semaine 32

«La vie des sans-papiers compte» et il y a urgence

Question d'optique par Jean-Frédéric Hanssens, le 20 juin 2020

Le 20 juin, c’est la Journée internationale des réfugié.e.s. L’occasion pour les organisations défendant les sans papiers et appelant à leur régularisation de se rappeler à la mémoire des partis politiques. Des rassemblements ont été annoncés en divers lieux de Belgique et d’Europe à cette occasion.

A Bruxelles, c’était à 14 heures à la place du Luxembourg ce samedi 20 juin. Le soleil était de la partie. Première impression. Il y a du monde. Beaucoup de monde. Une policière m’avance le chiffre de 600 personnes. Ouf. La crise sanitaire et le confinement auront fait des dégâts chez les sans papiers mais les collectifs qui les soutiennent et les défendent sont là en nombre. De même que les personnes venues à titre personnel.

Il y a une ambiance de retrouvailles. Tous les habitués sont là. Marianne, Azad, Danielle, Axel, Valentine, Daniel, Isis, Joseph, Loïc, Axel, Bernard, Riet, Jean-Frédécic, Malika, Sébastian, Valérie, Mamadou, Sarah, Freddy, et tous ceux que je n’ai pas vus parce que la manifestation était statique, et tous ceux que je n’ai pas reconnus parce que la manifestation était masquée.

Les collectifs déploient leurs banderoles de part et d’autre du terre-plein central. Après l’échauffement, les appels répétés à une régularisation, ce sont les prises de parole. Elles demandent aux partis politiques de donner plus de place aux sans papiers dans les prochains accords de gouvernement. Elles rappellent que les sans papiers sont des personnes comme les autres qui, souvent, travaillent, mais dans quelles conditions ? Que « les sans papiers comptent », selon le nouveau slogan. Que la seule issue pour eux et leurs enfants est la régularisation. Autant de demandes qui se résument ainsi : « Justice, liberté et papiers pour tous ».

L’atmosphère est détendue. Les orateurs seront-ils entendus ? Les bus de la Stib circulent entre les calicots. Certains de leurs chauffeurs sourient. La police attend en uniforme dans les rues avoisinantes. En civil dans la manifestation. Les habitués s’interrogent : « Il est nouveau, non, le gars en vert ? » « Peut-être les policiers en civil habituels sont-ils pensionnés maintenant », glisse quelqu’un.

Lucie Cauwe

photos: 

Photos © Jean-Frédéric Hanssens

Il semble que vous appréciez cet article

Notre site n'est pas devenu payant! Mais malgré le bénévolat de ses collaborateurs, il coûte de l'argent.

C'est pourquoi, si cet article vous a plu (et même dans le cas inverse), nous faire un micropaiement d'un ou de quelques euros nous aiderait à sauver notre fragile indépendance et à lancer de nouveaux projets.

Merci à vous.

Nous soutenir Don mensuel

Commentaires

Portrait de PierreSuile
Bonjour, Je suis Pierre, designer de produit. Perso j’en ai marre des smartphones qui sont de plus en plus grands. Ils ne tiennent pas dans la poche et sont pas pratiques. C’est pour ça que j’ai décidé de lancer un smartphone : OneDevice A voir sur http://www.onedevice.eu/ Vous pouvez aussi voir l’article de Frandroid à son propos : https://www.frandroid.com/produits-android/smartphone/651099_ce-francais-veut-relancer-la-mode-des-petits-smartphones-de-5-pouces Bonne journée ! Pierre

Ajouter un commentaire

entreleslignes.be ®2020 design by TWINN