semaine 38

Graines de jardiniers

Chemins de traverse par Marcel Leroy, le 21 mai 2021

Sur le terrain, hors les murs de l'école, ils prouvent qu'ils ont accompli un sacré chemin en six années de formation. Photo © M. Leroy

Dans la broussaille à clarifier, préserver la plante noyée dans la masse, une école de la vie...Photo © M. Leroy.

Ils débarquent le matériel du camion de leur école. Didier, professeur d'horticulture, les encadre avec cet humour que les jeunes respectent. Erun, Mallory, Alexandre, Brandon, Nicolas, Kevin, ont entre 17 et 20 ans. Elèves en horticulture, ils terminent leur formation. Tous admettent avoir accompli un parcours parfois sinueux avant de trouver leur voie. Eux seront ouvriers jardiniers. Ils sont six parmi les 350 élèves de l'Institut Médico-Pédagogique René Thône. Située à Marchienne-au-Pont, cette école provinciale forme des maçons, des aides-soignants, des menuisiers, des mécaniciens, des soudeurs, des cuisiniers, des employés administratifs. Garçons et filles.

Levant les yeux vers le ciel, ils cherchent le grand bleu, délesté des nuages par le vent qui monte petit à petit. Ils regardent la broussaille, les ronces, les arbustes sauvages qui ont poussé dans le fond d'un terrain, le long d'une canalisation qui draine les eaux de ruissellement vers le ruisseau puis la rivière. Pour la petite équipe, la Haute-Sambre est un voyage. Tous aiment la nature, le grand air. Travailler dans un jardin leur apporte un calme rare, et  le bonheur de voir, après le boulot, ce qui a été accompli. Les jardiniers sont des artistes qui réinventent des paysages.

Charleroi, Jumet, Dampremy, Marcinelle ou Gilly et les terrils, la ville semble si loin. Ils ont l'impression d'avoir roulé longtemps, savent que la frontière de la France est proche, parlent de voyages, de vélo, de foot, de pêche, de leur futur métier. Ces jeunes gars ont acquis divers savoirs qu'is appliquent à l'horticulture. "Le travail des enseignants est collectif, insiste Didier. Il faut être capable de mesurer, réfléchir, penser, s'exprimer, pour être un bon jardinier". Pour ce prof qui s'est fait lui-même, à la dure, enseigner est plus qu'un métier, sans doute une manière de donner aux autres ce qui a été reçu. Apprendre à se lever à l'heure, étudier les secrets des plantes, être capable d'écouter les gens. Regarder autour de soi.

Brandon, Nicolas et Mallory recevront leur diplôme cette année. Encore un an pour les autres. Ils parlent de lancer leur petite entreprise. Envisagent les avantages et les risques de cette liberté, sans patron. En attendant, ils donnent des coups de main, pour se faire la main, appliquer leurs connaissances fraîches écloses, à toujours remettre sur le métier. Ils font confiance à leur prof, à leurs enseignants, toutes disciplines confondues. Pour Didier, ils savent qu'il aura fait un effort pour trouver sa place au soleil, comme on dit. Une aventure toujours personnelle. Le vrai défi est de se dépasser...

En ce jardin si vert au printemps, alors que tout pousse aussi dru que tombe la drache; on pense que trouver sa voie en 2021, avec le covid, la précarité, les problèmes du logement, la menace du chômage, les aléas du quotidien de celles et ceux qui n'ont pas poussé dans les quartiers chics, est peut-être plus dur encore qu'avant. Quand le boulot ne manquait pas. Il est vrai que le compagnonnage au travail était une formation permanente et bienveillante. A charge aujourd'hui pour l'enseignement de compenser ce manque. Ainsi à l'IMP de Marchienne, des élèves passent des journées sur le terrain, hors les murs,  pour se mesurer à la réalité des chantiers. Chaque fois, disent-ils, ce sont des rencontres qui donnent conscience du service rendu. D'un échange humain. L'effort de ces graines de jardiniers est une embellie, au temps du coronavirus.

Mots-clés

Il semble que vous appréciez cet article

Notre site n'est pas devenu payant! Mais malgré le bénévolat de ses collaborateurs, il coûte de l'argent.

C'est pourquoi, si cet article vous a plu (et même dans le cas inverse), nous faire un micropaiement d'un ou de quelques euros nous aiderait à sauver notre fragile indépendance et à lancer de nouveaux projets.

Merci à vous.

Nous soutenir Don mensuel

entreleslignes.be ®2021 designed by TWINN Abonnez-vous !