semaine 27

Ce 17 octobre : rendre visible la pauvrophobie

Zooms curieux par Gabrielle Lefèvre, le 15 octobre 2018

Les résultats des votes lors des élections communales et provinciales de ce 14 octobre sont un appel net à plus de politiques sociales, à plus de lutte contre les inégalités et ce dans un monde où la nature, notre capital vital et partagé par tous, doit être préservé d’urgence. C’était l’objet de notre précédent article : « Climat, l’indignation en marche ». Les citoyens belges, principalement francophones, partagent manifestement ces revendications.

Ce 17 octobre sera la journée que le monde consacre à la lutte contre la pauvreté et au refus de la misère. Comme l’an dernier, diverses associations tracent un parcours dans les rues de Bruxelles, afin de « rendre visible l’invisible » et rencontrer les nouveaux élus.

L’invisible c’est la « pauvrophobie », « un terme qu’ATD Quart Monde souhaite inscrire dans le vocabulaire social et politique pour nommer le rejet du pauvre ainsi que la peur, voire la haine, que la pauvreté inspire. C’est une notion dont s’est également emparé Le Forum-Bruxelles contre les inégalités pour lancer la campagne de sensibilisation multimédia – pauvrophobie.be – dès le mois de septembre. », lit-on sur le site  https://1710.be/. Ajoutons à ces organisateurs la Fédération des Services Sociaux et de nombreuses associations et organismes actifs à Bruxelles. Le tout se fait en coordination avec le Réseau wallon de lutte contre la pauvreté, un des pionniers de ces journées. Sur leur site, vous trouverez les activités programmées ce jour-là à Namur.

L’opinion publique est en effet traversée de clichés et de lieux communs qui ne correspondent pas à la réalité. Ils se retrouvent cependant dans certaines politiques mises en place au niveau fédéral, régional et local. Le 17 octobre 2018, les organisateurs de cette marche appellent les partis qui négocient les prochaines majorités à les rejoindre dans l’une des « 19 communes éphémères » disséminées sur le parcours de la marche.

« Ces « maisons communes temporaires » seront nichées dans des associations sociales ou des lieux culturels mais seront aussi abritées, à l’extérieur, sous des tonnelles, des tentes, voire des minibus. Elles seront réparties sur un parcours en boucle de douze kilomètres, que chacun pourra emprunter à sa guise entre 11 et 17 heures. », précisent les organisateurs.

Les élus rencontreront ainsi « des citoyens engagés et des membres d’associations de services sociaux qui auront dressé, commune par commune, le tableau des mesures politiques problématiques et créatrices de pauvrophobie, mais aussi des décisions positives qui prennent en compte la situation des personnes vivant la pauvreté. »

Un bel exemple de démocratie participative !

http://entreleslignes.be/humeurs/zooms-curieux/climat-l%E2%80%99indignation-en-marche

 

Mots-clés

Il semble que vous appréciez cet article

Notre site n'est pas devenu payant! Mais malgré le bénévolat de ses collaborateurs, il coûte de l'argent.

C'est pourquoi, si cet article vous a plu (et même dans le cas inverse), nous faire un micropaiement d'un ou de quelques euros nous aiderait à sauver notre fragile indépendance et à lancer de nouveaux projets.

Merci à vous.

Nous soutenir Don mensuel

entreleslignes.be ®2022 designed by TWINN Abonnez-vous !