semaine 08
Portrait de Jean-Pol Baras
Les calepins de Jean-Pol Baras

La France accrochée à la courbe du chômage

Le 01 janvier 2017

Dimanche 25 décembre

 Bon. Par les temps qui courent, il faut se contenter de peu. Rien de moche ne s’est produit dans le monde la nuit dernière (sauf ce qui l’est de routine et dont on prend conscience un jour par an… celui-ci…). Pas de bombes, pas d’attentats… Juste un avion militaire russe qui s’est écrasé dans la Mer Noire sur la route de la Syrie. Y déceler une punition divine est concevable.

                                                           *

 … Sauf aussi le pape, lors de la messe de minuit,  qui demande au monde entier de se laisser interpeller par les enfants qui ne déballeront pas de cadeaux, des enfants qui souffrent… Et de se lancer dans une longue énumération  de lieux, de moments… Avant de la terminer par : «les enfants qui ne peuvent pas naître ! » En ces temps de recrudescence de l’intrusion du fait religieux dans la vie publique, il faut s’attendre à ce que l’avortement soit remis en question. Rien n’est jamais acquis.

                                                           *

 Le Figaro est un grand et beau journal, de réputation internationale. Il est d’ailleurs souvent le seul quotidien francophone à figurer dans les hôtels de l’Hexagone et plus encore, a fortiori, hors du pays. Mais quand il n’est plus que le porte-parole de la droite ou lorsqu’il la soutient en campagne électorale, il s’abaisse à un niveau de partisanerie indigne de sa réputation. Demain, à 18 heures, Pôle Emploi publiera les chiffres du chômage en novembre. Ceux-ci pourraient de nouveau s’avérer bons, révélant alors une situation qui confirmerait vraiment une inversion de la courbe statistique. Alors Le Figaro anticipe la bonne nouvelle sur le mode « oui mais… », en s’emberlificotant dans des explications dont le but inavoué est d’amoindrir l’interprétation du résultat. Soyons simples et clairs : sans se lancer dans la prédiction, on peut d’ores et déjà considérer qu’en matière de chômage, le quinquennat Hollande aura été meilleur que le quinquennat Sarkozy ; de même que le quinquennat Jospin avait, naguère, été meilleur que le quinquennat Raffarin – Villepin. C’est-à-dire que contrairement aux idées reçues et malgré l’hostilité du patronat, la gauche dirige au moins aussi bien l’économie du pays que la droite.

Lundi 26 décembre

 La situation du chômage sur le site du Figaro depuis hier soir (introduction au commentaire en pages intérieures) : «Le chômage devrait baisser pour le 3e mois d’affilée, du jamais vu depuis février 2008. Après deux mois consécutifs de repli, le nombre de demandeurs d’emploi inscrits en catégorie A devrait encore refluer à la fin novembre. Mais si la tendance est à l’amélioration, l’évolution des principaux agrégats de 2012 plombe le bilan de François Hollande et, à travers lui, celui des candidats à la primaire de la gauche. »

                                                           *

 Á 17 h.58, Le Figaro publie une alerte-info sous le titre : « Le chômage recule pour le troisième mois consécutif. Le nombre de demandeurs d’emploi inscrits à Pôle emploi en catégorie A (c’est-à-dire sans activité) est établi à 3.447.000 en France métropolitaine fin novembre 2016, selon les données publiées par Pôle emploi ce lundi. Ce nombre est en baisse de 0,9 % sur un mois, soit 31 .800 personnes en moins par rapport au mois d’octobre. Il recule sur trois mois de 3,1 % (soit – 109.800 personnes) ; et de 3,4 % sur un an (- 122.600 personnes). Á noter que, sur trois mois, ce nombre diminue de 8,8 % pour les moins de 25 ans, de 3,2 % pour ceux âgés de 25 à 49 ans et progresse de 0,4 % pour ceux âgés de 50 ans ou plus ». « C’est la plus forte baisse trimestrielle observée depuis janvier 2001 » signale la Ministre du Travail Myriam El Khomri dans son communiqué, après avoir d’abord souligné en se réjouissant que « c’est la troisième baisse mensuelle consécutive, ce qui constitue un résultat inédit depuis février 2008. » Le Figaro transmet toutes ces informations objectives sans jamais citer une seule fois le nom de François Hollande.

 Deux heures plus tard, l’information du jour était reléguée en quatrième page sur le site du Figaro  au profit d’un titre expressif : François Fillon prépare son offensive pour 2017. Le site du Monde laissait la baisse du chômage en titre principal.

                                                           *

 Les belles images de bonheur dues à des avancées humaines ne sont pas si fréquentes. Il serait messéant de ne pas saluer l’exploit de Thomas Coville qui a pulvérisé le record du tour du monde à la voile en solitaire en 49 jours, 3 heures, 7 minutes et 38 secondes. Ah ! Elles étaient émouvantes, les images de son arrivée triomphale à Brest ! Le contraire de celles décrites par Jacques Prévert dans Barbara…

                                                           *

 Le conseil municipal de Beaucaire (Gard) a décidé de baptiser une artère de la ville « rue du Brexit ». L’artère se situe à côté de la rue Robert – Schumann et de l’avenue Jean – Monnet. Le maire en est fier et le fait savoir par Internet.  Si un jour, un écrivain avait l’idée d’écrire Les Nouvelles Lettres de mon moulin en hommage à Alphonse Daudet, il y trouverait là un bon sujet. On se souvient que la diligence de Daudet permettait au Parisien voyageur d’en savoir plus sur les Beaucairois qu’en les côtoyant. Désormais, les ragots ne se diffusent plus dans la carriole mais plutôt sur la toile.

Mardi 27 décembre

 Taïwan pourrait être le premier pays asiatique à instaurer le mariage homosexuel. Le contraste avec d’autres nations de ce continent-là s’élargit encore. Mais tant que la Chine (qui ne considère pas Taïwan comme un pays mais comme « une province »…) ne se met pas en tête d’annexer l’île, le monde pourra éviter le soubresaut d’une étincelle. La Chine aime progresser lentement mais sûrement, et sans heurts, sans conflit belliqueux. Hongkong est tombée dans son escarcelle à la toute fin du siècle dernier. Taïwan (36.000 km², 24 millions d’habitants) finira bien un jour par regagner le bercail en douceur… Encore que la notion de douceur, en langage diplomatique, peut s’étaler en de nombreuses variations. Et de plus, la notion de douceur en langage asiatique, contient aussi quelques aspérités délicates et parfois surprenantes pour un occidental…

                                                           *

 Marine Le Pen connaît des difficultés de financement pour sa future campagne électorale. Les banques françaises renâclent ; les banques étrangères traînassent. Mais elle ne s’en fait pas trop. Elle sait qu’en dernier ressort, Vladimir Poutine pourra l’aider. Et puis, il y a papa aussi…, encore qu’en cette hypothèse, la contrainte en gages serait plus lourde… du moins dans le court terme…

                                                           *

 Trop peu et trop tard. Voilà en gros comment les éditorialistes apprécient l’inversion de la courbe du chômage. Pas faux. Mais elle est là quand même.

Mercredi 28 décembre

 Jacqueline Sauvage est cette femme qui, à bout de nerfs, avait fini par abattre son mari après avoir subi des sévices pendant 47 ans. Une pétition rassemblant près de 500.000 signatures, les demandes appuyées de ses flles, les appels de la plupart des gens de son village et des interventions de personnalités de tous bords n’avaient pas influencé les tribunaux qui lui avaient infligé une peine de 10 ans de détention. François Hollande lui accorde une grâce totale qui la rend libérable. Dans le relatif calme de l’actualité, cette décision constitue le gros titre de la journée. Elle est saluée par le monde politique dans son ensemble, toutes tendances confondues. La réaction des magistrats est très exactement inverse. On peut considérer que ce fait du prince appartient à une époque d’un autre âge. Cependant, l’article 17 de la Constitution en donne la possibilité au président Tous les prédécesseurs de François Hollande en ont usé au moins une fois. S’il fallait un  jour s’orienter vers une Ve République, cet article pourrait faire débat. En attendant, le geste d’Hollande lui confère une sorte d’unanimité populaire qu’il n’avait que très rarement connue durant son quinquennat.

                                                           *

 Le célèbre Oxford Dictionary vient de révéler le mot qui, selon lui, illustre l’année qui s’achève : post-vérité. La post-vérité désigne les circonstances dans lesquelles les faits ont moins d’importance que l’émotion qu’ils suscitent. On voit les dégâts que peut causer cette pratique dans le discours politique et que l’on n’oserait considérer comme une méthode. Quoique… Le Brexit, l’élection de Trump sont pourtant des exemples ahurissants et tellement illustratifs de ce mensonge consciemment échafaudé. Pour peu que la presse s’y adapte aussi, on entre de plain-pied dans le monde virtuel. Des avocats peuvent  commencer à se spécialiser dans les démentis, les droits de réponses et autres prières d’insérer.

Jeudi 29 décembre

 Poutine s’installe en artisan de la paix. Vous ne l’aviez pas remarqué ? Mais enfin… Vous voyez quand même bien que tous les actes qu’il ose et pose épousent la trajectoire de la colombe non ?  …

                                                           *

 John Kerry « en remet une couche », comme l’on dit vulgairement. Deux États et les frontières de 1967, c’est la seule solution. Voilà ce qu’il faut extraire de son discours en forme de testament amer à propos du conflit israélo-palestinien.

Cela provoque une véritable situation paranoïaque dans le gouvernement de Tel-Aviv. Netanyahou est furieux mais il se montre néanmoins hésitant quant à poursuivre le processus de colonisation de Jérusalem-Est. Attendre l’arrivée de Trump ? Certes, cela devrait changer la position du grand protecteur. Mais Trump est-il sûr ? Sait-il au moins ce qu’il veut ? Les interrogations s’épaississent et la paranoïa enfle dans l’État hébreu.

                                                           *

 Prédiction épistolaire de Ken Loach à Thierry Frémeaux, délégué général du Festival de Cannes (qu’il renseigne dans son livre Sélection officielle, éd. Grasset) : « 8 juin 2015 : La révolution commencera sur un terrain de foot ! »

Vendredi 30 décembre

 Premières représailles étatsuniennes à l’immixtion russe dans les sites informatiques de Clinton, qui aurait contribué à la victoire de Trump : 35 agents de renseignements russes virés des Etats-Unis. Et Obama précise qu’il y en aura d’autres, pas nécessairement rendues publiques. Netanyahou attend l’investiture de Trump un peu frénétiquement. Poutine l’attend aussi mais beaucoup plus sereinement. Le poisson froid n’aime pas qu’on le brusque ; il ne désire pas non plus énerver les horloges.

                                                           *

 Du livre de Thierry Frémeaux évoqué hier, cette réflexion de Tarantino, datée du 22 novembre 2015 : « La liste est belle de ceux qui ont remporté la palme d’or mais il en est une plus belle encore : celle de ceux qui ne l’ont pas obtenue ! » Voilà une pensée que l’on pourrait appliquer à tous les prix qui, par leur importance, change le cours des choses et le destin du lauréat. Le Goncourt par exemple… S’il arrivait à Bernard Pivot de commenter le journal de Frémeaux, s’arrêterait-il sur ce constat ? Chiche !

Samedi 31 décembre

 Les Champs-Élysées commencent à se peupler. 1.700 fonctionnaires de police accompagneront 600.000 personnes pour un spectacle de pyrotechnie. Des blocs de béton bloquent tous les accès. Á Sydney, l’heure est déjà passée tandis qu’à New-York, on attend 2 millions de personnes à Time Square, dans un cadre au moins aussi protégé qu’à Paris. On apprend que la Chine va interdire le commerce de l’ivoire en 2017. Il y a plus de 25 ans que la mesure existe dans le reste du monde mais le braconnage continue de sévir, réduisant considérablement le nombre d’éléphants (de 20 millions à 400.000 en cinq décennies, estime-t-on…)

 Á 20 heures, François Hollande présente ses vœux pour la dernière fois en tant que président de la République. L’instant est émouvant pour ses amis et celles et ceux qui ont cru en lui. On le sent libéré tandis qu’il décline les grandes phases de son bilan, les qualités historiques de la France, la fierté d’avoir vu les Français tenir bon devant les périls terroristes. On lui découvre parfois des accents gaulliens et des attitudes mitterrandiennes. Trump, Fillon et Le Pen sont évoqués dans des mises en garde et des avertissements quant aux risques de repli, de dérapages, d’érosion du modèle de protection sociale, de détérioration des valeurs républicaines. Devant le climat bling-bling insupportable, il était nécessaire qu’un homme honnête accède aux leviers de l’État en 2012. Hollande achève son quinquennat en homme honnête et dévoué à sa fonction, la remplissant tout le temps, de toutes ses forces, sans faille. Ah France ! Ce n’est pas cela que tu voulais ? Le problème c’était cet homme sans doute ? Reste à espérer que tu ne le regretteras pas.

                                                           *

 Ainsi va la marche du temps. Préparons-nous à entrer dans l’année des oxymores. Le long des routes, on nous indique la présence de radars installés « pour notre sécurité ». On va vous sanctionner mais c’est pour votre bien. Hola ! Mesdames et messieurs les grammairiens,  comment nomme-t-on cette formule de style ? Résultant de la même méthode, cet avertissement : en 2017, pour que vous soyez plus libres de vos mouvements, on va davantage vous surveiller.

 On n’est certes pas à l’abri d’une bonne surprise puisque l’Histoire est habituée à nous en fournir ; mais à l’optimisme de la volonté, il faudra nécessairement adjoindre celui de la naïveté.

 « Il faut imaginer Sisyphe heureux » nous avait enseigné Camus. Désormais, il faut imaginer que les gueules de bois du petit matin succédant au grand soir sont des moments de jouissance curative.

                                             

entreleslignes.be ®2021 designed by TWINN Abonnez-vous !