semaine 48
Portrait de Jean-Pol Baras
Les calepins de Jean-Pol Baras

Victor Hugo: la nécessité des Etats-Unis d'Europe

Le 20 décembre 2016

Vendredi 16 décembre

 Vladimir Poutine continue de mener la danse. En visite au Japon, il déclare à propos de la Syrie qu’il est temps de passer à la phase politique et de l’étendre d’ailleurs à toute la région. Pour les gentils observateurs, c’est du culot ; pour ses interlocuteurs, c’est un aplomb cynique ; dans sa tête, c’est une effronterie jouissive.

                                                           *

  Bien que Jean-Claude Carrière, Jean-François Kahn, Michel Winock et tant d’autres ont montré maintes et maintes fois l’aspect visionnaire de Victor Hugo, on est encore ému et surpris lorsqu’au détour d’une lecture, il vienne subrepticement se glisser dans l’actualité. Comme ceci par exemple, rencontré dans l’excellent livre de Raphaël Glucksmann "Notre France. Dire et aimer ce que nous sommes" (Allary Êditions, 2016), extrait de sa "Protestation sur la Serbie et les États-Unis d’Europe" (29 août 1876) :  «  Nous allons étonner les gouvernements européens en leur apprenant une chose, c’est que les crimes sont des crimes, c’est qu’il n’est pas plus permis à un gouvernement qu’à un individu d’être un assassin, c’est que l’Europe est solidaire (…) Ce qui se passe en Serbie démontre la nécessité des Etats-Unis d’Europe. Qu’aux gouvernements désunis succèdent les peuples unis. Finissons-en avec les empires meurtriers. Muselons les fanatismes et les despotismes. Brisons les glaives valets des superstitions et des dogmes qui ont le sabre au poing. Plus de guerres, plus de massacres, plus de carnages : libre pensée, libre échange ; fraternité. Est-ce donc si difficile, la paix ? La République d’Europe, la Fédération continentale, il n’y a pas d’autre réalité politique que celle-là. Les raisonnements le constatent, les événements aussi. Sur cette réalité, qui est une nécessité, tous les philosophes sont d’accord, et aujourd’hui les bourreaux joignent leur démonstration à la démonstration des philosophes (…) Les États-Unis d’Europe, c’est là le but, c’est là le port. Ceci n’était hier que la vérité ; grâce aux bourreaux de la Serbie, c’est aujourd’hui l’évidence. Aux penseurs s’ajoutent les assassins. La preuve était faite par les génies, la voilà faite par les monstres. »

 Étrange vision. Coïncidence de l’Histoire. La Serbie… Il suffit de remplacer ce mot par un autre… Même pas : on peut garder la première lettre et les deux dernières…

Samedi 17 décembre

 Au journal de 7 heures sur Europe 1, Wendy Bouchard met ses auditeurs en garde : « Attention ! Il y a de plus en plus de fausses informations sur le web ! » Merci pour le conseil, mais dites-moi Wendy, comment détecter la fausse information et la bonne ? Ne serait-il pas plus simple d’admettre que nous entrons lentement mais sûrement dans le monde virtuel ? Fillon, le très sérieux, sage, rigoureux et austère Fillon, vient d’ôter de son site les mesures impopulaires qu’il avait développées pour assainir les comptes de la sécurité sociale et qu’Alain Juppé dénonçait. « Je ne reculerai pas, je prépare ce programme depuis trois ans » affirmait-il… Commentaire des observateurs de la presse étrangère dans le débat du samedi matin sur France Inter : « C’est normal, c’est le jeu ; tout le monde sait bien que les propos que l’on tient en campagne ne seront pas nécessairement repris une fois l’élection gagnée… » Le jeu ! Donc, ceux qui ont fait profession de suivre et commenter la gestion de la chose publique admettent que la politique est un jeu… Un jeu de dupes alors ?... Le "Parler vrai" de Michel Rocard semble ne jamais avoir existé.

 Pour cause de pollution la circulation alternée est rétablie à Paris. Seuls pourront rouler aujourd’hui les véhicules portant des plaques d’immatriculation impaires. Les commerçants sont furieux. L’un d’entre eux est interrogé sur France Inter : « On prend les commerçants en otage ! » clame-t-il. Ah bon ! Sait-il vraiment ce que c’est qu’une prise d’otages ?

 Ce midi, on connaîtra la liste des participants à la primaire de la gauche. On sait déjà qu’il y aura deux candidats écologistes, tous deux d’ailleurs concernés directement par la gestion de la Ville de Paris. L’un d’entre eux répondrait-il à l’ire des commerçants ? Que nenni ! Trop risqué. Des voix potentielles pourraient être perdues. Anne Hidalgo encaissera seule les diatribes des protestataires. Pourtant, un écologiste qui explique les dangers des gaz d’échappement trop denses, et qui pourraient entraîner des problèmes de respiration chez les citoyens, c’est quand même une parole élémentaire non ? Et lorsqu’Anne Hidalgo instaure la gratuité des transports en commun pendant cette période, pourquoi personne ne le souligne-t-il ? Ne serait-ce pas une mesure de gauche ?

 Michel Rocard s’était fait l’adepte du parler vrai ; il considérait qu’il n’y a pas de politique qui ne soit d’abord une morale ; il pensait que le militantisme était pour le responsable politique un devoir de pédagogie. Il a passé sa vie à expliquer, commenter, expliquer encore ce qu’il faisait, ce qu’il voulait, ce qu’il projetait comme perspective d’actions.

 Pouffons les bouffons !

 Et veillons à éteindre la radio. Il est 9 heures, nous avons déjà notre dose de brumasse cérébrale.

 

Ajouter un commentaire

entreleslignes.be ®2020 design by TWINN