semaine 32

Elles façonnent le monde

Zooms curieux par Gabrielle Lefèvre, le 07 mars 2017

Quelque part, dans un village perdu de l’Inde, dans le Kerala, une potière façonne un monde plus beau. Photo © Gabrielle Lefèvre

Elles créent la beauté même dans l’extrême misère. Elles sont l’espoir de la vie, le courage de la transformation, l’audace de l’espérance en un monde meilleur. Celui de la terre pétrie, moulée, sculptée, façonnée pour notre vie humaine.

Elles emportent avec elles, contre toutes les tempêtes leurs enfants apeurés par les guerres, les bombes, les fusils, les exils, les exodes. Elles les nourrissent jusqu’à la malaria,  jusqu’à la mort par la famine, forteresses de plus en plus affaiblies par les sécheresses, les tempêtes, les cyclones, les raz-de-marée, les tremblements de terre.

Les femmes du monde. Les femmes au pluriel. Les femmes plurielles. Premières victimes, avec leurs enfants et surtout les petites filles, des obscurantismes, des terreurs, des violences des hommes.

Le 8 mars n’est pas une journée des femmes, une parmi tant d’autres. C’est la journée internationale de lutte pour les droits des femmes. Une journée qui rappelle ce qui a été fait et ce qui doit encore être réalisé pour que ces droits deviennent réalité. Des droits arrachés de haute lutte par les femmes 1910, lors d’une Internationale socialiste à Copenhague et pour le droit de vote. Dès 1911,  lors de la première journée internationale des femmes célébrée en Allemagne, en Autriche, au Danemark et en Suisse… A la revendication pour le suffrage universel, s’ajoutaient celles du droit au travail, à la formation professionnelle, à l’arrêt des discriminations sur les lieux de travail.

Un espoir magnifique balayé par l’horreur de la Première guerre mondiale. L’année avant, les femmes russes, pacifistes, avaient célébré leur première journée des femmes en fin février et dans d’autres pays d’Europe, aux environs du 8 mars, des milliers de femmes ont manifesté contre la guerre et pour la solidarité entre sœurs.

Aujourd’hui, cent ans après 1917, on se rappelle :    deux millions de soldats russes ont été tués pendant la guerre, les femmes russes ont de nouveau choisi le dernier dimanche de février pour faire la grève. Elles voulaient « du pain et la paix ». Malgré l’opposition des dirigeants politiques, elles ont tenu bon. Quatre jours plus tard, le tsar a été obligé d’abdiquer et le gouvernement provisoire a accordé le droit de vote aux femmes.

Et maintenant ?

Les Nations Unies existent et peinent à faire régner la paix et le développement égalitaire et équitable des peuples du monde. Mais les programmes et les intentions sont bien là. Voici ce que déclare le nouveau secrétaire général des Nations Unies, Antonio Gutteres :http://www.un.org/fr/events/womensday/sgmessage.shtml

 Le programme ?

D’ici à 2030, faire en sorte que toutes les filles et tous les garçons suivent, sur un pied d’égalité, un cycle complet d’enseignement primaire et secondaire gratuit et de qualité, qui débouche sur un apprentissage véritablement utile, conformément à l’objectif de développement durable 4.

D’ici à 2030, faire en sorte que toutes les filles et tous les garçons aient accès à des activités de développement et de soins de la petite enfance et à une éducation préscolaire de qualité qui les préparent à suivre un enseignement primaire.

Mettre fin, dans le monde entier, à toutes les formes de discrimination à l’égard des femmes et des filles.

Éliminer de la vie publique et de la vie privée toutes les formes de violence faites aux femmes et aux filles, y compris la traite et l’exploitation sexuelle et d’autres types d’exploitation.

Éliminer toutes les pratiques préjudiciables, telles que le mariage des enfants, le mariage précoce ou forcé et la mutilation génitale féminine.

Tout cela aurait pu être accompli il y a longtemps s’il n’y avait eu les guerres, les catastrophes humaines et naturelles. Le monde des hommes est plus prompt à investir des milliards de dollars dans les armements et à cacher d’autres milliards dans les paradis fiscaux plutôt que de contribuer au développement durable de toutes et tous.  

Heureusement, tant de femmes continuent à façonner un monde de beauté, de paix pour leurs enfants, pour nous tous.

 

Il semble que vous appréciez cet article

Notre site n'est pas devenu payant! Mais malgré le bénévolat de ses collaborateurs, il coûte de l'argent.

C'est pourquoi, si cet article vous a plu (et même dans le cas inverse), nous faire un micropaiement d'un ou de quelques euros nous aiderait à sauver notre fragile indépendance et à lancer de nouveaux projets.

Merci à vous.

Nous soutenir Don mensuel

entreleslignes.be ®2022 designed by TWINN Abonnez-vous !