semaine 48

Climat : même des scientifiques se rebellent !

Zooms curieux par Gabrielle Lefèvre, le 04 novembre 2022

À Paris, des scientifiques en rébellion se sont invité·es à Sorbonne Université à l'occasion de la Fête de la science. Photo © Scientifiques en rébellion.

La révolte gronde à petit bruit, elle s’exprime calmement et fermement lors de nombreuses manifestations rassemblant des milliers de personnes, jeunes pour la plupart. Elle s’incarne de plus en plus par des actions sur le terrain : la France a retenti des actions de protestation contre les méga bassines, à savoir de vastes retenues d’eau stockant en hiver l’eau des nappes phréatiques afin de bénéficier aux agriculteurs confrontés à des étés de plus en plus secs. Impensable pour les protecteurs de l’environnement qui considèrent que cela dérègle le cycle de l’eau et aide une agriculture de type industriel que justement, il faut d’urgence transformer en agriculture plus respectueuse de l’environnement (voir l’article de Béatrice Touaux dans notre édition d’entreleslignes.be). Inutile de dire que la riposte policière a été brutale et des activistes condamnés - lourdement - en urgence.

ATTAC contre l'industrie de la finance

L’apathie de nos représentants politiques en Europe est mise en accusation. Le climat est quasi définitivement déréglé, l’environnement naturel est abîmé, saccagé, parfois de manière irréversible. Plus que jamais les grandes entreprises de l’énergie fossile font de bonnes affaires, grossissant leurs bénéfices par centaines de milliards de dollars. Et les industriels de l’armement triomphent grâce à la surenchère absurde entre grandes puissances. Attac France vient de dénoncer le pouvoir totalitaire pris par la finance mondiale dans ce scénario du profit à tout prix : « Avec 89 organisations internationales, Attac dénonce le financement des énergies fossiles (gaz, pétrole, charbon) à hauteur de 3800 milliards de dollars depuis 2016 et les Accords de Paris par les 60 plus grandes banques du monde. »

ATTAC rappelle que le rôle déterminant joué par la finance dans l'aggravation du chaos climatique a fait l’objet d’un des principaux engagements de l'Accord de Paris. On s’engageait à rendre "les flux financiers compatibles avec un profil d’évolution vers un développement à faible émission de gaz à effet de serre et résilient aux changements climatiques". Or, constate ATTAC, « depuis la signature de l'accord en 2015, les banques ont investi à elles seules 3 800 milliards de dollars dans des projets liés aux combustibles fossiles, y compris dans de nouvelles infrastructures d'exploration. Les investisseurs récoltent actuellement d'énormes bénéfices grâce aux prix élevés des combustibles fossiles, alors qu'aucune réglementation ne leur interdit d'investir encore davantage de capitaux dans la destruction de notre planète. »

Grâce à la complaisance des Nations Unies, des Etats-Unis et de l’Union Européenne, les puissances financières ont construit « un discours basé sur des technologies futures fantaisistes et sur la compensation des émissions, entraînant encore plus d'émissions et d'accaparement des terres dans les pays du Sud. De plus, elles profitent aujourd'hui de leur position de force pour promouvoir leur propre modèle de financement du climat, qui repose sur des allégements fiscaux et une protection onéreuse des investissements, encore une fois au détriment des pays du Sud. »

Il ne faut donc plus s’étonner de la tendance croissante de pays du Sud de ne plus s’aligner sur les politiques occidentales qui leur sont tellement défavorables car elles sont néo-colonialistes et destructrices des capacités d’un développement au profit des populations tout en étant respectueux de l’environnement.

Scientist Rebellion

ATTAC nous rappelle que l'Agence internationale de l'énergie (AIE, 2021) et le Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC, 2022) ont déclaré que tout nouvel investissement dans les infrastructures de combustibles fossiles nous fait dépasser les 1,5°C, la limite pour un dangereux emballement du changement climatique.

Cette limite est déjà dépassée, affirment de nombreux scientifiques. Face à l’apathie complice des gouvernements occidentaux, les scientifiques se rebellent. Ils ont entamé des actions de désobéissance civile non violente, des conférences dans l’espace public, des actions d’interpellation des décideurs. Tout cela est organisé par le collectif international Scientist Rebellion et sa branche française Scientifiques en rébellion. Déjà le 16 octobre, des scientifiques de toute l’Europe ont convergé vers l'Allemagne, et ont mené plusieurs actions de blocage ou d’interpellation : ils se sont englués devant des bâtiments officiels (ministère des Transports, ministère des Finances), ils ont déclenché l'alarme incendie lors du discours du chancelier allemand au Sommet mondial de la santé et occupé le pavillon Porsche d'un centre de loisirs dédié à l'automobile. Ils exigeaient de l’État allemand la décarbonation du transport, l’annulation de la dette des pays du Sud, et la reconnaissance de l'échec de sa politique climatique.

En France, une centaine de scientifiques ont mené des actions les 14 et 15 octobre. À Nice et Montpellier des conférences ont été organisées sur des places publiques, rappelant que les politiques actuelles ne sont pas à la hauteur des enjeux. À Toulouse, une table ronde organisée par la métropole et à laquelle était convié Total Énergies fut interrompue et une conférence interpellant les protagonistes fut donnée. À Paris, des scientifiques en rébellion se sont invités à la Sorbonne Université à l'occasion de la Fête de la science.

Ensuite, les scientifiques européens ont convergé vers Munich. Le 25 octobre, ils se sont englués dans les locaux de la banque d'investissement Black Rock. Ils ont bloqué un axe routier majeur le lendemain, et se sont à nouveau englués à des automobiles de luxe dans un showroom BMW le 29 octobre. Pour cette dernière action, 16 membres de Scientist Rebellion ont été placés en détention provisoire jusqu'au 4 novembre. Parmi les scientifiques ainsi emprisonnés se trouvent les Français Sylvain Kuppel, spécialiste toulousain des ressources hydriques, Jérôme Guilet, astrophysicien à Saclay et Hugo Raguet, chercheur en informatique à Blois.

Echec des politiques climatiques

« Le collectif Scientist Rebellion a également rendu public un texte signé par plus de 1000 scientifiques, dont plusieurs co-auteurs ou co-autrices du GIEC, affirmant que l'objectif de contenir le réchauffement climatique en-dessous de 1.5°C est désormais hors d'atteinte, illustrant ainsi l'échec des politiques climatiques mondiales. Ils demandent à l'ensemble de leurs collègues de le reconnaitre également, et de dire la vérité sur l'ampleur de l'effort nécessaire pour rester ‘bien en-dessous de 2°C’ comme le prévoit l'accord de Paris de 2015. Cette lettre a été suivie par la publication d'un rapport de l'ONU constatant qu'il n'y a, en effet, plus de trajectoire possible pour maintenir le réchauffement en dessous de 1,5°C et que seulement un changement urgent et drastique du système peut encore éviter un désastre climatique. »

Le désastre est proche et pendant ce temps-là, la guerre en Ukraine cause non seulement quantité de morts, de blessés, des destructions d’habitats mais aussi une importante pollution environnementale. Pour sauver notre terre, la paix est impérative.

Informations complémentaires :

https://www.entreleslignes.be/humeurs/macrovision/cette-agriculture-industrielle-qui-d%C3%A9truit-l%E2%80%99environnement

https://france.attac.org/nos-idees/agir-pour-la-justice-sociale-et-ecologique/article/tribune-cessez-de-financer-la-catastrophe-climatique

https://www.novethic.fr/actualite/environnement/climat/isr-rse/devoir-de-vigilance-bnpparibas-mis-en-demeure-pour-ses-soutiens-aux-nouveaux-projets-d-energies-fossiles-151149.html?utm_source=Abonn%C3%A9s+Novethic&utm_campaign=8fc5ba7d44-EMAIL_CAMPAIGN_2022_11_03_01_26&utm_medium=email&utm_term=0_2876b612e6-8fc5ba7d44-171526033

https://rebellionscientifiques.wordpress.com/2022/10/15/mobilisation-nationale-de-scientifiques-contre-linaction-climatique/

https://scientistrebellion.com/press/

Mots-clés

Il semble que vous appréciez cet article

Notre site n'est pas devenu payant! Mais malgré le bénévolat de ses collaborateurs, il coûte de l'argent.

C'est pourquoi, si cet article vous a plu (et même dans le cas inverse), nous faire un micropaiement d'un ou de quelques euros nous aiderait à sauver notre fragile indépendance et à lancer de nouveaux projets.

Merci à vous.

Nous soutenir Don mensuel

entreleslignes.be ®2022 designed by TWINN Abonnez-vous !