semaine 21

Droit dans le Musk

Pasta par Michel Noirret, le 29 avril 2022

© Wich

Aaaaah ! La liberté d’expression ! Toujours menacée, remise en cause, voire abolie ! Un rude combat !
Heureusement, un preux chevalier épouse sa cause et se jette dans la mêlée, à mains nues, armé seulement de 44 milliards de dollars qu’il a trouvé sous les sabots de son cheval. Pardon, de son fougueux destrier.
C’est-y pas magnifique ça, un milliardaire dilapidant sa fortune pour le seul profit d’une cause purement humaine, sans distinction de classe ? Alors qu’il aurait pu, comme un vulgaire Jeff Bezos ou d’autres moins connus, mais tout aussi bourrés d’article, se payer, pour  commencer, un petit voyage dans l’espace, par exemple. (Oups ! Comme c’est lui qui les organise, on aurait jasé), ou ajouter un porte-avion à son yacht, histoire de faire bisquer les émirs dans les ports paradisiaques, etc.
Mais non ! 44 milliards de dollars, rien que pour une noble cause. Au nom des grands principes, des convictions sincères et des grands sentiments.
Je sens les larmes qui me montent aux yeux devant de tels élans humanistes, tant de générosité. Peut-être pas tout à fait gratuite, à y regarder de plus près, passé le moment d’étonnement et d’enthousiasme, un peu puéril, faut bien le reconnaître. Twitter, ça fait quand même des fins de mois intéressantes. Cependant, moins que d’autres activités que notre héros de la liberté pratique avec succès.
Faut-il se faire une raison ? Toute cette dépense  juste pour l’honneur des libertés publiques ?
Il aurait alors d’autant plus de mérite que si l’on en croit les mauvaises langues de la presse (au service de la censure, évidemment) notre milliardaire n’aime pas trop qu’on s’exprime librement à son sujet.
À France info, Olivier Lascar disait « Dans le passé, Elon Musk a déjà démontré que la liberté d'expression avait ses limites dans sa conception. Chez SpaceX, il n'y a que lui qui a le droit de parler ou son numéro 2. Un internaute s'était amusé à référencer les vols de son jet privé et à les publier en commentaire des propres tweets d'Elon Musk pour montrer qu'il avait un comportement pas très vertueux en termes de dégagement de gaz à effet de serre." L'histoire s'était terminée ainsi : le milliardaire avait fini par bloquer l'internaute sur le réseau social.
    De plus, notre ami de la liberté d’expression absolue a, toujours d’après les mauvaises langues, fait un usage ludique de celle-ci pour manipuler les cours de bourses à son profit et autres menues arnaques fondées sur ce grand principe : dire tout ce qui vous passe par la tête, en toute innocence, bien entendu, quelles qu’en soient les conséquences. Mais c’était pour rire, bien sûr ! Elon Musk est vraiment farce !
    Évidemment, ces moqueries ne sont que des propos inspirés par la jalousie de plumitifs ennemis de la liberté d’expression, car ce qu’ils veulent en réalité, malgré toutes leurs palinodies sur les dangers de la liberté totale d’expression, c’est être les seuls à pouvoir s’exprimer comme ils veulent. Comme moi, quoi !
    Mais tout de même, ça prend un peu la tête :  44 milliards de dollars juste pour que Monsieur ou Madame Ducon puissent baver des insanités sur Internet, ça interpelle un peu quelque part au niveau du vécu.
    D’aucun disent, mais ont-ils tort, que notre plein aux as, mais pas encore assez à son goût, voudrait se payer un moyen d’influence considérable.
    Influence sur Monsieur ou Madame Ducon ? Elon Musk aurait besoin de Monsieur ou Madame Ducon qui pourtant n’ont et n’auront jamais les moyens de lui acheter une Tesla ou de faire un tour au-delà de la stratosphère ?
    Curieux, non ?
    Voter pour lui alors ?
    Allons ! Il ne fait pas de politique, comme tous les gens honnêtes. Regardez Donald Trump, il ne faisait pas de politique ! Il faisait Président des États-Unis d'Amérique, juste pour son bon plaisir, l’éclat de son ego et la prospérité de ses affaires ! Ça plaît beaucoup à Monsieur et Madame Ducon, un ego qui rutile tel un diamant, surtout quand on peut se payer des diamants comme d’autres une journée à Disneyland.
    Voyons ! Un peu de sérieux ! Elon Musk est tellement riche qu’il pourrait s’acheter l’Amérique, s’il voulait, pensent probablement Monsieur et Madame Ducon.
    Tout de même, pour s’acheter l’Amérique, faudrait être plusieurs milliardaires, tous d’accord entre eux et parlant d’une seule voix. Ce qui est en contradiction avec la liberté d’expression.
    Mais être tout seul président des USA, en plus de roi de la bourse et autres lieux de thune, quand on est du genre mégalo (y a pas que Trump !), qu’on s’est payé un puissant moyen de communication pour faire la pluie et le beau temps dans la tête de Monsieur et Madame Ducon, ce serait dommage de s’en priver, pas vrai ?
    Surtout à ce prix-là !
    Que le monstre en spaghetti volant vous touche de son appendice nouilleux.
    Ramen. 

Mots-clés

Il semble que vous appréciez cet article

Notre site n'est pas devenu payant! Mais malgré le bénévolat de ses collaborateurs, il coûte de l'argent.

C'est pourquoi, si cet article vous a plu (et même dans le cas inverse), nous faire un micropaiement d'un ou de quelques euros nous aiderait à sauver notre fragile indépendance et à lancer de nouveaux projets.

Merci à vous.

Nous soutenir Don mensuel

entreleslignes.be ®2022 designed by TWINN Abonnez-vous !