semaine 43
Portrait de Richard Tassart
"Street/Art", le blog de Richard Tassart

Rouge Hartley : alerte incendie !

Le 23 juillet 2021

La fresque est de grande dimension. Elle est composée de deux parties distinctes. La première, celle qui occupe les ¾ de l’espace du mur représente un jeune et bel enfant représenté de ¾ arrière jouant dans sa chambre sagement. Il est assis sur son lit, le dos calé par des coussins, tenant dans sa main gauche une étoffe. Les housses des coussins sont faites de textiles divers. Des imprimés, des tissus brillants, rouges, bleus, mordorés. Un tas de coussins s’empilant pour bien caler le dos de l’enfant qui joue. Le blanc des draps s’oppose aux couleurs chaudes des coussins. Le drapé du drap se mêle aux drapés des étoffes. Les oreillers et les coussins sont disposés en plusieurs plans donnant sa profondeur à la scène. Un premier plan constitué par le drap et les coussins imprimés s’oppose au second plan des grands coussins mordorés, rouges et bleu. La scène est une plongée basse situant l’acteur principal de la situation dans un point fort. Au vêtement grenat de l’enfant répond le rouge intense du coussin qui soutient son dos. La posture de l’enfant, la peinture du lieu, rendent compte d’une scène somme toute ordinaire de la vie quotidienne d’un enfant d’une famille de la classe moyenne supérieure. Une lumière éclaire la scène, une lumière blanche dont on ne connait pas la source. Un garçon avec des kaplas a construit une maison. Elle est haute et la pente du toit est forte. Elle est inachevée, restent trois kaplas à placer sur un des deux toits « pointus ». Le regard de l’enfant est attiré par une autre scène hors champ.

Le regard de jeune garçon guide celui du « regardeur ». Dans la diagonale de la composition est peinte une scène d’incendie : une maison en feu. Reste de la maison quelques poutres de la charpente. Le feu dévastateur est représenté par des flammes d’un jaune saturé, un brasier rougeoyant, des fumées noires.

Résumons cette première approche descriptive. Une fresque composée avec grand soin et inventivité, proposant une plongée basse d’une scène qui interroge le « regardeur » : un jeune garçon ayant presque terminé de construire une maison avec des Kaplas voit « sa » maison bruler « en vrai ».

La « vision » de l’enfant représente moins d’un quart de la surface de la fresque pourtant ses couleurs violentes renforcées par un contraste rouge/bleu des fumées, guidée par le regard du jeune garçon, non seulement attire le regard mais questionne le « regardeur ».

Cette fresque remarquable d’un point de vue formel a été peinte par Rouge Hartley à l’occasion de l’Urban Art Fair de Paris qui s’est déroulé du 10 au 13 juin 2021 à Paris.

Le sens de l’œuvre est construit par le « regardeur » qui est bien incapable de dire « ce que le peintre a voulu dire ». Et cela pour plusieurs raisons : d’abord le peintre ne dit rien, il crée des images, et, de plus, il est possible voire probable que son « message » lui échappe. Reste à poser quelques hypothèses de signification, hypothèses fondées sur une lecture de l’œuvre et une recherche documentaire des sources.

La composition de Rouge Hartley est un collage de deux images : une image d’une scène banale et une scène d’incendie. Le « montage » des deux images est d’une grande violence. Le medium entre les deux scènes est le regard de l’enfant. Le point commun est la maison en bois au toit pointu. Un garçonnet dans la douce intimité de sa chambre construit une maison de bois et « voit » sa maison dévastée par le feu dans un futur proche.

Le jeune enfant est notre avenir et son avenir à lui est la destruction de sa création. D’où nous sommes, de notre présent, nous voyons se dessiner le destin de notre monde. Un monde que nous savons condamné si nous restons l’arme au pied.

Rouge a peint une fresque militante sinon politique. Elle nous donne à voir ce qui attend ce que nous avons de plus chers, nos enfants : une planète dévastée réduite en cendres.

Son œuvre s’inscrit dans un mouvement mondial de mobilisation pour lutter contre la pollution, le réchauffement climatique, pour préserver la biodiversité. Rouge Hartley apporte sa pierre à l’édifice, une image qui conjugue présent et futur, intimité et extrême violence. Une scène qui frappe notre imagination et témoigne, une fois de plus, du grand talent de l’artiste.

Image: 

Mots-clés

entreleslignes.be ®2021 designed by TWINN Abonnez-vous !