semaine 32

La liberté d'être rétrograde

Edito par Jean Rebuffat, le 26 août 2016

Image: 

Capture d'écran. Si vous comptiez vous rincez l’œil en admirant les formes parfaites d'une jeune femme en burkini, c'est raté.

Un puissant anticyclone cale sur l'Europe occidentale une canicule qui doit être bien désagréable à affronter en burkini mais il n'est rien en comparaison de la tempête médiatique qui déferle sur la France depuis une dizaine de jours et déjà évoquée la semaine dernière. Faut-il interdire le burkini sur les plages, et sous quelle forme? Le Conseil d'État vient d'y annuler l'arrêté municipal de Villeneuve-Loubet interdisant le burkini pour la raison majeure qu'il est une atteinte à la liberté religieuse. Rien en effet n'interdit de se promener en voile (non intégral) dans l'espace public. Rien n'interdit non plus d'avoir un crucifix géant tatoué sur le bide ou de porter comme Neymar un bandana sur lequel est écrit qu'il aime Jésus...

Cette décision va-t-il arrêter la polémique, ou au contraire la décupler puisqu'aussitôt, on a entendu la droite et l'extrême-droite réclamer une loi?

Quoi qu'il en soit, la grande perdante dans cette affaire, c'est la laïcité elle-même. C'est en son nom qu'on réclame la mort du burkini et si le moins qu'on puisse dire de ce vêtement, c'est qu'en effet, il est le contraire d'un outil de libération de la femme, le raccourci sera vite fait qui brandira la laïcité non seulement comme une valeur de droite, ce qu'elle n'est pourtant pas le moins du monde, mais encore comme une machine islamophobe.

La laïcité ravale la religion au rang d'une opinion personnelle et en effet, je suis libre, si je suis pastafarien, de me promener en rue avec une passoire sur la tête. La laïcité a réussi à extirper l'idée que les normes de la morale et des comportements doivent avoir des racines religieuses; les lois sont l'apanage des humains et non des dieux quels qu'ils soient. L'un des reproches majeurs que l'on peut adresser au pouvoir français actuel est d'ailleurs de n'être allé pas assez loin dans les lois éthiques suite à l'énorme mais vaine mobilisation qui a voulu empêcher le mariage pour tous. Le droit de réclamer d'abréger sa fin de vie, par exemple, qui semble assez naturel quand on range la religion où elle doit être, dans la sphère privée, n'existe pas en France. Personne n'oblige celui qui estime que le retrait de la vie est de nature divine à en user (même s'il est amusant d'observer que bien souvent, celui qui est contre l'euthanasie fait une exception humaine en faveur de la peine de mort).

Il est évident, dès lors, qu'autant il est possible de légiférer sur les manifestations extérieures de toute religion dans le service public, puisque celui-ci n'est pas dans la sphère privée, autant il est dangereux et liberticide d'interdire aux gens à titre privé de montrer quelle est leur opinion religieuse. Le burkini est ridicule et asservissant? D'accord. Il énerve plus que jamais en ces temps troublés? D'accord. L'islam se raidit et se complaît dans des attitudes rétrogrades? D'accord. Qu'on le dise, qu'on le montre, qu'on le fasse savoir, cent fois oui. Qu'on donne l'impression d'une persécution ciblée, cent fois non. C'est la mauvaise réponse à la question de rester civilisé face à la barbarie.

Il semble que vous appréciez cet article

Notre site n'est pas devenu payant! Mais malgré le bénévolat de ses collaborateurs, il coûte de l'argent.

C'est pourquoi, si cet article vous a plu (et même dans le cas inverse), nous faire un micropaiement d'un ou de quelques euros nous aiderait à sauver notre fragile indépendance et à lancer de nouveaux projets.

Merci à vous.

Nous soutenir Don mensuel

entreleslignes.be ®2022 designed by TWINN Abonnez-vous !