semaine 43

Il n'y a plus rien à bouffer

À table avec l'Ogre par L'Ogre, le 14 mars 2020

Face au vide, un caddy traînait, abandonné sans doute par quelque client désespéré de ne pas trouver de pâtes... Photo © J. Rebuffat

Interrompons quelques semaines notre promenade gourmande d'Uccle. Dire que je comptais vous parler du Petit Pont... Ce sera Petit pas ton Pont. Les restaurants ferment et s'ils le veulent, ils peuvent faire traiteur. Bon, mais moi aussi. Je me dirige donc ce matin vers mes supermarchés favoris à une heure où d'habitude les rayons sont pleins et les allées, vides. Eh bien ici c'était l'inverse, mes gaillards! Tout le monde avait eu la même idée, venir quand il n'y a personne. Cela faisait en effet beaucoup de personnes. Mais alors dans les rayons, la Bérézina! Waterloo! (Pourquoi toutes ces expressions qui glorifient des défaites françaises, je n'en sais rien.) Les deux les moins pourvus étaient celui des pâtes et du PQ. Pourquoi diantre, alors que la presse et les aurorités vous serinent que les stocks sont à niveau, vous obstinez-vous à acheter tout ce qui peut se stocker?

Ah, vous êtes vieux et vous voulez sortir le moins possible de chez vous? Mais il y a moyen de se faire livrer!

Heureusement chez moi les stocks sont permanents. Aussi puisque vous allez devoir vous débarrasser des tonnes de pâtes et de riz qui font déborder vos armoires, puis-je vous conseiller la recette de la vraie carbonara, sans crème et sans reproche, contrairement à ce qu'insinuait le premier supermarché visité (il n'y avait là plus de viande au rayon boucherie, j'ai dû compléter ailleurs) qui fait des promos chaque semaine sur le plat le plus googlé en Belgique?

Vous avez besoin de joues de porc, à faire fondre lentement et longuement, coupées en lamelles, dans de l'huile d'olive allongée d'un peu de bouillon de viande une fois qu'elles sont saisies. Vous avez besoin d'un peu plus de bouillon et de jaunes d’œuf. (Gardez le blanc, il servira toujours.) Vous avez besoin d'une marmite où faire cuire les linguine ou les spaghettis. Bon, si vous vous rendez compte à ce moment que vous n'avez plus de linguine, inutile d'aller au supermarché, il n'y en a plus, prenez le plus approchant.

Pour le reste c'est aussi con que le citoyen lambda qui achète de quoi bouffer des pâtes jusqu'à la Toussaint (j'irai fleurir sa tombe). Les pâtes étant cuites, vous les égouttez. Vous prenez le grand bol où vous aurez mélangé les jaunes d’œuf, un peu de bouillon ou d'eau de cuisson, du pecorino (on en trouve encore) et les lamelles de porc, vous versez et la chaleur sera à la fois assez intense pour ne pas refroidir les linguine et pour ne pas voir les œufs coaguler. Bien sûr, j'insiste, la cuisson des joues ne prend pas dix minutes mais une heure ou deux, vous avez le temps, vous télétravaillez, ça peut frémir tranquillement.

Vous servez avec du pecorino et un bon rouge italien, du Piémont, tiens, ils en faisaient, avant le coronavirus.

Comment ça, et les lardons, et la crème? Bah si vous voulez mais ce n'est pas de la carbonara, ce sont des pâtes aux lardons et à la crème, avec ou sans jaunes d’œuf d'ailleurs. D'accord, c'est plus rapide à cuire et vous pouvez même servir avec de l'emmental, je m'en fous. Et vous tapez le pinard qui vous plaira, na!

Bon appétit et large soif.

(à suivre, mais quand? la promenade uccloise, avec le Petit Pont, les Enfants du Pirée, le Ventre-Saint-Gris, le Relais Saint-Job,...)

Mots-clés

Il semble que vous appréciez cet article

Notre site n'est pas devenu payant! Mais malgré le bénévolat de ses collaborateurs, il coûte de l'argent.

C'est pourquoi, si cet article vous a plu (et même dans le cas inverse), nous faire un micropaiement d'un ou de quelques euros nous aiderait à sauver notre fragile indépendance et à lancer de nouveaux projets.

Merci à vous.

Nous soutenir Don mensuel

Ajouter un commentaire

entreleslignes.be ®2020 design by TWINN