semaine 34

La Caravane passe

Pérégrinations par Lucie Van de Walle, le 08 juin 2019

Le Tour de France 1969 de Eddy Merckx, un périple du photographe Jef Geys. Photographies en noir et blanc en tirage numérique après ektachrome @Kazinni and Air Paris.

Celle du Tour. De France bien entendu, comment l’ignorer !  Dans moins d’un mois, Bruxelles vivra le coup d’envoi du Tour de France 2019, soit exactement 50 ans après la première victoire de notre compatriote Eddy Merckx. D’abord événement sportif et populaire, comment la «culture » pouvait elle se glisser dans cette fête dédiée au cyclisme et à notre Eddy national ? L’idée du Bozar de Bruxelles est de proposer une exposition de photographies liées au Tour. Et c’est l’artiste belge Jef Geys (1934-2018) qui occupe les cimaises avec 67 photographies noir et blanc prises alors qu’en 1969 il suivait le Tour en 2 CV. Loin du glamour de la course vers la victoire, le reportage de Jef Geys est centré sur les à-côtés de la caravane. Si on aperçoit parfois Eddy, on voit surtout les voitures-balais, des vélos de course, les panneaux publicitaires, des vues d’un certain Hôtel de la Poste, les suiveurs, les spectateurs, des anonymes à la casquette vissée au front et dont on identifie - parfois d’un cliché à l’autre -  les silhouettes attentives. Reconnaissons d’emblée que celles et ceux qui se presseront sur le parcours du Tour, ne seront sans doute pas nécessairement les premiers à se jeter sur cette exposition. Je reconnais que je ne connaissais pas cet artiste du Limbourg qui a pourtant reçu les honneurs en de hauts lieux de la création contemporaine, notamment en 2009 à la Biennale de Venise. Je demeure perplexe. Les images proposées sont généralement floues, le cadrage en est hasardeux et c’est très déstabilisant. Si j’ai bien compris, mais cela se vérifie aisément, la théorie de Jef Geys fut d’abolir la hiérarchie entre les images classifiées « artistiques » et les photos-souvenir amateurs dans le but d’une mise en avant de l’émotion du moment présent. C’est sa liberté. Je demeure toujours perplexe et je ne vois pas encore pourquoi l’un empêcherait l’autre. Du reste, les photos des amateurs peuvent très bien être de qualité. 

À l’intérieur de cette série d’images cyclistes, on trouve deux pages de journaux. Car cette mémorable victoire d’Eddy Merckx coïncide avec le jour où Neil Amstrong a marché sur la lune ! Aussi en ce jour très spécial, Merckx et Amstrong  ont-ils partagé La Une. Une rencontre rêvée, en quelque sorte. 

Le Tour de France 1969 d’Eddy Merckx : Palais des Beaux-Arts, rue Ravenstein, 23, 1000 Bruxelles. Jusqu’au 1er septembre 2019. Entrée libre.

Informations :  https://www.bozar.be/fr

Mots-clés

Ajouter un commentaire

entreleslignes.be ®2019 design by TWINN