semaine 25

Aux Armes, citoyens!

À table avec l'Ogre par L'Ogre, le 10 novembre 2018

Une renaissance bruxelloise, on vous dit! Photos © J. Rebuffat

C'est l'histoire de deux familles qui portent des noms plus bruxellois que ça tu meurs (mais pas de faim): Veulemans et Van Lancker. Celle-ci règne depuis 125 ans sur l'Îlot sacré avec son emblématique Léon, que vous avez tort de snober en décrétant comme tout le monde que décidément, il n'y a plus rien qui vaille en cet ex-ventre gourmand devenu repaire de gargotiers. D'accord, des gargotes, il y en a. Mais outre Léon, dont je reparlerai prochainement dans la rubrique L'as-tu lu, Lulu?, la perle des Veulemans, qui était tombée bien bas depuis quelque temps, à savoir «Les Armes de Bruxelles», a été reprise et restaurée (appréciez le jeu de mots comme vous apprécierez la cuisine) par Rudi Van Lancker.

Quand j'étais jeune journaliste (cela remonte à la charnière des deuxième et troisième tiers du XXème siècle), j'adorais aller aux Armes. L'endroit offrait le meilleur de Bruxelles, le charme discret (enfin, presque) de la bourgeoisie: une certaine idée de l'opulence locale tant dans l'assiette que dans la décoration. Nous étions là non pas dans le haut de gamme gastronomique, mais celui-ci était parfois frôlé (même le gros Michelin s'accordait à la proclamer). Nous voguions sereinement sur la mer tranquille de la brasserie chic et de ses spécialités locales – ou autres.

Puis vint la décadence. Les Veulemans remirent l'affaire. Plusieurs propriétaires, que la charité humaine m'interdit ici de citer, se succédèrent et au lieu de voguer, ce fut le naufrage. Les Armes furent déposées et leur triste mine faisait face à Léon, friture bruxelloise. Un seul regard a suffi (là, je me laisse aller à quelque romantisme, il a aussi fallu un paquet de sous) et Rudi Van Lancker ressuscita les lieux. J'avais promis d'y retourner: c'est fait. En compagnie de mon ami Thibaut, qui se disait en période sèche, histoire de pouvoir se livrer à des excès ultérieurs, mais qui n'a pas résisté dix secondes devant la coupe de champagne. Car oui, messieurs dames, là la coupe est une coupe et pas une flûte, n'en déplaise aux puristes redoutant la platitude trop rapide du breuvage: comme s'il fallait longtemps pour l'avaler, cette coupe! Ce retour à la tradition m'a plu; il présageait bien de la suite. La carte est gigantesque mais il fallait bien choisir.

Alors nous avons opté pour la salade Veulemans, encore une hérésie bruxelloise qui choque les dogmatiques: une croquette aux crevettes accompagnée d'une salade et de crevettes, mais alors beaucoup de crevettes, deux jours de pêche à Oostduinkerke, au moins. Puis Thibaut opta pour le waterzooi de poisson Armes de Bruxelles tandis que je penchais pour les filets de sole maison, un plat assez proche, finalement, mais orné d'un généreux morceau de homard parfaitement bien cuit. Car ça, c'est un indice qui ne trompe pas. Fuyez les endroits où le homard est en carton!

Une bouteille de pouilly fumé accompagna cette délicieuse débauche et je peux bien vous le confier: aucun de nous deux n'avait encore faim avant le dessert, mais, le devoir avant tout, vous me connaissez, nous n'allions tout de même pas partir de là sans avoir vérifié si les crêpes Comédie française étaient toujours comme avant. Eh bien oui, on les flambe en salle à la mandarine Napoléon, et là non plus, on ne lésine pas.

Bref, les Armes, on peut s'y rendre, en sachant tout de même que l'addition est plus chère qu'en face. Pourtant, les plats sont facturés au demi-décime près. L'américain est à 19,85 euros, par exemple. Ket, avec ça tu reçois des frites maison à la graisse de bœuf et si tu bois rien qu'une Veulemans à 4,45, en tout t'en auras pour pas pluss que 24,30 euros. Si ça n'est pas un cadeau... ben prends le menu à 25,50, t'auras aussi une entrée et un dessert autour de ton tartare, comme c'est traduit pour le papa du gendre de M. Beulemans. Allez, avec la bière ça fait tout de suite 29,95, laisse 30, ne fais pas le radin!

Les Armes de Bruxelles, rue des Bouchers 13 à 1000 Bruxelles. Fermé le lundi.

Mots-clés

Ajouter un commentaire

entreleslignes.be ®2019 design by TWINN