semaine 39

Europe s’en va-t-en guerre

Zooms curieux par Gabrielle Lefèvre, le 23 septembre 2022

“Une Union forte de son unité », clame la présidente de la commission européenne tout en soutenant l’escalade de la guerre contre la Russie. Photo © Commission européenne.

Mironton, mironton, mirontaine…

Dans son récent discours sur l’état de l’Union Européenne, la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen s’est souvenue qu’elle a été ministre de la Défense de l’Allemagne et c’est avec des accents belliqueux qu’elle a évoqué une Europe en guerre contre la Russie. (1) « Il ne s'agit pas seulement d'une guerre menée par la Russie contre l'Ukraine. Il s'agit d'une guerre contre notre sécurité énergétique, contre notre économie, contre nos valeurs et contre notre avenir. Une guerre de l'autocratie contre la démocratie. Et je me tiens ici, devant vous, animée de la conviction que, grâce à notre courage et à notre solidarité, Poutine échouera et l'Europe vaincra. »

La mise en scène organisée par la présidente de la Commission européenne comprenait des costumes en jaune et bleu, couleurs de l’Ukraine, et surtout la présence de la femme du président ukrainien Zelensky, Olena, présentée comme une héroïne et un symbole de la résistance ukrainienne contre l’invasion russe.

« À ce jour, l'Équipe Europe a fourni plus de 19 milliards d'euros d'aide financière. » à l’Ukraine. « Et c'est sans compter notre appui militaire. » ajoute la présidente, sans détails à ce sujet. Plus loin, elle affirme : « Je veux donc que les habitants des Balkans occidentaux, de l'Ukraine, de la Moldavie et de la Géorgie le sachent: vous faites partie de notre famille, votre avenir est au sein de notre Union, et notre Union n'est pas complète sans vous! »

La présidente n’envisage rien d’autre qu’une guerre politique alignée sur les visées des Etats-Unis avec lesquels elle va élaborer une politique économique d’avenir. A propos de sa stratégie Global Gateway, le plan d'investissement annoncé déjà l’année passée : « Cela nécessite des investissements à l'échelle mondiale, souligne Ursula von der Leyen. « Nous ferons donc équipe avec nos amis américains et avec d'autres partenaires du G7. Dans cet esprit, le président Biden et moi-même organiserons une réunion des dirigeants, pour examiner et annoncer les projets de mise en œuvre. »

Il s’agit donc d’un alignement total avec les Etats-Unis, y compris au niveau militaire. C’est là que l’on peut se poser la question : quelle est la légitimité de la présidente de la Commission d’engager toute l’Europe dans cette stratégie ?

S l’on peut être d’accord avec d’autres grandes lignes de politique économique et environnementale évoquées par la présidente, nous avons déjà souligné le danger de ses attaques contre la liberté de la presse et de la liberté d’expression au nom de la guerre contre la Russie. (2) Il semble que la présidente de la Commission européenne outrepasse ses prérogatives en imprimant une direction politique qui devrait être l’œuvre du Parlement européen. Les valeurs de l’Union européenne sont basées sur la paix (d’ailleurs l’Union a reçu le Prix Nobel de la paix en 2012 pour « l’ensemble de ses actions en faveur de la paix et de la réconciliation ». Il serait temps que l’UE s’en souvienne).

De plus, qui a rappelé que le 16 septembre est proclamé « Journée internationale de la paix » par les Nations Unies ? A cette occasion, le secrétaire général des Nations Unies, Antonio Guterres a déclaré : « Alors que les conflits continuent d’éclater dans le monde entier, provoquant la fuite des populations, nous avons constaté une discrimination fondée sur la race aux frontières. Alors que la COVID-19 continue de s’attaquer à nos communautés, nous avons vu comment certains groupes raciaux ont été frappés beaucoup plus durement que d’autres. Alors que les économies souffrent, nous avons vu des discours de haine et de violence dirigés contre les minorités raciales. Nous avons tous un rôle à jouer dans la promotion de la paix. Et la lutte contre le racisme est un moyen essentiel d’y contribuer. »

Nos médias d’information n’ont pas relayé cet appel.

Rappelons les paroles de Robert Schuman en mai 1950 lorsqu’il propose l’embryon de ce que deviendra l’Union européenne (3) :

« La paix mondiale ne saurait être sauvegardée sans des efforts créateurs à la mesure des dangers qui la menacent. » Et : « La mise en commun des productions de charbon et d'acier (...) changera le destin de ces régions longtemps vouées à la fabrication des armes de guerre dont elles ont été les plus constantes victimes. »

Le pacifisme voulu par Robert Schuman n’était pas naïf, pas plus que celui qui est proclamé par ceux qui, devant cette guerre inacceptable lancée par le président russe mais provoquée et attisée aussi par le président des Etats-Unis et l’OTAN, appellent aux négociations, à la diplomatie pour éviter une catastrophe qui s’annonce totale.

(1) https://ec.europa.eu/commission/presscorner/detail/fr/SPEECH_22_5493

(2) https://www.entreleslignes.be/humeurs/par-th%C3%A9ophraste/la-guerre-de-l%E2%80%99information

(3) https://european-union.europa.eu/principles-countries-history/history-eu/1945-59/schuman-declaration-may-1950_fr

OTAN : cartes sur table

Les Amis du Monde diplomatique en Belgique et la Coordination nationale d'action pour la paix et la démocratie (CNAPD) sont ravi·e·s de vous inviter à la conférence « OTAN : cartes sur table » le mardi 25 octobre autour de l’Organisation du traité de l’Atlantique nord (OTAN).
Toutes les informations concernant la conférence sont disponibles sur notre évènement Facebook et ci-dessous.

Informations pratiques :

— Quand ? Le mardi 25 octobre 2022 de 18h30 à 21h30
— Où ? Salle DK – Rue de Danemark 70b, 1060 Saint-Gilles
— Prix libre
— Inscription souhaitée via email : amd.belgique@gmail.com ou via ce formulaire.

Au programme :

— 18h30 : Ouverture des portes
— 19h00 : Introduction de Pierre Galand (Président des Amis du Monde diplomatique en Belgique)
— 19h15 : Présentations d'Hélène Richard (Journaliste au Monde diplomatique et co-coordinatrice du Manière de Voir « L’OTAN. Jusqu’où, jusqu’à quand ? » de juin/juillet 2022) et de Samuel Legros (co-auteur de la brochure « OTAN : (p)artisane de paix ou de guerre ? », éditée par la Coordination nationale d’action pour la paix et la démocratie).
— 20h30 : Discussion et échanges avec la salle
— 21:30 : Clôture

Ressources :
« Manière de voir » #183 • juin-juillet 2022
« OTAN : (p)artisane de paix ou de guerre ? »


 

Mots-clés

Il semble que vous appréciez cet article

Notre site n'est pas devenu payant! Mais malgré le bénévolat de ses collaborateurs, il coûte de l'argent.

C'est pourquoi, si cet article vous a plu (et même dans le cas inverse), nous faire un micropaiement d'un ou de quelques euros nous aiderait à sauver notre fragile indépendance et à lancer de nouveaux projets.

Merci à vous.

Nous soutenir Don mensuel

entreleslignes.be ®2022 designed by TWINN Abonnez-vous !