semaine 47

Rechercher

En collaboration avec les Presses Universitaires de Bruxelles

Un homme marche seul vers le Louvre

Edito par Jean Rebuffat, le 08 mai 2017

Image: 

Ce n'est pas d'hier que la France, celle dont on dit qu'elle est éternelle, se nourrit dans l'exercice du pouvoir de ces symboles qui résument et qui fédèrent: il y a presque mille ans que cela dure et à peine élu président de la République française, Emmanuel Macron en a usé d'une façon à la fois mitterrandienne et royale. Le Louvre, c'est certes l'un des plus beaux musées du monde, donc un haut lieu de culture, mais c'est aussi le palais historique des capétiens et de leur descendance, donc quelque chose qui s'inscrit dans la nuit des temps mais également quelque chose qui a été restitué au peuple - un peu, au fond, comme la présidence est la monarchie renvoyée au suffrage universel.

Sur l'hymne à la joie, il s'est avancé seul, regardant à gauche, regardant à droite (encore un symbole voulu, probablement), d'un pas élégant, précédé d'une lumière savamment dosée. Le chic français, en quelque sorte, d'un homme jeune servi par la chance et les circonstances et dont seule l'histoire à venir pourra nous confirmer si son talent explique qu'il les a saisies. Un premier de classe qui veut qu'on l'aime et qui le proclame, terminant son discours d'une surprenante anaphore où le mot amour n'était pas absent. L'élu par défaut va-t-il attirer à lui assez de Français pour que ce mariage de raison devienne un mariage d'amour? À défaut d'un état de grâce qui à dire vrai, n'a jamais vraiment touché que François Mitterrand, bénéficiera-t-il du syndrome de Stockholm? Ce que la France réclame, c'est tout bêtement un président qui préside. La politique qu'il préconise, au fond, n'a jamais compté de façon décisive. Pourtant c'est ce qui va advenir qui comptera. En France, tout finit par des chansons. Mais celles-ci sont parfois révolutionnaires, comme le prouve l'hymne national. Répit ou solution, l'alternative est celle-là.

Ajouter un commentaire

entreleslignes.be ®2017 design by TWINN