semaine 19

L'école confrontée au règne de l'incohérence

L’avenir de l’école par Laurent Berger, le 09 mars 2021

photo © Laurent Berger

Tout devient effets d’annonces, pensées par tweets, dictées par la com. On y va, on se jette à l’eau, on se donne des airs d’experts, de bons connaisseurs en la matière, on séduit le peuple, on le prend par la main, on se fait autoritaire puis on assouplit. On dit que tout va mal, le lendemain, on dit que tout va bien. Au milieu de ce beau désordre, les écoles doivent rester ouvertes, pour les jeunes ou pour le marché, pour le bien être des adolescents ou pour le bien être de l’économie, à vous de choisir! Maintenir le niveau, récupérer le retard, maintenir les prévisions, voir tout le programme, compléter toutes les compétences, opérer toutes les opérations, nous mettre devant les écrans, la tête penchée vers le bas, la nuque brisée.

Le Fédéral annonce la rentrée de tous les élèves du secondaire tous les jours après le congé de printemps. Le Fédéral annonce qu’il est trop compliqué de vacciner tous les enseignants. La Ministre annonce que les élèves de troisième et de quatrième pourraient revenir avant le congé. On s'épanche d’abord dans la presse, puis on envoie des circulaires. On confirme ou on infirme dix jours à l’avance. Le petit virus a bon dos. Et si c’étaient ces annonces sorties de la bouche de l'arrogance qui étaient le virus? Cette manière de communiquer? De se la jouer populaire? Le nouveau tunnel Annie Cordy, c’est génial! Vive la culture! Disparition de la cohérence. Plaire aux électeurs! Décider de mesures fermes que l’on affirme ensuite ne plus respecter. Bobo écolo peut se permettre de payer une amende de 250 euros. Pas de problème! Moi, ma bulle est de vingt à trente personnes dans un local! C’est génial, je ne suis pourtant pas contre le vaccin, je l’attends toujours, il parait qu’on en jette, c’est super! Vive notre petit royaume si attachant! L'école au parfum d'amiante n'a qu'à bien se tenir!  Elle n'a qu'à épouser la loi de l'offre! Offrir aux clients tout en augmentant les inégalités, tel est le miracle! 

Ne pas consulter les citoyens, les infantiliser, mais après coup leur donner raison. Prétendre que l’école n’est pas un foyer de contamination et avouer après qu’il existe des clusters dans les classes. Fermer les théâtres alors que leur fréquentation serait moins dangereuse que les salles de professeurs! Mes petits élèves portent le même masque toute la journée.  On encourage l’enseignement à distance tout en s’alarmant des dommages causés par les écrans: troubles du comportement, déficits intellectuels,; Michel Desmurget a écrit un essai intitulé  La fabrique du crétin digital. Cependant,  ces Messieurs décideurs qui s’installent sur les réseaux sociaux attendent vos likes, vos signes d’approbations, nous sommes si bien entre nous, entre qui pensons comme nous, qui nous nous donnons raison avec le plus beau des sourires! Il parait selon des études impartiales que les adeptes des jeux vidéos travaillent mieux en groupe! C'est sublime! Voilà l'espoir humaniste de la nouvelle socialisation! 

Sommer l’école de fonctionner dans n’importe quelles conditions sanitaires. N’aurait-il pas fallu fermer les écoles pendant de courtes périodes pour endiguer l’épidémie? Permettre aux jeunes de garder des contacts sociaux en organisant des activités en dehors de l’école dans de bonnes conditions sanitaires? Plutôt que de valoriser un enseignement à distance qui révèle les inégalités ( par rapport au type de logement, de connexion disponible, au type de famille etc.) 

L’école est mise à tous les codes de couleurs, à toutes les circulaires. On a déjà demandé tout et n’importe quoi aux enseignants alors pourquoi ne pas continuer, je dirais même persévérer, enseigner, c’est un sacerdoce! Au service de la patrie économie, du Dieu de la production. Qu’ils arrêtent de se plaindre, ces fainéants, ces profiteurs, ces râleurs, s’ils tombent malades, ils pourront se reposer pendant le congé! Ils auront deux semaines! Et puis, on va peut-être enfin changer les rythmes scolaires! Mais déjà les différents lobbies contrecarrent l’espoir! Tous à la mer pendant les deux mois de vacances! Tous avec la même voiture sur la place m’as-tu vu! 

Ainsi, des mesures sont prises pour l’école, en suivant le cours de ce virus plus malin que nous. Une troisième vague et puis plus de troisième vague, tous libérés en mai! Tous vaccinés en été! Et hop c’est gagné! La vie normale va reprendre! Cette vie est-elle si normale que ça? La société n’est-elle pas plus malade que le virus? Sa maladie ne va-t-elle pas durer plus longtemps que le virus! A vous de voir! Je ne sais pas. Société liquide qui ne prend plus le temps de fonder, de construire. L'homme pressé, tel est le nouveau modèle! 

On espérait qu’en maintenant l’école ouverte, on allait aider la jeunesse à poursuivre leurs études secondaires et on s’étonne que certains d’entre eux sont en décrochage scolaire! Considèrer que l’école sera le remède miracle est peut-être un leurre si on continue à fonctionner de la même manière. Et si le malaise était plus profond? Si la COVID n’était que révélatrice d’une crise bien plus grave!

L’école est peut-être en réalité le dernier espace public qui reste dans une société qui se privatise de plus en plus, qui se communautarise, qui se segmente, qui se morcelle. Elle est peut-être le dernier espace qui forme un tissu social. Camus disait qu'un homme sans caractère a une méthode. Ainsi, je n'enseigne pas seulement pour le programme, les compétences, la matière, le plan prévisionnel etc. J'enseigne surtout pour le dialogue, les relations avec mes élèves.

Donc, je souhaite bien sûr le retour de tous. Mais pas pour les raisons qui sont celles de ces Messieurs les Décideurs au service des lobbies. Non, pour des raisons humaines. L’ordinateur a-t-il vraiment des vertus éducatives? On verra bien! On vante l’enseignement à distance selon le dogme du progrès absolu. Il faut surtout faire revenir à l’école ceux qui en ont le plus besoin, ceux qui sont isolés, qui subissent les inégalités. Mais la coupure entre l’école et les défavorisés ne date pas de l’apparition du virus, cette coupure est bien présente depuis des années, elle s’est installée. Comme l’écrit Philippe Meirieu, il ne suffit pas de construire l’offre à l’école, il faut construire aussi la demande. Dans le marché, on commence par l’offre en oubliant de tenir compte des vraies demandes. La demande est celle de pouvoir être socialisé dans un monde cohérent, aux normes humaines maintenues, mais comme je l’ai écrit, c’est l’incohérence qui est un outil du pouvoir. L’anarchiste que je suis, aime l’harmonie, l’ordre sans le pouvoir. Je plaide pour la socialisation alors que c’est l’individualisation des apprentissages qui est vendue, chacun sur son écran, même en classe! Les lobbies des industriels numériques nous influencent bien plus que les espoirs de la Commune de Paris! 

Je rêvais d'un monde meilleur, mais c'est un monde toujours plus performant et incohérent qui gagne. Alors en classe, sans écran allumé, je les regarde droit dans les yeux, content de les voir parler à un vieux comme moi, à un homme d'un autre temps. Heureux de les voir venir se rencontrer alors qu'ils sont d'origines différentes, au-delà des réseaux sociaux, des sondages, au-delà de l'offre, au-delà des beaux tableaux Excell. Leur apprendre à se parler autrement que par effets d'annonces. Leur apprendre à ne pas se contenter d'un commentaire rapide sur Facebook. Le bonheur est-il d'aller donner son avis sur un plateau de télévision?  

Mots-clés

Il semble que vous appréciez cet article

Notre site n'est pas devenu payant! Mais malgré le bénévolat de ses collaborateurs, il coûte de l'argent.

C'est pourquoi, si cet article vous a plu (et même dans le cas inverse), nous faire un micropaiement d'un ou de quelques euros nous aiderait à sauver notre fragile indépendance et à lancer de nouveaux projets.

Merci à vous.

Nous soutenir Don mensuel

entreleslignes.be ®2021 designed by TWINN Abonnez-vous !