z'autres docteurs y zon dit que le peï ou la meï elle é encore malade, y faut lé croire é laissé lé gens en péé se soigné...non peut-être !!! »

Moi : « Mais je pense que quand ils parlent de « responsabiliser » c'est une manière de dire qu'ils veulent les remettre au travail... »

Jos : « Astableef !!! arrangé des gens qui sont malades é qui souffrent encore pour lé remettr' à leur ouvrage !!!…..mé y vont lé mettr' dans leur slaptitude é y vont encor' plus sukkelé après lé peÎs !!!

Y zont jamais été malade eusse, y zont jamais senti ce que çà é la souffranc' dans leur corps ou dans leur tête é que çà fait longtemps….puisqui zont de longue durée cé peïs….çà veut dire longtemps çà quand mêm' !!!

Moi : « Mais, je pense qu'ils le savent….mais qu'il veulent récupérer de l'argent pour boucler leur budget ! »

Jos : « Là tu me fé tombé de mon sus !!…. y veulent prendre de la mitraille sur dé gens malad'….y zon devenu mastoc !!…..mais çà é pas possibl' dé zieverderas pareil !!! é bien moi Fieu, je vais te dir', qui sont lé vré malades….é  depuis longtemps….

Moi : « Ah, tu connais toi aussi des malades de longue durée …. »

Jos : « Oui Manneken, je lé conné …..lé vré malades, é çà fé depuis longtemps que çà dure é que çà é nou z'autres quon endure.. leur maladie !!! …Lé vré malades çà é ceusse qui veule toujours plus de mitraille, plus de pouvoir..ceusse qui n'en n'ont jamais assé….

Hé bien, moi je n'ai pas de comprenure avec çà…. Comment é-ce possibl'….é mêm' si je suis pas docteur, je pense qui son dé peïs très malades…..y doiv' battre le beurre dans leur têt' quand même'...de vouloir dé choses comme çà….. plus….toujours plus….dé cents é dé milles...é pourquoi faire, mais pourquoi fair'…. potferdek !!!

Moi : « Oui, en effet, je pensqu'on peut se poser pas mal de questions là-dessus…. »

Jos : « Tu sais, parfois quand on parl' d'eusse dans la gazet', quon leur fait dé courbettes, quon lé montre avec leur grand sourire dans leur bel' villa ou dans leur gros' voitur'….en faisant de leur nez…...pour fair' croire qui sont plus que nou z'autres…

Je pense que mêm' s'y zont le cul dans le beurre,  é qui zont le gros cou….tout au fond d'eusse…..y doiv' t'être malheureux ...oui fieu, malheureux comme ceusse qui se croye en bonne santé é dardaf y apprennent qui doiv' tiré le rideau….

Tu sé, hein, y'a pas d'avance, cé pëis y doivent avoir lé poepers….. lé poepers de voir quelqu'un de leur connaissance qui pourrait en avoir plus qu'eusse, lé poepers qu'on leur enlève leur petit' jeu qui lé excite é qui leur fait croir' qui zont lé plus sur le mond'….é çà, y ne veulent pas le savoir….. mais je te dis, Manneken, tout çà qui font, que çà doit leur faire beaucoup de mal dans leur intérieur...alors qui croye que çà leur fait du bien….

Moi : « Tiens, tu les crois malheureux...pourtant ils n'en donnent pas l'impression ! »

Jos : « é oui Fieu, malheureux qui zont, parcqu'y veule pas le savoir qui son maboul é que y'a pas un peï à côté d'eusse qui va leur dire : « Arrêt' tout çà Fieu tu te fais tu mal...y faut allé voir ldocteur de la têt' pour te soigné !!!…...puisque cé eusse qui tire é tienne les ficelles sur lé z'autres….alors lé z'autres y leur font bébelle, y zont peur de perdre leur petit z'avantages é y obéisse..cé bandes de labbekak !!!! »

Moi : « Et oui, c'est comme çà que le système fonctionne !!! »

Jos : « Et çà é vraiment dommage hein, parc'que pour être encore mieux avec leur eux-mêm', y devré revenir dans le vrai mond', marché  simplement dans la rue é regardé autour d'eusse, découvrir ceuse à qui y font du mal tous lé jours, ceuse qui mettent dans la misére, voir que çà é des' zhom' com' eusse à qui y font çà !!! é alors y ferait mieux de faire de bonnes choses, de tout fair' pour que lé z'autres y zon ce qu'y faut pour vivr'leur vie bien dans leur ordinaire…

.é alors, y verraient les gens contents partout dans le mond'….tu te rend compt' quel bonheur çà é de pouvoir se dir' : « çà é moi qui enlèv' la misère du mond' »….é bien, je sais que s'y faizé çà, çà leur mettrait du sptittant dans leur coeur …..qui en a bien besoin….é alors y seraient heureux au fond de leur eux-mêm'...de se sentir humain….quoi !!!

é bien moi, au lieu d'avoir un œuf à pelé avec eusse, je seré, alors, d'accord de sortir ma casquet', de zanzé avec, é mêm' de leur payé dé verr' sur mon compt' pour moi aussi partagé ma mitraille ….. c'est vrai quoi….entre simple peï, y faut bien s'entraidé…non peut-être !. »

entreleslignes.be ®2021 designed by TWINN Abonnez-vous !