semaine 47

Rechercher

En collaboration avec les Presses Universitaires de Bruxelles

Une cuisine que l'on adopte aisément

À table avec l'Ogre par L'Ogre, le 21 octobre 2017

Reportage photographique © J. Rebuffat

On me pose souvent la question suivante: «Toi qui connais et aimes le Vietnam, dis-nous quel est ton restaurant vietnamien préféré!». Mais où? Si c'est à Bruxelles, j'ai plusieurs adresses de prédilection mais il y en a deux que je connais et que je fréquente depuis longtemps. Je ne vous dirai pas l'une (il faudra revenir) mais l'autre: l'Orchidée blanche, qui fleurit depuis une bonne vingtaine d'années chaussée de Boendael, non loin du Cim'd'Ix (ça, c'est pour faire branché. Jadis on disait le cimetière d'Ixelles).

Pourquoi? La raison première est que l'on y mange bien, on n'est jamais déçu, et la dernière fois que j'y suis allé, je suis arrivé à la conclusion habituelle: le menu mandarin à 35 euros est une excellente affaire. Une soupe, un assortiment d'entrées, deux plats et un dessert, dites donc! La raison seconde est que cette cuisine ressemble effectivement à celle que l'on trouve au Vietnam, surtout dans le sud de ce pays longiligne où l'on mange peu gras et pas trop épicé. La raison tierce est que l'endroit est chic et luxueux et que le personnel de salle est habillé de la tenue vietnamienne typique (inscrite au patrimoine mondial de l'Unesco): l'ao dai. Bref nous sommes très loin de la gargote même sympa ou de la street food mais au contraire, dans un restaurant gastronomique que mes confrères du Gault-Millau avaient placé sur la plus haute marche du podium des restaurants asiatiques belges il y a un ou deux ans. Le tout fut arrosé d'un sancerre qui en effet, ne demandait que ça – un pur moment de bonheur. C'était à l'heure du déjeuner, où le restaurant est moins pris d'assaut que le soir ou le week-end; sinon, n'arrivez pas à l'improviste.

Bon, cela dit, que mange-t-on? La carte est vaste mais n'ayez crainte, le débit est tel que tout est ultra-frais. La base de la cuisine viet est évidemment le riz, mais les légumes sont pratiquement tous des légumes ouest-européens, laissés en héritage de la colonisation française. C'est moins vrai pour les fruits. Les herbes et les épices sont abondamment utilisées mais rares sont les plats piquants. La Chine, naturellement, n'est pas loin et les Viets acclimatent facilement les recettes qui leur plaisent, comme le canard à la pékinoise... ou les pâtes au pesto, que vous ne trouverez pas au menu, mais qui sont omniprésentes dans les restaurants à Saigon. Si je vous disais que l'un des petits déjeuners préférés des Vietnamiens est la demi-baguette tartinée de Vache qui rit? Donc pas de purisme. En réalité il n'y a ni cuisine chinoise, ni cuisine viet, ni cuisine thaïe, ni cuisine italienne, belge ou française: il y a juste des tendances, des habitudes, etc.

Mangeons avec les yeux.

D'abord le potage...

Puis l'assiette Orchidée blanche, un assortiment d'entrées...

Ensuite le canard...


Lequel est suivi du plat principal (je veux dire par là le plus copieux...), du bœuf aux légumes,

Et enfin, le dessert, très occidentalisé (la star chic, à Saigon, c'est la crêpe Suzette):

L'Orchidée blanche, chaussée de Boendael 436 à 1050 Ixelles. On réserve via le site ou par téléphone (00.322.647.56.21). Fermé le samedi midi.

Ajouter un commentaire

Du même auteur

Comment ne pas avoir envie de goûter? C'est bel et bon. Photos © J. Rebuffat

Reportage photographique © J. Rebuffat

Il faut qu'une porte soit ouverte ou fermée, mais dans un restaurant romain, Musset a tort. D'accord, celui-ci était fermé, mais les autres... Suivez le guide plutôt que les guides! Photos © J. Rebuffat

Le croiriez-vous? Tout est cru. Photos de l'article © J. Rebuffat

entreleslignes.be ®2017 design by TWINN