semaine 17

Rechercher

En collaboration avec les Presses Universitaires de Bruxelles

Portrait de Richard Tassart
"Street/Art", le blog de Richard Tassart

Codex urbanus, histoire de rire.

Le 28 septembre 2017

 

Dans la grande salle de la halle Hébert de l'Aérosol, une fresque a retenu mon attention et m’invite au commentaire. Plus précisément, une partie d’une fresque de grande dimension, fruit d’une collaboration entre un writer[1], Dark’s Snoopy et Codex urbanus. De très étranges créatures semblent traverser nonchalamment l’œuvre. Créatures marines se déplaçant comme un banc de poissons.

Elles sont violettes, au dos bosselé, dotées d’une bouche d’où sortent des tentacules blancs. Elles sont l’œuvre d’un artiste dont le nom est le projet artistique. Formule sibylline, j’en conviens, qui mérite un court développement. Un graffeur parisien dont le blaze est « Codex urbanus » fabrique dans Paris, un codex. N’étant pas persuadé de la complète transparence de cette explication, allons plus avant dans les obscurs recoins de mon vocabulaire. Un artiste crée dans Paris un livre[2]. Un livre bien particulier s’apparentant aux codex médiévaux représentant des créatures fantastiques (des licornes, des chevaux ailés, des dragons, des phénix etc.). L’artiste, en fonction des noms des rues de Paris, des enseignes de magasins évoquant ces animaux qui hantent les contes et légendes, dessine des chimères, leur donne un nom latin comme Linné les nommait au XVIIIème siècle[3].

Dans un entretien, Codex urbanus, présente son projet : « Le Codex urbanus est un travail urbain qui fait écho aux anciens codex médiévaux ou aztèques; ce sont des manuscrits illustrés, mais celui-ci a la particularité d’avoir des pages de pierre ou de béton. Je trace donc, de manière nocturne et rupestre, des chimères sur les murs, à la façon d’un moine naturaliste. Par exemple, on peut encore voir l’étrange Dermochelis Eliphas (l’Eléphantortue) de la rue Planquette ou les deux spécimens rares d’hyménoptères sur la devanture du restaurant la Guêpe, rue des 3 frères. Il y a aussi 3 fresques à la bombe scellées dans le 3ème sous-sol du squat artistique Le Bloc à la Mouzaïa[4], mais ça c’est pour les archéologues des années futures… »

Commencé en 2011, le Codex comprend aujourd’hui plus de 200 pages. L’artiste continue résolument l’«écriture » de son livre, non pas gravé dans le marbre, mais dessiné sur la pierre et le béton. Parfois, les chimères s’échappent du bestiaire à l’occasion d’une collaboration avec d’autres artistes, se retrouvant, en couleurs, sur une toile, sur une page imprimée, sur une gravure ancienne.

Mais revenons à notre codex parisien. Le dessin évoque les représentations des animaux et des chimères de l’époque médiévale, les gravures de Jérôme Bosch et pour les connaisseurs de bandes-dessinées, le graphisme d’un Joann Sfar. C’est dire que le réalisme n’est pas la préoccupation de notre artiste. Un dessin que nos critères contemporains jugeraient maladroit, un numéro de page, un nom en latin, voilà qui est suffisant. La maladresse du dessin en elle-même est drôle (l’effet de décalage entre l’objectif scientifique de la représentation et la pseudo-naïveté » du graphisme). Drôle également les figures composites de ces animaux improbables, mariage (malheureux) de la carpe et du lapin. Drôle la double dénomination en latin, la langue savante universelle des naturalistes. Drôle l’écart entre le dessin « moyenâgeux » et une classification qui date du milieu du XVIIIème siècle. Anachronisme voulu d’un animal de fantaisie. Drôle le rapport entre l’élément réel et objectif, source du bestiaire.

Enfin, on l’aura compris si un Codex urbanus, est on ne peut pas plus sérieux, faire de Paris un livre est un projet aussi sérieux que prolonger le boulevard Saint-Michel jusqu’à la mer ! Nous retrouvons avec un plaisir non dissimulé l’humour des surréalistes du début du XXème siècle ou du fameux collège de pataphysique ou une résurgence d’Alfred Jarry ou du non-sense anglo-saxon…A moins que cela, plus prosaïquement certes, soit celui de Codex urbanus, artiste français, Antoine T., né en 1974.

L’identité de l’artiste n’est pas connue. C’est peut-être une chimère !


[1] Les « writers », de l’anglais « to write » écrire, sont les artistes qui effectuent un travail plastique sur les lettres ( alphabet latin mais aussi d’autres alphabets voire des alphabets inventés).

[2] Un codex est un cahier formé de pages manuscrites reliées ensemble. Cet ancêtre du livre moderne a été inventé à Rome durant le IIe siècle av. J.-C. et s'est répandu à partir du Ier siècle, pour progressivement remplacer le rouleau de papyrus (le volumen) grâce à son faible encombrement, son faible coût, sa maniabilité et la possibilité qu'il offre d'accéder directement à n'importe quelle partie du texte.

[3] Carl von Linné, un botaniste suédois, en 1758, propose un système de classification des organismes qu'il publie dans un ouvrage intitulé Systema Naturae. Il attribue à chaque espèce un nom comprenant deux parties, d'où l'appellation « nomenclature binominale ». Il utilise une langue universelle : le latin. Le premier élément du nom scientifique désigne le genre; il commence toujours par une majuscule. Le second élément désigne l'espèce. Le tout est composé en italique. Notre espèce, par exemple, se nomme Homo sapiens (ce qui signifie « l'homme sage »).

 

[4] La Mouzaïa, est le nom d’un quartier pavillonnaire du XIXème arrondissement de Paris.

Image: 

Les chimères de Codex urbanus "traversent" les "calligraphes" de Dark's Snoopy.

Au mystère des symboles et des signes du writer s'ajoutent les créatures marines.

Des chimères empruntant des traits à plusieurs poissons.

Fig 101 Bestia Mirabilis

Fig 183 Chauliodus Rhinellus

Fig 62 Araneus Lupus

Fig 80 Sepia Lucanae

Martin Schongauer, le griffon, 15ème siècle. Un exemple de chimères.

Ajouter un commentaire

Du même auteur

, , , , , ,

"work in progress"

,

"Zo0om", long rouleau de plus de 10 mètres de long.

, ,

La prolifération organique envahit les murs.

,

La prolifération, partie du haut de l'escalier, poursuit son chemin.

,
, , , , , , ,

Caroline Reed photographiée à son domicile.

Itvan Kebadian dans son atelier parisien (photo : Richard Tassart)

,

Pastel. Les contours du corps et des objets sont dessinés et cernés d'un trait noir, l'intérieur des formes est quasiment "vide".

,

Pastel. La représentation des personnages est réduite à ses contours.

,

Les personnages qui ont du point de vue de la signification une importance majeure sont davantage symbolisés que peints avec la précision observée dans les détails.

,

Une atmosphère lumineuse(troisfenêtres, un rideau qui vole) rendue par une gamme de gris et des traits.

,

Une action dynamique "économe" de traits et de nuances de gris.

,

Les personnages ont le "même statut graphique" que le décor.

,

Une scène de violence traduite par l'expressivité du dessin.

,

Les contours empêchent ceux qui voient de dater la scène. Elle acquiert ainsi un caractère intemporel.

Lima Lima dans son atelier(photo Richard Tassart).

,

"La jeune fille à la perle", rue Noguères, Paris 19.

,

Décoration latérale

,

Embroidery

,

Regard

,

Caps attack

,

Portrait de Picasso, Pantin.

,

Fresque.Tout est délicatesse et intimité (les bleus et les noirs, le délicat modelé du visage et du bras peint à la bombe)

,

Performance au Lavo//matic

,

Portrait à la feuille bleue.

Exemple de symboles aztèques. On observera les motifs décoratifs très graphiques décorant le corps de l'animal.

,

Un autre symbole, la tortue.

,

Un troisième exemple d'animal symbolique.

,

Tracé d'une grande fresque.

,

Une fresque haute comme une maison.

,

Une très remarquable tête de tigre. F.Rueda donne l'échelle.

,

Esquisses d'une grande fresque.

,

Une rupture dans la représentation animale : la facture est ici réaliste.

,

Tête d'aigle.Work in progress.

,

Plan plus serré sur la fresque.

,

Une facture proche de celle de la grenouille, plus réaliste, moins "ornée".

,

Une tête de cerf. Les éléments décoratifs mettent en valeur le sujet principal.

Portraits d'indigènes : un hommage aux Peuples premiers.

,

Maître Yoda, symbole de la sagesse 2.0, au service du pacifisme.

,

Portrait de John Lennon devenu l'icône et le symbole de la paix.

,

Portrait réalisé à partir d'une très célèbre photographie d'une jeune afghane aux yeux verts. Un symbole fort des enfants martyrs des guerres des hommes.

,

Hommage aux sources d'inspiration américaines de Kobra.

,

Portrait de S.Dali, autre référence de l'artiste.

,

Sur le marbre de Carrare, un jeu subtil entre la référence à la statuaire grecque et l'identité plastique de Kobra.

,

Cinq portraits peints en Norvège. Une composition qui rompt les codes.

Seth, globe-painter, adapte sa fresque au support.

,

Fresque Bogota.

,

Passage. Le bas du visage est peint. Le "trou", cerné de cercles colorés, est une entrée dans un monde merveilleux.

,

Scène de passage.

,

Scène de passage

,

Scène de passage

,

Scène de passage.

,

Un passage "horizontal" d'un petit garçon et de ses compagnons, les oiseaux.

,

Un portrait de petite fille (parc de Belleville, Paris.)

,

Portrait d'un garçon bleu (parc de Belleville).

entreleslignes.be ®2018 design by TWINN