semaine 50

Rechercher

En collaboration avec les Presses Universitaires de Bruxelles

Portrait de Richard Tassart
"Street/Art", le blog de Richard Tassart

João Mauricio aka Violant, montrer ce qui est caché.

Le 29 novembre 2017

 

Violant, comme « violent ». C’est peu dire que sa peinture étonne ; elle fascine par son ambition, sa sincérité, son authenticité et sa force.

Tout d’abord, faisons un sort à son blaze « Violant ». Il y a deux ans de cela, j’interrogeais Violant pour savoir si pour lui l’Art doit être « violent ». Voilà sa réponse : « Non je ne crois pas que l'art doit être violent. Mais je veux dire avec force que les fresques contemporaines et le street art ne devraient pas se voir poser des limites par l'opinion publique ou les idées communes concernant l’esthétique. Mon travail émerge de la prise de conscience que le monde est plein d’erreurs qui ne doivent être ni oubliées ni pardonnées. Je crois que les gens devraient voir ce qui est mauvais pour eux plutôt que de jeter sur ces errements un voile pour les cacher aux regards. Je pense que cette démarche qui consiste à montrer ce qui ne va pas peut être confondu avec de la violence, ou peut-être cela est-il nécessaire pour réveiller les consciences. »

Pour brosser à grands traits le portrait de ce jeune artiste portugais, je souhaite vous raconter une des vidéos qu’il a postées sur Youtube. C’est le making off d’une fresque qu’il a intitulé « Sons of April ». Cela commence par un trajet en voiture. Violant et un pote à lui qui filme traversent des campagnes, pas vraiment riantes, pas vraiment belles, dans une caisse pas vraiment neuve. Violant conduit ; son pote fait quelques plans d’ambiance. Ils arrivent dans une région de montagnes. Il fait moche ; le ciel est couvert, un vent à décorner les bœufs. Nous sommes certainement en avril comme le titre de la fresque le laisse penser. Perdu en pleine montagne une construction ruinée : un ouvrage de béton qui devait servir pour un télésiège. L’intérieur, ouvert aux intempéries est moche : du béton avec des pans coupés, même pas un mur plat. Violant déballe son matos : de longues perches d’aluminium au bout desquelles il fixe brosses ou rouleaux, des pots de peinture, des seaux. Il commence par peindre les contours de Sons of April avec ses perches. Deux jours sont nécessaires pour achever la fresque. Le lendemain, le temps s’est dégradé encore. Il neige. Violant arcbouté contre le vent peint d’abord les aplats, ensuite les détails. Un modèle dans la main gauche, il continue malgré le froid glacial de ce début de printemps, la neige et ce vent qui se prend dans ses perches compliquent encore davantage la représentation des détails. La fresque est terminée. Elle surplombe de vastes horizons, partiellement enclose dans son cercueil de béton gris. Une photo comme d’habitude. Violant pose devant sa fresque. C’est terminé. Retour à Lisbonne.»

Il n’a échappé à personne que les œuvres sont peintes, le plus souvent en ville, pour être vues. Je ne connais qu’une seule fresque de Violant peinte à Lisbonne ; elle l’a été dans le cadre d’un festival de street art. Les autres le sont dans de « drôles »d’endroits : des friches industrielles ou commerciales (un grand mur de plus de 200 mètres carrés est nécessaire), des murs d’hangars dans des fermes, des murs lépreux, en déshérence dans des villages. Seule trace de l’œuvre, une photographie. Composée toujours de la même manière (du Depardon !) : une vue d’ensemble et soit sur un côté soit au milieu, l’artiste debout, pas toujours de face.

Violant est un mec bizarre qui rompt avec son milieu artistique (les « muralistes » gèrent aujourd’hui de véritables entreprises avec service de presse, sites Internet, qui travaillent sur des projets dûment et chèrement rémunérés, qui vendent des produits dérivés, qui travaillent pour des agences de pub, bref qui sont complétement intégrés dans les circuits marchands de l’art contemporain). Violant ne fait pas partie d’un « crew » : il travaille le plus souvent seul (parfois en collaboration avec Colas Tiago Salgado) et jamais à la commande. Il peint en demandant des autorisations, dans des lieux improbables, ce qu’il a envie de peindre.

Venons-en à ce qu’il nous montre. Les titres de ses fresques donnent une idée de ses choix (notons au passage que c’est un des rares street artists à titrer ses œuvres). Bizarres ces fresques proposant des allégories bibliques (Apocalypse 10-3, La Chute d’Adam…), mythologiques (Gaïa, Cerbère…) et des scènes qui interrogent (Abracadabra, Hiatus, Rubik, Fake promises, Amal, Virtutibus Malorum, Butterfly effect, Visceral, Insomnia, Do Menor, Skull with a burning joint, flying machine,Lodz, A pilar, Brainstorm, Aneurysma). Si certaines fresques peuvent être lues au premier degré, d’autres plus sombres, plus angoissantes, plus hermétiques aussi, sont des plongées dans l’inconscient de l’artiste (je pense à la vision d’horreur d’ « Insomnia » où nous voyons un enfant dans son lit cerné par un dragon, incarnation de son cauchemar.) Violant témoigne avec un incommensurable mépris par la marchandisation de son talent de ses peurs d’enfant, de ses angoisses de jeune adulte engagé dans son temps et son époque mais aussi de ses admirations (je citerai par exemple le formidable portrait du physicien britannique Stephen Hawkins).

Formaté par le système comme il va, nous tenons pour ordinaire qu’un street artist se batte pour peindre dans un spot fameux d’où il espère être vite repéré par un galeriste et/un agent, pour qu’enfin commence la voie royale le menant aux Grandes galeries, des galeries aux salles des ventes, et pourquoi pas aux cimaises des musées d’art contemporain urbain. Bien sûr, tous les artistes ne rentrent pas dans ce cadre. Violant qui répugne à sortir de son pays, qui n’a rien à vendre, a par contre plein de choses à nous montrer. Ses images restent puissamment gravées dans nos mémoires et donnent une forme (et quelle forme !) à nos peurs. Elles évitent le pathos, le dolorisme, la provocation bête et méchante. Ce sont des allégories modernes qui reflètent des coins secrets de notre conscience et le tragique de nos vies.

 

 
G
M
T
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Fonction Sound est limitée à 200 caractères
 
 
Options : Historique : Commentaires : Donate Fermer
Image: 

Apocalypse 10-3, inspirée d'un passage des Evangiles et de la vue d'une rivière polluée par une usine quand il était enfant.

Cerbère.Le chien a 3 têtes garde une porte, celle des Enfers.

La Chute d'Adam, inspirée de la Bible.

Seule fresque peinte à Lisbonne.

Virtutibus Malorum

Lazare, une analogie avec le Lazare des Evangiles.

Abracadabra. Le mur de la maison représente une façade, qui, comme un rideau tiré dévoile l'intérieur d'une sorcière moderne. Pour le plaisir de l'illusion et son mystère.

Sons of April

Ajouter un commentaire

Du même auteur

Un visage caché : un portrait tronqué.

,

Un portrait de face ; une main cache une partie du visage.

,

Jana et JS. Une pose familière (les vêtements, les pieds nus etc.). L'ensemble évoque l'intimité d'un couple. Un couple qui se montre et se cache.

,

Une pose de 3/4 digne de "La demoiselle à la perle", si ce n'est l'angle qui cache le visage au lieu de le montrer.

,

Une variante sur une pose de face.

,

Importance du lieu du collage. Pieds nus, robe relevée, tête tournée masquant l'identité.

,

Un portrait de face. Une belle scène d'amour et de réconfort.

,

Deux portraits masqués insufflant de la vie à un intérieur "modeste".

,

Un portrait de 3/4 arrière, des tons pastels, une belle lumière.

,

Portrait du couple avec chat.

,

Élément de décor.

,

Détail du décor.

Apocalypse 10-3, inspirée d'un passage des Evangiles et de la vue d'une rivière polluée par une usine quand il était enfant.

,

Cerbère.Le chien a 3 têtes garde une porte, celle des Enfers.

,

La Chute d'Adam, inspirée de la Bible.

,

Seule fresque peinte à Lisbonne.

,

Virtutibus Malorum

,

Lazare, une analogie avec le Lazare des Evangiles.

,

Abracadabra. Le mur de la maison représente une façade, qui, comme un rideau tiré dévoile l'intérieur d'une sorcière moderne. Pour le plaisir de l'illusion et son mystère.

,

Sons of April

Une fresque couvrant le mur d'une maison de plusieurs étages.

,

La statuaire antique est magnifiée par le dessin.

,

Un César Imperator, le front ceint de lauriers, sur fond de graffitis.

,

Une perspective en plongée alliée à de grandes dimensions séduisent par la hardiesse des postures et le chromatisme.

,

Oeuvre peinte sur des containers lors du North West Walls (Belgique)

,

Un dieu grec qui en impose par la gravité des traits et leur noblesse.

Un tableau de Lacan. On y retrouve le même univers graphique (motifs récurrents, sophistication de la composition et de l'exécution etc.)

,

Les "figures" centrales.

,

Détail du "visage"d'une femme. la "monstruosité" est opposée à la beauté formelle de sa "coiffure".

,

Détail de visage.

,

Détail du décor végétal. Finesse du découpage, superposition des feuilles peintes, harmonie des couleurs.

,

Élément de décor. Une stylisation qui évoque l'art japonais.

,

Les fleurs sont toujours épanouies, "vivantes", et belles.

,

Un crâne entre dans la composition de la coiffure.

"La moquerie". Le masque qui a rendu Grégos célèbre en 2006.

,

Le masque est coloré et des "impacts" de balles sont représentés.

,

Un exemple de la déclinaison du masque par le graphisme et la couleur.

,

Composition réalisée pour la Journée des Femmes.Paris, 2016.

,

Le visage de la femme est composée d'une multitude de visages.

,

Grande fresque fabriquée avec différents masques.

,

Un panneau exposé dans un des halls de la gare du Nord à Paris en 2016.

,

Le "smiley" est composé de masques.

Une longue fresque structurée par une diagonale traversant l'angle droit formé par les deux murs de l'atelier.

,

Une opposition de précis et de l'indistinct.

,

Un noir profond, un tracé puissant et dynamique.

,

L'extrême précision du dessin référée aux grandes dimensions de la fresque.

,

Des ruptures traits à peine esquissés/ noir profond.

,

L'illusion du réalisme.

, , ,

Un beau mur de briques d'un édicule de la Ville de Paris, sous un réverbère, une composition formée d'un personnage et de troncs d'arbres coupés.

,

Une "dame"le bras en écharpe. Quelques touches de couleur.

,

Les œuvres sont souvent signées d'une écriture cursive, bien scolaire.

,

Une scène de jeu d'enfant, des "messieurs et des dames" s’amusent.

,

Une situation avec deux personnages.

,

Un ange passe...sur les bords du canal Saint-Martin.

,

Un extra-terrestre.

,

Un autre ange...

,

Une "drôle de dame". Un portrait sur-mesure.

,

Une mère à l'enfant collée sur un "beau"mur (un pont du canal St. Martin)

,

Un "sous-titre", en forme de maxime.

entreleslignes.be ®2017 design by TWINN