semaine 42

Lumières terrestres (7)

Question d'optique par Jean-Frédéric Hanssens, le 19 juillet 2019

Des chutes d'Iguazú et Victoria, nous nous retrouvons à Taba en 2010. Une petite ville égyptienne située près de l'extrémité nord du Golfe d'Aqaba, composée d'une population de Bédouins. Elle a été la dernière rendue à l'Egypte en 1989 dans le cadre du traité de paix israélo-égyptien. Elle est aujourd'hui un point de passage pour les voyageurs qui vont ou sont en provenance d'Israël. Taba est aussi un lieu de villégiature pour les weekends des Israéliens qui peuvent y rester 48 heures sans demander de visa et profiter des spots de plongée sous-marine et des casinos. De très nombreux hôtels bordent la mer Rouge au sud de la ville. Elle est aussi un point de départ vers la cité de Pétra en Jordanie, à voir absolument. Mais au vu de sa situation stratégique, la ville et ses environs sont devenus une cible privilégiée pour le terrorisme.  En octobre 2004, l'hôtel Hilton de Taba fut la cible d'un attentat d'Al-Qaïda qui tua 34 personnes, pour la plupart, des touristes israéliens. En février 2014, c'est un car qui a explosé à proximité d'un complexe hôtelier proche de la frontière Israélo-égyptienne, tuant et blessant des touristes coréens. Suite à ces événements, le Club Med a fermé son village Sinaï Bay. Aujourd'hui encore, cette zone est considérée comme "zone déconseillée sans raison impérative" par le ministère français des Affaires étrangères. Pour sa part, la Belgique rappelle la liste des attentats perpétrés en 2018 et 2019 dans le pays. La forte présence policière, pour ne pas dire omniprésente dans les zones touristiques a permis, en 2018, à l'industrie touristique de recréer des emplois, mais reste, malgré tout, à moins de 50% de son niveau de 2010.


Deux photos prises au coucher du soleil proche de Taba, qui prennent tout leur sens aujourd'hui où ses plages sont désertées par le tourisme de masse.

photos: 

Taba en Égypte. Photo © Jean-Frédéric Hanssens

Mots-clés

Il semble que vous appréciez cet article

Notre site n'est pas devenu payant! Mais malgré le bénévolat de ses collaborateurs, il coûte de l'argent.

C'est pourquoi, si cet article vous a plu (et même dans le cas inverse), nous faire un micropaiement d'un ou de quelques euros nous aiderait à sauver notre fragile indépendance et à lancer de nouveaux projets.

Merci à vous.

Nous soutenir Don mensuel

Ajouter un commentaire

entreleslignes.be ®2019 design by TWINN