semaine 25
Portrait de Robert Lemaire
A PA PEUR

Rencontre inespérée

Le 01 avril 2019

Bonjour ! Bonjour les uns, Bonjour les autres, y compris les femmes et les enfants ainsi que les vieillards et les culs de jatte ! Bonjour aussi à tous les oiseaux qui se réveillent quasi en même temps, surtout les poules dont leur coq Chantecler, chante sa  puissance avant même que le premier rayon solaire apparaisse, et qui réveille chacun et chacune, même ceux ou celles qui ne veulent pas. Bonjour aussi aux chats et aux chiens qui n’attendent qu’une chose : sortir dans le jardin pour faire leurs petites affaires. Surtout les chiens qui n’ont en principe pas de litière et qui gémissent pendant 2 heures parce que leur maitre ou leur maitresse n’ont pas pu se réveiller à temps, ou parce ces mêmes maîtres se prélassent au lit après avoir fait leur devoir conjugal, ou parce qu’ils sont tout simplement inconscient des priorités à donner aux animaux domestiques…Connaissez-vous l’histoire de cet abruti de paysan qui possédait un âne qu’il devait nourrir chaque jour. Un matin, par soucis d’économie, il décide de ne le nourrir qu’un jour sur deux. L’animal tient le coup. Comme le type voit que ça marche, il décide de ne le nourrir qu’une fois par semaine ! L’âne maigrit mais tient encore le coup, alors l’abruti, toujours par soucis d’économie, décide de ne le nourrir qu’une fois par mois. Alors, un  beau matin, un matin comme aujourd’hui où le soleil s’est levé encore une fois à l’est (mais pourquoi ne le fait-il pas à l’ouest une fois par mois par exemple), donc un beau matin, le fermier trouve son Cadichon raide mort….

« Dommage, dit le madré paysan, il commençait à s’habituer ! ».

Voilà ! On peut passer aux choses sérieuses… Quelles choses sérieuses ? Mais il y en a des quantités de choses sérieuses ! Non, non, je ne parle pas des choses relevant de la politique, de la morale, de la santé, des équilibres budgétaires, ou peut-être encore des allocations familiales !...

Non, je parle des choses qu’il nous faut dénoncer : je parle des injustices, monsieur !…

Ha ! les injustices !…C’est qu’il y en a beaucoup  des injustices !...il y a beaucoup à dire sur les injustices, sur les exécutions sans procès, sur les sanctions disciplinaires appliquées aux ploucs qui n’obéissent pas à l’ordre ridicule de balayer le parade-ground avec une brosse à dents ! Ou encore de dénoncer les punitions physiques que des adultes pratiquent sur des enfants de 6 ans parce qu’ils bavardent ou qu’ils rigolent dans les rangs…Et puis aussi : dénoncer l’injustice flagrante du PV accroché aux essuie-glaces de votre fichue bagnole parce qu’elle est restée stationnée 1 minute de trop sans avoir apposé la vignette de stationnement adéquate !

Les injustices !?...j’en passe et des meilleurs !

C’est qu’on ne dit pas toujours les choses qu’on aurait pu/du dire au bon moment et peut-être aussi pour avoir tu les choses qu’on aurait pu/du  dire sans avoir eu l’intention de les dire ou dire les choses qu’on n’a pas osé dire et donc qu’on n’a pas dites, et qu’on regrette amèrement de s’être tu cette fois là, alors qu’on aurait pu/du dénoncer l’ignominie, le forfait, la malversation, la petitesse, la veulerie, le mensonge et surtout, la lâcheté !!!!!

Alors ? Êtes-vous prêt à tout faire, à tout dire, à tout repenser, à tout remettre en question, à tout déballer, à tout trier, à mettre toutes les bonnes choses dans les tiroirs de la mémoire et  à s’empresser d’oublier toutes les autres ! Ne me dites pas que vous êtes prêts à faire allégeance avec ce type qu’on a vu à la télé ? Quel type ? Vous rigolez ou quoi ? Vous osez demander quel type ?  Et celui qui joue à nous faire croire que tout va aller pour le mieux dans le meilleur des mondes, vous ne voyez pas qui je veux dire ? Réfléchissez !!!… Alors quoi ?... ça y est, vous l’avez reconnu ?.....Ne me dites pas non plus que vous préférez la p’tite dame grassouillette qui s’habille comme un sac, qui baragouine des évidences et qui enfonce régulièrement des portes ouvertes ? D’accord, c’est votre droit, personne ne vous oblige à voter pour l’autre abruti qui bafouille et qu’on ne comprend qu’à moitié, qui est dans le petit écran comme un poltergeist, un fantôme, un spectre sans consistance ! Je sais, ce n’est pas votre opinion… Mais je sais aussi que personne non plus ne vous obligerait à voter pour cette immense personnalité qui ne dit que des choses intelligentes et sensées, qui s’habille très simplement et qui ne jette jamais de la poudre aux yeux ! Malheureusement il a à faire aux autres, ceux qui ne se gênent pas pour le déblatérer, pour inventer des choses honteuses, des malversations, pour insinuer qu’il dit le contraire aujourd’hui de ce qu’il a dit hier ! Leurs buts, à ces abrutis, c’est de donner des coups bas, sous la ceinture, pour diminuer cet adversaire pourtant si remarquable qui ne prend même pas la peine de répliquer !

Qu’est-il donc devenu ce type qu’on n’a rencontré qu’une seule fois et qui nous a fait l’effet d’être un bonhomme exceptionnel ? On ne sait pas, on ne sait plus, personne ne sait, il a disparu en nous laissant sur le coté, en nous laissant avec l’espoir fou d’être un jour à la hauteur de sa hauteur ! Je suis sûr que vous l’avez rencontré ce personnage qui a fait intrusion dans votre vie et qui a bousculé vos habitudes, qui a bousculé votre façon de penser, qui d’une seule parole étonnamment bien placée, vous a obligé à revoir votre copie, vous a obligé à regarder à l’intérieur de vous-même, vous a obligé à cet examen de conscience que vous aviez depuis trop longtemps relégué aux oubliettes de votre inconscient  !

Alors, vous l’avez suivi dans ses pérégrinations, dans ses actions, vous l’avez suivi à l’aveugle, sans vous poser de questions. Vous avez même commencé à penser comme lui, à employer les mêmes mots, les mêmes tournures de phrases, vous avez fait les mêmes gestes qu’il faisait pour ponctuer son discours ! Lui et vous, vous ne faisiez plus qu’un, vous n’étiez plus qu’une entité…vous étiez le cheval, il était votre cavalier et il vous menait où bon lui semblait. Et puis, et puis et puis …

Ce jour là, vous aviez rendez-vous, tel jour, à tel endroit, à telle heure !...il n’est pas venu ! Il n’était pas là! Vous ne vous êtes pas inquiété, ces choses là, ça arrive tout le temps ! Mais, ce jour là, ce maudit jour là, ce fut le jour du début de la fin, ce fut le jour de la débandade, ce fut le jour où il disparut de votre vie et ce fut comme qui dirait, le jour ou vous avez su que votre vieille copine, (vous savez bien : la Camarde), elle, elle serait au rendez-vous…

Quand on est comme ça, à pédaler dans la choucroute, quand on est tombé dans le tonneau de merde, quand on est au fin fond du fond du trou, quand on ne sait plus à qui parler, quand on n’a plus d’interlocuteur, quand on ne voit plus personne, quand la solitude vous écrase, vous broie dans ses tenailles inexorables, quand l’obscurité commence à devenir si épaisse que vous n’arrivez plus à bouger, à respirer, à penser, c’est alors que de vos yeux écarquillés, vous remarquez que, il vous semble que, là-bas, bien loin, très loin, trop loin, à des centaines d’années lumière, il vous a semblé que, (non, je ne rêve pas), il y a quelque chose qui luit, il y a quelque chose qui brille, il y a quelque chose qui se rapproche, qui vient vers vous ! « Sauvé !

Mais la peur alors s’accroche à vos vêtements, vous retient de bouger d’un pouce, vous avez tout a coup des pieds de plomb, vous avez les articulations qui ne fonctionnent plus, et votre bouche devient sèche comme la poussière du désert…Et si ce minuscule lumignon, cette brindille enflammée, ce photon égaré n’était qu’une illusion de vos sens ? Si c’était une aberration issue de vos synapses fatigués ? Vous fermez les yeux pendant 10 secondes, vous ré-ouvrez vos paupières et, miracle, elle est toujours là, tremblotante certes, mais elle existe ! Miracle, l’espoir est là, tangible, très éloigné certes, mais à portée de vos mains tendues vers ce diamant, qui signifie que tout les espoirs sont permis ! Quelle merveille cette petite lumière qui brille dans l’obscure obscurité!

Le hasard ! Connaissez-vous le hasard ? Cette chose incertaine et pourtant si tangible qu’elle rythme vos journées heure par heure, minute par minute, seconde par seconde ! Ce hasard impalpable qui, pourtant, a transformé la rencontre avec un ancien camarade de classe ou un ancien flirt, en un événement tout à fait exceptionnel ! C’est ce qu’on nomme couramment un heureux hasard !

Cependant, croyez-vous vraiment que ce soit un hasard ? N’y a-t-il pas là quelque chose d’invraisemblable à rencontrer ces personnes dans ce lieu improbable ? Non, ce n’est pas le hasard, c’est la destinée, Et vous ne saviez pas que cette rencontre allait décider de toute votre carrière. Les aiguillages de la vie vous ont mis sur une voie spécialement destinée à faire de votre présence future au beau milieu de la cité, au sein de la société, à vous faire accéder à pouvoir  influencer certains pouvoirs décisionnels ! Ce sera vous et personne d’autre qui dirigera le pays vers des équilibres entre l’abondance, le bonheur et le travail, où la misère serait totalement exclue.

Ce moment est arrivé, vous êtes lié à votre propre sort, vous avez entre les mains les rênes du charroi qui va nous emmenez  au-delà de toute espérance….. a pa peur ?

Image: 

Ajouter un commentaire

entreleslignes.be ®2019 design by TWINN